José Ainouz: un réalisateur aux multiples facettes

0
729

Je réalise des documentaires depuis 2001. après avoir beaucoup filmé en Afrique, au pays dogon, Les rituels de la survie, Yaapo, une école pour Ewery, les gens du fleuve Niger … et bien d’autres …

J’ai réalisé un film sur les enfants cachés pendant la Seconde Guerre mondiale: ” Attention aux enfants” puis je suis parti au Nigeria à la rencontre des Igbos qui se convertissent au Judaïsme. Pourquoi? 

J’ai consacré ensuite un film  sur les secours d’urgence à Jérusalem, où des juifs, des musulmans, des druzes des Bédoins travaillent ensemble pour sauver des vies… C’est une toute petite avancée dans le dialogue israélo-palestinien : Les motos ambulances de la vie … 

Mon dernier film aborde la vie d’un enfant juif caché pendant la guerre : Maurice Zelty.

Actuellement je prépare un film sur l’historien Georges Bensoussan, spécialiste de l’histoire de la Shoah.

 

Mes derniers films 

 

Orphelin dès 1934, Maurice Zelty est placé chez sa tante à Paris. Peu après le début de la guerre, son frère résistant le confie au Mouvement National Contre le Racisme (MNCR) qui le cache chez des paysans de Haute Savoie : la famille Roux, avant de le confier à Madame François dans la maison du Renouveau à Montmorency. Jusqu’alors refermé sur lui même, Maurice laisse ici éclater sa colère. Réfractaire, opposé à tout, il sera un éternel révolté.
Ce film raconte le parcours singulier d’un enfant juif pendant la guerre.

 

Le judaïsme n’est pas une religion prosélyte et pourtant de nombreuses communautés africaines se réclament d’une filiation à cette religion. Au Mali, au Nigeria, en Côte d’Ivoire, au Ghana , en Afrique du sud ,au Rwanda, en Ethiopie…
Certains se convertissent au judaïsme, d’autres réclament une confirmation de leur appartenance à cette religion par le biais de leur filiation aux tribus perdues.

Comment expliquer cet engouement africain pour le judaïsme ?
Tudorr Parfitt, Edith Bruder et Shmuel Trigano essaient de nous faire comprendre ce phénomène en se référant à l’histoire de la décolonisation et la quête de sens identitaire. 

Pour réaliser ce documentaire, je suis allé au Nigeria, dans l’état d’Anambra, pour rencontrer plusieurs communautés et écouter ces femmes et ces hommes nous parlent de leur judaïsme .

http://

Sceptiques et cyniques s’abstenir : cette histoire israélo-palestinienne est faite de bons sentiments, de bonnes actions et de bonnes gens. Autant dire que, dans le contexte local, elle est presque iconoclaste. Des Juifs et des Palestiniens unis pour sauver des vies, qui travaillent côte à côte, se font confiance, s’entraident, dans un esprit de fraternité, parce qu’ils ont le même idéal ? Naïveté !
Un film qui vous plongera au coeur du système Hatzalah, une organisation de secours médical d’urgence à but non lucratif en Israël Les volontaires disponibles 24h sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an répondent en moins de 3 minutes à des accidents, des drames quotidiens, des attentats … 2500 volontaires, 250 000 interventions en 2014, 350 motos, des ambulances … Une ONG qui refuse l’aide de l’Etat pour conserver son indépendance et qui est financée exclusivement par des dons.Une start-up d’un nouveau genre au service de la vie.

José Ainouz

joseainouz4.wixsite.com

 

.

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.