La perversité des listes noires de boycott Israël *

2
156

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU est bien connu pour son hostilité envers Israël, mais un projet qu’il est sur le point de faire aboutir est grotesque.
Zeid Ra’ad al-Hussein, à la tête des droits de l’homme, (qui a comparé l’année dernière le candidat de l’époque Donald Trump à Daesh) devrait publier une liste noire des entreprises qui opèrent dans les implantations israéliennes en Cisjordanie, dans le cadre d’une “enquête” qui dénonce leur impact sur les Palestiniens.
Le conseil estime que les entreprises faisant des affaires dans les colonies commettent en quelque sorte ce faisant, une ‘violation des droits de l’homme’. Peu importe que beaucoup de ces entreprises fournissent des emplois aux Palestiniens de la région et que cette liste noire pourrait leur coûter leur emploi.
Et peu importe que ces entreprises fournissent des biens et des services nécessaires à tous, peu importe leur origine ou leur lieu de résidence.
Le Conseil feint aussi d’ignorer le fait que ce panel, comme l’indique le Kohelet Policy Forum basé en Israël, n’a jamais exprimé de préoccupations en matière de droits de l’homme concernant les entreprises situées dans des «territoires occupés» ailleurs dans le monde, même là où un nettoyage ethnique a lieu. Et que de nombreux avis juridiques et décisions corroborent de telles pratiques, en contradiction avec les termes cités dans la Quatrième Convention de Genève.
La Banque mondiale elle-même a prêté des milliards aux entreprises des territoires occupés du monde entier. Heck, lui-même, conseiller juridique des Nations Unies, dans une note de 2002 sur le Sahara Occidental, a conclu qu’une telle pratique ne posait aucun problème de droits de l’homme.
Par conséquent, le mouvement du CDH ne concerne pas vraiment la lutte contre les violations des droits de l’homme (ni, d’ailleurs, la mise en place d’une politique rationnelle et cohérente en quoi que ce soit). Ses intentions sont d’essayer de frapper Israël de toutes les manières possibles et d’éveiller une hostlité à son endroit.
À cette fin, le conseil a longtemps servi de machine de propagande anti-israélienne. C’est pourquoi l’ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, a menacé du retrait américain de l’organisation si l’institution ne mettait pas fin à son obsession à stigmatiser injustement Israël. “Quand le Conseil a adopté plus de 70 résolutions contre Israël, un pays qui a de solides antécédents en matière de droits de l’homme et seulement sept résolutions contre l’Iran, un pays avec un bilan catastrophique du point de vue des droits de l’homme, c’est la preuve que quelque chose ne va pas”.
Les responsables américains et israéliens craignent qu’une liste noire produite par l’ONU ne puisse décourager les entreprises de s’implanter aussi en Israël et nuire aux échanges économiques avec ces entreprises. Ils tentent de limiter les dégâts.
Pendant ce temps, le conseil et le bureau de Hussein reçoivent chaque année des centaines de millions de dollars, en grande partie des États-Unis. Il y aurait sûrement de meilleurs usages à faire de cet argent.

The New York Post

 

2 COMMENTS

  1. Que doit on penser de Zeid Ra’ad al-Hussein, Jordanien de naissance, … Lorsque l’on sait que son pays, la Jordanie a rejeté et n’a pas signé la “Déclaration Universelle des Droits de l’Homme”

    Pour faire sienne la “Déclaration des Droits de l’Homme en Islam”

    La Déclaration des droits de l’homme en islam, adoptée au Caire le 5 août 1990 par l’Organisation de la conférence islamique, est une adaptation particulière de la Déclaration universelle des droits de l’homme aux pays musulmans. Cinquante-sept États l’ont ratifiée.

    Cette adaptation se traduit notamment par une forte imprégnation religieuse, l’affirmation de la primauté de la CHARIA, la limitation de la liberté de choisir sa religion et d’en changer et par l’inégalité des droits entre l’homme et la femme.

    Ce texte est précédé de la « Déclaration islamique universelle des droits de l’homme de 1981 » proposée par le Conseil islamique d’Europe et promulguée le 19 septembre 1981, lors d’une réunion organisée à Paris par l’Unesco.

    Organisation de la coopération islamique

    Etats membres

    Afghanistan, Albanie, Algérie, Arabie saoudite, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Bénin, Brunei, Burkina Faso, Cameroun, Comores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Gabon, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Guyana, Indonésie, Irak, Iran, Jordanie, Kazakhstan, Kirghizistan, Koweït, Liban, Libye, Malaisie, Maldives, Mali, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Niger, Nigeria, Oman, Ouganda, Ouzbékistan, Pakistan, Palestine, Qatar, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Suriname, Syrie, Tadjikistan, Tchad, Togo, Turkménistan, Tunisie, Turquie, Yémen.

    Zeid Ra’ad al-Hussein doit être exclu du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Sa proposition doit être déclarée comme nulle et non avenue.

  2. peut être que se soit une bonne chose même une très bonne chose ça va réveiller un peu ses israéliens car je crois qu’ils sont anesthésier ne pas oublier que tous les noms des sociétés qui travaillent en judee et samarie ce sont des israéliens qui les donnent et ils n’ont aucun problèmes la police,elle est trop occupée avec Bibi et Bitan pour des cigares ou des cadeaux , mais pas occuper par les cadeaux que ses organisations gauchistes israéliennes offre au monde et surtout aux ennemies des juifs ,alors tant que les israéliens ne s’occupe pas du cheval de Troie le problème grandira, et se n’est pas juste de voir que les arabes comme les seul responsables de nos problèmes ,balayons devant notre porte avant , et n’allons pas voir ce que les autres font .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here