80% des combattants d’Assad obéissent à l’Iran©

0
242

Les principaux responsables de la sécurité américaine estiment que 80% des forces combattantes d’Assad sont de provenance iranienne.

 

Le Chef de la CIA et le conseiller à la Sécurité Nationale américaine disent que Téhéran surenchérit dans la campagne visant à propager son influence dans la région.

Des véhicules des milices des Forces de Mobilisation Populaire en Irak Forces avancent à travers la Province de l’Anbar dans le désert à l’ouest de lIrak, bordant la Syrie  le 25 Novembre 2017. Ahmad Al Rubaye / AFP

Des membres importants de l’Administration Trump ont fait monter les enchères contre l’Iran, au cours du week-end, en révélant l’envoi d’un message de mise en garde au commandant des Forces Quds des Gardiens de la Révolution, Qassem Soleimani et lui promettant la mise en place d’une stratégie régionale pour faire reculer les supplétifs de Téhéran à travers tout le Moyen-Orient.

Le Directeur de la CIA Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale HR McMaster ont parlé en long et en large de l’expansion iranienne dans les « Etats faibles » du Moyen-Orient lors du Forum Reagan pour la Défense Nationale en Californie, samedi.

  1. Pompeo qui est en tête de la liste des favoris pour le remplacement possible de Rex Tillerson, en tant que Secrétaire d’Etat, a confirmé avoir envoyé cette lettre récemment au Général Major Qassem Soleimani, chef du bras armé des opérations à l’étranger pour le compte du Corsp des Gardiens de la Révolution islamique.

« J’ai envoyé une note d’avertissement. Je l’ai envoyé parce qu’il avait indiqué que les forces sous son commandement devaient en fait menacer les intérêts américains en Irak », a déclaré le chef de la CIA.

«Il a refusé d’ouvrir la lettre. Ca ne me brise pas me cœur d’être honnête avec vous. Ce que nous voulions lui communiquer dans cette lettre est que nous le tiendrions, lui et l’Iran pour comptables de toute attaque contre des intérêts américains en Irak, par des forces sous son contrôle. Nous voulions nous assurer que les cercles dirigeants en Iran et lui comprenaient cela d’une manière aussi claire que le cristal ».

En faisant référence au changement de dynamique en Irak après le referendum sur l’indépendance du Kurdistan et de la rpésence plus récente des Gardiens de la Révolution à Kirkouk, il a délcaré : « Il suffit seulement de regarder ce qui s’est passé au cours de ces dernières semaines et des efforts consentis par les Iraniens pour exercer leur influence dans le nord de l’Irak, en plus d’autres endroits en Irak, pour comprendre que les efforts de l’Iran pour devenir une puissance hégémonique à travers tout le Moyen-Orient continuent à augmenter ».

La semaine dernière, l’agence de presse semi-officielle Fars a cité Mohammad Golpayegani, un responsable iranien de premier plan, qui disait qu’un représentant de la CIA a envoyé une lettre au Général Qassem Soleimani quand il se trouvait dans la ville d’Al Bukamal, le mois dernier, pour superviser la bataille contre Daesh.

« Je n’ouvrirai pas cette lettre ni ne la lirai et je n’ai rien à dire à ces gens-là », aurait dit Soleimani si on se fie aux citations rapportées par Golpayegani.

M.McMaster a aussi emprunté une tonalité de faucon contre l’Iran lors de ce forum, qui était organisé deux mois après que Trump ait annoncé sa stratégie consistant à ne plus certifier l’accord nucléaire avec l’Iran et à contrecarrer l’Iran sur le plan régional.

« Ce que les Iraniens ont fait à travers toute la région du Moyen-Orient consiste à alimenter les cycles de violence et à les accélérer, de façon à ce qu’ils puissent tirer avantage du chaos et affaiblir les Etats afin de les rendre dépendants de l’Iran pour qu’ils aient besoin de son appui », a déclaré le Conseiller à la Sécurité Nationale.

Il a fait porter le blâme sur l’administration Obama sans la nommer par son nom. « Au cours de ces dernières années, ce qu’on peut dire rétrospectivement est qu’il s’agissait d’une stratégie américaine irréaliste qui, étant donné, l’accord nucléaire –que notre Président a désigné comme le pire accord jamais signé – que cet accord aura pour conséquence un Iran qui pourrait être effectivement intégré dans la région. C’est tout-à-fait le contraire qui est arrivé », a déclaré McMaster.

« Le fait que nous ayons essayé d’arranger l’Iran n’a fait que renforcer ce pays à travers le Globe et quand le Président dit qu’il a hérité du désordre qui est celui de ce grand Moyen-Orient, nous devons répondre à la capacité grandissante de l’Iran et à leur utilisation des milices, des supplétifs et des organisations terroristes ».

  1. McMaster a accusé l’Iran de viser des « objectifs hégémoniques » dans la région.

Il a déclaré que Téhéran « se cache derrière une campagne de subversion en Irak » et en fournissant son soutien au Président Bachar al Assad, où « environ 80% des forces combattantes d’Assad sont des séides pro-iraniens en Syrie dont le rôle est d’établir un vaste pont terrestre jusqu’à la Méditerranée ».

La menace particulière est « la perspective d’un Iran ayant une armée par procuration sur les frontières d’Israël. Ce à quoi nous assistons est un développement de l’armement des réseaux de l’Iran au Yémen et dans lec sud du Liban », dit-il.

Les agences de presse arabophones ont rapporté au cours du week-end qu’Israël avait frappé une « base iranienne » en Syrie, samedi. Ni l’Iran ni Israël n’ont confirmé une telle attaque.

« Ce que nous mettons en place à présent c’est une stratégie complète pour l’Iran, consistant à dénier à l’Iran tous les accès à des armes nucléaires, pour une partie de cette stratégie », a déclaré McMaster. « Contrer ce comportement est une autre part intégrante de cette stratégie ».

Jonathan Schanzer, vice-président du département Recherches à la Fondation pour la Défense des Démocraties a déclaré au The National que « l’intention de contrer l’Iran est présente », mais que la mise en œuvre est désormais la clé de tout ».

« Cette administration pourra t-elle rallier les services pertinents du gouvernement afin de provoquer un vaste recul de l’agression régionale de l’Iran ? Nous le découvrirons dans le cours des mois à venir, particulièrement parce que Daesh a fondu au soleil et que Téhéran cherche à remplir le vide en Irak et en Syrie ».

 

Joyce Karam

3 Decembre 2017

mise à jour : 4 Décembre 2017 12:30 AM

thenational.ae

(Emirats Arabes Unis)

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here