Jérusalem, capitale de la Mémoire pour les juifs des pays arabes

9
45
Un architecte français d’origine tunisienne est à l’initiative d’un projet de construction d’un musée pour les juifs des pays arabes.
Jean-Loup Mordehai Msika explique pourquoi un tel musée, au cœur de Jérusalem, est essentiel pour informer les visiteurs des racines anciennes du peuple juif au Moyen-Orient.
L’architecte français Jean-Loup Mordehai Msika
Le projet, dévoilé publiquement pour la première fois sur Point of No Return,  a soutenu la coalition d’associations de juifs des pays arabes en Israël. La municipalité de Jérusalem devrait l’approuver. 

 Le futur modèle du Mémorial-Musée proposé, appelé «le Musée des Juifs des pays arabes» (Beit Yehudei Artzot Arav) 

Pendant longtemps, j’ai pensé à la nécessité de créer, dans la capitale, Jérusalem, un lieu majeur, un musée commémoratif, consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes et musulmans, afin d’informer les visiteurs. les chefs d’État, les dignitaires invités et les diplomates sur les racines anciennes du peuple juif, les autochtones authentiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
Les Juifs y étaient présents des siècles avant que le christianisme ou l’islam n’existaient. Ils ont été dominés et colonisés par les musulmans au VII ème siècle, soumis au statut de  » dhimma » (un système sévère de discrimination)), aux persécutions au cours des siècles et au nettoyage ethnique au 20ème siècle.
L’indépendance nationale juive de l’état d’Israël, dans la région où les racines juives  anciennes sont un fait historique, Est la seule alternative à l’inacceptable  » dhimma » qui a duré 14 siècles.
Tout cela doit être rendu visible et évident par un Mémorial-Musée visible, au cœur de la capitale, à Jérusalem. Je suis architecte, urbaniste et artiste visuel.
En accord avec la Coalition des associations juives des pays arabes et musulmans, représentée par sa présidente, Mme Levana Zamir, j’ai essayé de travailler sur une proposition pour un musée commémoratif consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes et musulmans.

 Sous la direction de Mme Levana Zamir, nous avons tenu en juin 26017 un symposium d’une journée entière, au Centre culturel des juifs d’Egypte, à Tel-Aviv et à un brainstorming fructueux. « Ce n’est pas tout à l’heure », a déclaré Zamir lors du symposium,  »

En juin 2017, les chefs de la Coalition des associations représentant les juifs des pays arabes en Israël ont réfléchi au projet du musée. 

 Au cours du symposium, j’ai présenté un programme détaillé pour le Memorial-Museum, les dessins, un modèle 3D et une proposition pour le site le plus approprié, dans le contexte urbain de la capitale.

Nous attendons maintenant une chance de discuter Cette proposition avec la municipalité de Jérusalem après avoir déposé le modèle 3D du musée au bureau du maire de Jérusalem « .

 

9 COMMENTS

  1. Merci M. Msika pour votre réponse si rapide !!!!! Si vous avez besoin de quoi que ce soit voici mon n° de tél : 06 21 69 33 14. Bonne continuation !!!!!!
    Amical chalom
    Danielle de Strasbourg

  2. Bonjour,
    Je suis Jean-Loup Mordehaï Msika, l’architecte qui est cité dans cet article.
    En fait, cet article a été maladroitement traduit de l’anglais, à partir d’un article sur « Point of no return » et il est difficilement compréhensible.
    Je n’ai pas réussi à contacter le site de J Forum pour obtenir que le texte soit rectifié: le « contact » ne fonctionne pas…)
    Voici donc le texte correct ci dessous:

    ______

    Un architecte d’origine tunisienne est à l’origine d’un projet visant à construire un Mémorial-Musée consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes. Jean-Loup Mordehai Msika explique pourquoi un tel musée, au cœur de Jérusalem, est vital pour informer les visiteurs des racines anciennes du peuple juif au Moyen-Orient. Le projet, dévoilé publiquement pour la première fois sur Point of No Return, a obtenu le soutien de la Coalition des Associations de Juifs des pays arabes en Israël.

    « Lorsque des dignitaires, des diplomates ou des chefs d’État étrangers visitent Israël, ils sont rituellement invités à Yad Vashem, comme si ce musée révélait l’élément fondateur de l’Israël moderne et du sionisme. Cela ne fait que renforcer le narratif mensonger diffusé par nos ennemis, selon lequel Israël serait une création coloniale de l’Europe, en compensation de l’Holocauste, et « aux dépens des Palestiniens ».

    Cela est dommageable, ainsi que l’a récemment remarqué le professeur de relations internationales de l’Université de Tel Aviv, Emmanuel Navon, lors de la récente visite du président Trump : Israël est alors perçu comme un État « colonial » et les résolutions catastrophiques du Conseil de sécurité et de l’UNESCO qui nient tout lien historique des Juifs avec Jérusalem ou Hébron sont applaudies par les nations …

    Depuis longtemps, j’ai pensé à la nécessité de créer, dans la capitale, Jérusalem, un lieu majeur, un Mémorial-Musée, consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes et musulmans, afin d’informer les Chefs d’état étrangers, les dignitaires et diplomates en visite sur les racines anciennes du peuple juif, peuple autochtone authentique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

    Les Juifs y étaient présents des siècles avant que le christianisme ou l’islam n’existent. Ils ont été occupés et colonisés par les musulmans au 7ème siècle, soumis au statut de « dhimma » (un système cruel d’apartheid), au génocide au cours des siècles et au nettoyage ethnique au 20ème siècle.

    L’indépendance du peuple juif dans l’état d’Israël, dans la région même où ses racines anciennes sont un fait historique, est la seule alternative à la dhimmitude inacceptable qui a duré 14 siècles. Tout cela doit être rendu visible et évident par un Mémorial-Musée visible, au cœur de la capitale, à Jérusalem.

    Il se trouve que je suis architecte, urbaniste et artiste visuel: En accord avec la Coalition des Associations de juifs des pays arabes et musulmans, en Israel, représentée par sa présidente, Mme Levana Zamir, j’ai entrepris de travailler à une proposition de Mémorial-Musée consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes et musulmans.

    Sous la direction de Mme Levana Zamir, nous avons organisé, le 26 juin 2017, un symposium d’une journée entière, au Centre culturel des Juifs d’Egypte, à Tel-Aviv, avec un brainstorming fructueux. « Il ne s’agit pas la d’une fantaisie », a déclaré Zamir lors du symposium, « une des résolutions présentées au Premier ministre Netanyahu en juin 2011 par le Conseil National de Sécurité était exactement la suivante : créer un musée pour l’histoire des Juifs des pays arabes et islamiques, en tant que partie intégrante de cette région et pour commémorer la tragédie du « nettoyage ethnique » de
    près d’un million de Juifs de leur terre natale ancestrale – en légitimant ainsi l’état d’Israël ».

    Au cours du symposium, j’ai présenté un programme détaillé pour le Mémorial-Musée, des dessins, un modèle 3D et une proposition pour le site le plus approprié, dans le contexte urbain de la capitale, etc.
    Nous attendons maintenant une occasion de discuter cette proposition avec la municipalité de Jérusalem, après avoir déposé le modèle 3D du Mémorial-Musée au bureau du Maire de Jérusalem « .

  3. Ppour construire notre projet sur des bases solides, nous avons engagé un dialogue avec des personalités qui constituent notre comité scientifique, avec Jean-Pierre Lledo, cinéaste, Zvi Mazel, Ambassadeur, Daniel Sibony, écrivain et psychanalyste, Bat Ye’or, historienne et essayiste, Livnat Bitty, mèdecin, Schlomo Khayat, architecte et urbaniste, Edy Cohen et Georges Bensoussan, historiens, Alexandre Feigenbaum, maître de recherche, Claude Berger, chirurgien, alpiniste, écrivain et chanteur, et bien d’autres, etc…

    Je livre trois extraits de commentaires pour notre feuille de route, par Daniel Sibony, Claude Berger et Bat Ye’or:

    “….Faire connaitre la vérité est la condition essentielle pour envisager la paix. La vérité de 13 siècles d’histoire ne peut pas être niée sans danger.
    Faire comprendre la persécution-protectrice des juifs dans le monde arabe : protégés de la foule pour être rançonnés, et livrés à la foule ou aux forces de l’ordre pour exalter l’islam contre ces « maudits d’Allah » et ces «infideles » (non-croyants). C’est en tant que force coloniale que la puissance arabe, armée d’un Livre qui appelle à la guerre sainte a persécuté les juifs qui étaient dans ces contrées avant le djihad conquérant. “
    Daniel Sibony

    « …l’Etat de la nation juive ne peut être un Etat comme les autres : Il doit se revendiquer de la pensée de Jérusalem comme l’avait magistralement annoncé Moses Hess, auteur de « Rome et Jérusalem » qui fut proche puis contradicteur de Marx et d’Engels et qui fut le visionnaire du futur pays juif, Moses Hess reconnu par Herzl comme le plus grand penseur juif après Spinoza. Dès lors la reconstruction de l’unité du peuple juif qui fut dispersé est impérative. Elle passe par le saisissement mémoriel de toutes les cultures créées par les exilés dans les pays où ils se sont trouvés, où ils ont vécus en exil, où ils ont survécu. Elle passe par l’affirmation culturelle de la pensée de Jérusalem ».
    Claude Berger

    « ……Cette réappropriation de l’histoire ne doit pas être une revanche, mais une main tendue vers les musulmans pour les aider à répudier l’idéologie jihadiste et à reconnaître les droits des autres peuples. Cela sera très difficile et nous ne parviendrons pas à ce but tout seul. Nous avons besoin des autres peuples victimes de la dhimmitude. Seulement si nous parlons d’une voix unie réussirons-nous à amener les intellectuels musulmans à opérer cette grande réforme nécessaire à l’islam et au monde. Voilà la mission de la dhimmitude et celle d’Israël, amener la paix et la réconciliation sur le monde. Flatter l’islam comme on l’a fait jusqu’à présent ne fera que l’enfoncer dans son fanatisme, le persuader de sa perfection et donc refuser le changement ».
    Bat Ye’or

  4. superbe initiative, savez vous que les juifs tunisiens sont les descendants des phéniciens de la tribu de Zebouloun.
    Carthage est à nous

  5. Excellente initiative. Si le passé des juifs dans les pays arabes est extrêmement important et riche (même avant l’arrivée des arabes conquérant de certaines contrées), on oublie souvent aussi l’extrême misère et souffrance qu’ils ont pu endurer.
    Ce serait un bon enseignement pour les Ashkénazim qui ignorent souvent ce riche passé et pour les originaires des pays « arabes ». leur rappeler aussi la vie souvent malheureuse que leurs ancêtres ont connue alors que certains nostalgiques idéalisent ce passé.
    Mais de grâce, pas de projet aussi « minéral » ! Nous avons assez de pierres à Jérusalem et ne nous infligez pas un blockhaus de plus.

    Signé : un Israélien d’origine achkenaze

    • Oui, le cinéma (projections, tournage, création cinématographique, etc…) aura toute sa place dans ce Musée-Mémorial! Absolument!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here