Jérusalem: la promesse du retour des exilés (2)

0
383

Le Psaume 137 évoque la situation des exilés judéens à Babylone

L’exil de Babylone engendra dans le peuple l’aspiration à la délivrance. La promesse du retour à Jérusalem avait été proclamée mais c’était encore la désolation.

La situation internationale ne tarda pas à changer ; une nouvelle puissance se lèva à l’Est, l’empire perse. Les armées perses, sous le commandement du roi Cyrus envahirent l’empire babylonien. Le prophète Zacharie prédit alors le retour à Sion.

En -538 les exilés furent autorisés par le roi  perse Cyrus, à revenir dans leur patrie et à reconstruire leur Temple.

Le Psaume 126 évoquait le bonheur du retour des exilés:

« Ramène nos captifs, Ô Éternel, comme Tu ramènes des ruisseaux dans le désert du Midi. Ceux qui ont semé dans les larmes, puissent-ils récolter dans la joie. »

Dans le livre Béréchit est mentionné le nom de montagne, c’est-à-dire détruit comme il est écrit dans Les Lamentations « sur le mont Sion qui est dévasté. »

Néanmoins les conditions favorables ne provoquèrent pas un repeuplement de Jérusalem.

Ceux qui rentraient, un dixième des exilés, trouvèrent une Jérusalem en pleine désolation. Ils s’attelèrent à la reconstruction du Temple de Salomon.

Ils se choisirent 12 chefs et deux commandants suprêmes : le Grand-Prêtre Josué et le gouverneur Zorobabel, petit-fils de l’avant-dernier roi Joïakin.

Au cours de la deuxième année après le retour les deux chefs Josué et Zorobabel posèrent la première pierre du nouveau Temple, en hébreu Beth Hamikdach.

Les travaux de reconstruction avancèrent très lentement, furent arrêtés durant 13 ans, à cause de conflits entre les Juifs du retour et ceux restés en Judée, d’un désaccord entre Zorobabel et Josué et de l’opposition entre les Juifs et les Samaritains.

Le roi perse Darius retrouvant le décret de Cyrus dans les archives d’Ecbatane, autorisa en -521, la reprise des travaux.

Darius donna des subsides et prit toutes les mesures pour faire accélérer les travaux.

Il punit de mort ceux qui s’opposent aux décrets royaux. Les Samaritains ne mirent plus d’entraves pour la reconstruction. Les Juifs encouragés, reprirent les travaux.

70 ans après la destruction, en -516, le Temple fut terminée.

Si le plan du deuxième Temple était semblable au premier, si la plupart des objets saints ont été restitués par les Perses, il y eut cependant des modifications sur la taille et la richesse des bâtiments, il y manquait surtout l’Arche d’Alliance.

Le Second Temple était bâti sur le mont Moriah, il se divisait en trois parties : l’enceinte des femmes où l’on trouvait le petit tribunal, l’enceinte d’Israël avec la salle de la pierre taillée où siègeait le Grand Sanhedrin[3] et l’enceinte des prêtres avec l’autel, les abattoirs et le sanctuaire.

Malgré les conditions politiques favorables, la situation des Juifs était très critique : ainsi Zorobabel disparut de la scène politique, les nouveaux gouverneurs  peu efficaces.

Sur le plan économique et social de grandes difficultés apparurent dont les conflits sociaux entre Juifs riches et Juifs pauvres n’étaient pas des moindres.

Les pratiques religieuses se relâchaient et les prêtres n’assumaient plus leurs fonctions. Dans ce contexte très délicat, le scribe Esdras, décida de rentrer en Judée.

Le roi perse Artaxerxès (465-424 av. J-C.) le chargea de l’organisation juridique de la Judée, de l’organisation religieuse de la satrapie afin que la loi perse et la Torah soient appliquées.

Après un voyage de cinq mois, Ezra et son groupe arrivèrent en Judée. Il exhorta les Juifs à reprendre l’étude la loi et à rompre les unions avec des femmes étrangères. Ce fut lui qui composa le canon de la Torah.

L’action de Néhémie, un fonctionnaire juif de la cour de Suse, allait permettre d’insuffler une ferveur nationale nouvelle. Pour gagner la Judée il obtint du roi Artaxerxés, le titre de gouverneur de Judée, une escorte de soldats et des lettres de créances.

Dès son arrivée Néhémie inspecta l’état des portes et des murs de Jérusalem. Puis il se fit connaître et exhorte la population au travail. Il organisa la reconstruction des murailles de Jérusalem.

Devant l’hostilité des Samaritains, soutenus par les Ammonites et les Nabatéens qui s’étaient coalisés pour détruire les murailles, Néhémie décida d’armer chaque ouvrier.

Pour repeupler la Ville, Néhémie promulgua des lois qui obligeaint les classes aisées à construire leurs maisons à l’intérieur du périmètre urbain, et il institua un impôt annuel d’un tiers de shekel pour l’entretien du Temple.

Il nomma son frère Hanani gouverneur civil, et Hanania gouverneur militaire. Néhémie encouragea Ezra dans son projet de rénovation religieuse. Ensemble, devant 100 000 fidèles présents, ils organisèrent la cérémonie officielle de la lecture publique de la Torah.

On attribuait à Ezra la fixation du rituel de la prière et l’obligation de la lecture de la Torah.

De grandes fêtes étaient données pour célébrer la muraille reconstruite.

Le service du Temple reprit tout son faste et Jérusalem retrouva sa place de centre religieux du monde juif.

Ainsi grâce à l’action conjuguée d’Ezra et de Néhémie, les Juifs de Judée avaient retrouvé une certaine organisation politique et religieuse, des réformes économiques et sociales furent lancées afin de réduire les inégalités criantes.

Résultat de recherche d'images pour "jérusalem le retour des exilés"

Ezra fait des préparatifs pour le retour des exilés à Jérusalem

Le temps de la Grande Assemblée (430-330 av. J.-C)

Si nous disposons de peu de renseignements sur cette période qui va de la mort de Néhémie à l’avènement d’Alexandre, on sait que la Judée était une province perse rattachée à la cinquième satrapie dont le mince territoire vit sa population augmenter grâce au retour de plusieurs vagues d’exilés.

Dans la région de Jérusalem qui ne dépassait pas 50 000 habitants, la population était rurale, le problème de l’eau crucial.

Le gouvernement central perse permit à chaque province de vivre selon ses lois religieuses, en retour il lèva un impôt lourd.

Craignant des révoltes juives, le pouvoir local fut confié au Grand Prêtre, considéré comme le chef de la nation, responsable de la collecte des impôts.

Après la disparition du dernier prophète, Malachie, commença le temps des Scribes (en hébreu Soferim) : ces savants comptaient les lettres, les mots et les versets de la Bible et tâchent de transmettre un texte immuable aux générations futures.

La grande assemblée, fondée par Ezra et Néhémie, était formée de 120 membres, héritiers des prophètes, chargés de la justice et de l’éducation des enfants.

On doit à cette grande assemblée : l’achèvement de la Bible hébraïque composée de 24 livres, la prière publique et la lecture publique de la Torah.

Alexandre et Jérusalem

Mais Jérusalem restait dépendante de l’administration perse.

En -331, après la bataille d’Arbèles (Mésopotamie), tout l’empire perse tomba entre les mains d’Alexandre, fils de Philippe, venu de Macédoine, un pays montagneux situé au nord-est de la Grèce.

Alexandre fut considéré comme l’un des plus grands conquérants de l’histoire ; Il fit de son petit royaume le maître de l’immense empire perse, s’avança jusqu’aux rives de l’Indus et fonda près de 70 cités, dont la majorité porte le nom d`Alexandrie

L’écrivain grec Arrien[9] a rédigé, quatre cent ans plus tard, la chronique de ce grand capitaine. Alexandre ne se contentait pas de soumettre un empire mais voulut l’organiser et lui apporter une civilisation qui serait la symbiose entre la civilisation grecque et la civilisation orientale.

Il créa des villes, y installa des Grecs et donna une nouvelle impulsion au développement économique et au commerce.

Alexandre s’inscrit ainsi dans la tradition de la coopération entre Grecs et Juifs. Très favorable aux Juifs il leur laissa une certaine autonomie et leur permit de vivre selon leurs principes religieux.

A 32 ans, Alexandre mourut brutalement, les successeurs, les Diadoques, se disputèrent avec férocité l’empire tout entier.

Une fois de plus, la Judée devint l’enjeu de rivalités de deux grandes puissances régionales : les Lagides et les Séleucides.

D’abord protégée sous les Ptolémées, la situation des Juifs va subir une dégradation rapide de leur condition d’existence sous les Séleucides. (A suivre)

Dossier réalisé par JG

[1]  Genèse 14,18
[2] Genèse 22,2 et 22,14
[3]  Samuel 5,5-9
[4] Le décret en faveur des Juifs apparaît deux fois dans la Bible : dansle Livre d’Ezra (chap.1 et chap.6) et dans Le deuxième livre des Chroniques (chap. XXVI).
[5] Selon le calendrier hébraïque, le 3 Adar. L’inauguration a eu lieu à la fête de Pessah, qui célèbre la Sortie d’Egypte des Hébreux.
[6] Le Grand Sanhedrinest un tribunal comprenant 71 membres alors que le Petit Sanhedrin comprenait 23 membres.
[7] Un scribe était un personnage important à l’époque où tout le monde ne connaissait pas l’écriture. Il avait pour mission de rédiger la loi dans les parchemins sacrés.
[8] Artaxerxés est peut-être Assuérus qui soutient les Juifs face à un complot déjoué par Esther ; Dans la tradition juive, cet évènement est célébré par la fête de Pourim.
[9] Après leur retour en Judée de nombreux Juifs épousent des femmes étrangères : les Moabites, Samaritaines.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.