Il y a 40 ans : la visite de Sadate à Jérusalem

3
114
Le Premier ministre Begin répondant au discours de Sadate à la Knesset, le 20 novembre 1977. A la droite de Sadate, Yitzhak Shamir, président de la Knesset. Photographie: Ya'acov Sa'ar, GPO

Il y a 40 ans dans l’histoire d’Israël : 

Visite historique de Sadate à Jérusalem

Source : Site de l’Ambassade d’Israël en France

Le 19 novembre 1977, à 20 heures, le Président égyptien Anouar al-Sadate arrive à l’aéroport de Tel-Aviv. Il est accueilli par tous les responsables politiques et militaires d’Israël avant de gagner Jérusalem, investie par une foule en liesse qui agite des drapeaux égyptiens. L’événement, suivi par des millions de téléspectateurs, frappe le monde de stupeur tant il rompt, de façon spectaculaire, avec trois décennies de guerres israélo-arabes. Cette visite constitue un tournant capital qui, à défaut d’ouvrir la voie à une paix globale, changera profondément l’équation proche-orientale.

Les contacts secrets d’Israël avec l’Egypte
Le nouveau gouvernement israélien a tenté d’établir un contact direct avec l’Égypte par deux canaux : la Roumanie et le Maroc. À la fin du mois d’août 1977, Begin a effectué une visite officielle en Roumanie, le seul pays communiste avec lequel Israël avait des relations diplomatiques. La Roumanie avait également de bonnes relations avec les Arabes, et Golda Meir avait déjà essayé de les utiliser pour contacter l’Egypte. Le rapport officiel des entretiens de Begin avec le dirigeant roumain Nicolae Ceausescu montre qu’en dépit de la position pro-arabe de Ceausescu, Begin lui a demandé d’assurer à Sadate et Assad qu’Israël voulait vraiment la paix. Begin a également parlé à Ceausescu seul. A son retour, Begin informa le gouvernement que Ceausescu lui avait dit que Sadate avait accepté une réunion entre les représentants israéliens et égyptiens.

Begin et Ceausescu marchant dans le jardin de la résidence présidentielle près de Bucarest, le 26 août 1977. Photo: Moshe Milner, GPO

 

Le plan de Sadate de parler à la Knesset et la réponse d’Israël
À la suite de ce message, Israël a utilisé les liens qu’il avait déjà établis avec le Maroc. Rabin avait rencontré le roi Hassan II en 1976 et, selon un livre publié en 2008 par le journaliste Shmuel Segev, il a demandé au roi d’envoyer un message à Sadate, mais n’a reçu aucune réponse. Segev déclare qu’à l’été 1977, le chef du Mossad, Yitzhak Hofi, s’est rendu au Maroc et a rencontré l’un des confidents de Sadate, le vice-Premier ministre, le Dr. Hassan Tuhami. Le 4 septembre, Dayan a voyagé déguisé, avec une perruque, une moustache et des lunettes noires, au Maroc.

Là il a rencontré le roi, qui avait dit ouvertement que les Etats arabes devraient reconnaître Israël. Dayan a parlé des difficultés à négocier ensemble avec tous les Etats arabes, alors que les Etats individuels, y compris l’Egypte, étaient réticents à conclure un accord séparé. Il a demandé au roi d’organiser une réunion de haut niveau avec les Egyptiens pour lui-même ou Begin, avec Sadate ou son adjoint, Hosni Moubarak. Le 9 septembre, une réponse positive est arrivée: les Egyptiens étaient prêts pour une réunion. Dayan n’était pas sûr qu’une réunion de Begin et de Sadate réussirait; dans ses mémoires il écrit que les Egyptiens ont préféré qu’il rencontre Tuhami.

Le 16 septembre, Dayan, qui se rendait à Washington, s’est envolé pour le Maroc et a rencontré Tuhami. Il est ensuite retourné en Israël pour s’entretenir avec Begin. Selon des notes sur les principaux points de la réunion (document 12), Tuhami a déclaré que Sadate avait accepté de dialoguer avec Israël en raison de sa confiance dans le gouvernement de Begin, mais qu’il ne rencontrerait Begin que si Israël acceptait d’évacuer le territoire arabe. L’Egypte et Israël devraient parvenir à un accord avant Genève, sans les Américains, mais cela devrait être présenté comme une initiative américaine. Sadate a promis de contrôler les Palestiniens. Il a été convenu d’échanger des propositions de paix et de mettre en place une autre “réunion de travail”.

Première page du rapport – Archives de l’Etat d’Israël

Le rapport du Mossad donne plus de détails. Tuhami a déclaré que Sadate se considérait comme un soldat dont la terre avait été conquise. Il voulait la paix mais pas la capitulation. Quand il a reçu la parole d’honneur de Begin que ses terres seraient restaurées, Sadate négocierait sur les autres questions. Il ne signerait pas une paix séparée mais était convaincu qu’il persuaderait la Jordanie et la Syrie de faire de même. Avant son départ, Dayan a essayé de savoir si l’accord de Begin de se retirer de tous les territoires était une condition pour sa rencontre avec Sadate. Le roi a cru qu’une réunion était possible mais Tuhami n’a pas donné une réponse claire.

À la fin d’octobre, Sadate s’est rendu en Roumanie, en Iran et en Arabie Saoudite. Il a entendu de Ceausescu de son impression favorable de Begin. Selon le ministre des affaires étrangères de Sadate, Ismail Fahmy, qui s’est opposé à l’initiative et a démissionné à la veille de la visite, Sadate a déjà mentionné aller à Jérusalem pour présenter l’affaire arabe à la Knesset, mais Fahmy l’a convaincu qu’il perdrait toutes ses cartes et susciter l’amère opposition arabe. Sadate a ensuite proposé aux Américains une réunion du Conseil de sécurité à Jérusalem-Est pour préparer la conférence de Genève, avec la participation des Israéliens et des Arabes, y compris Yasser Arafat. Carter a rejeté l’idée, et Sadat a apparemment conclu que la liberté d’action du Président était limitée par ses accords avec Israël. Les Ministres arabes des Affaires étrangères étaient sur le point de se rencontrer à Tunis et Sadate craignait des décisions qui empêcheraient l’Egypte de prendre part à Genève ou de parvenir à un accord avec Israël. Plus tard, il a dit à Dayan que l’idée d’aller à Jérusalem lui est venue sur le vol de retour de Riyad.

Pendant ce temps, un envoyé roumain est arrivé en Israël avec une proposition pour une autre réunion entre Dayan et Tuhami à Bucarest. Cette fois Begin a parlé aux Américains de l’approche. La nouvelle des contacts a même atteint Henry Kissinger (nom de code “Hezekiah”) qui a dit à Dinitz au sujet du plan de Sadate pour une réunion à Jérusalem-Est, qui a été conçu pour contourner Genève et inclure l’OLP. Dinitz pensait que c’était «farfelu» et Israël ne parlerait pas à Arafat au Conseil de sécurité ou ailleurs. Kissinger a également averti que les contacts en Roumanie étaient susceptibles de fuir aux Soviétiques .

Begin planifiait déjà une initiative personnelle – une émission personnelle au peuple égyptien, appelant à la paix avec le peuple juif. Son conseiller aux affaires arabes, le Dr. Moshe Sharon, lui a envoyé quelques points pour le discours, avec une citation du Coran, incluse dans l’émission de Begin le 11 novembre.

Le plan de Sadate de parler à la Knesset et la réponse d’Israël
Le 9 novembre, Sadate a prononcé un discours important à l’Assemblée du peuple égyptien en présence de son «frère d’armes» Yasser Arafat. Il a décrit ses efforts pour parvenir à un règlement avant, pendant et après la guerre de 1973, et a salué les efforts du Président Carter pour convoquer la Conférence de Genève et sa préoccupation pour les Palestiniens. Sadate a salué l’intérêt des grandes puissances au Moyen-Orient, mais a ajouté qu’il ne fallait pas imposer ses vues. Il a proposé d’aller à Genève pour demander le retrait israélien et un Etat palestinien. Dans une phrase imprévue, Sadate déclara alors: “Je suis prêt à aller au bout du monde si cela empêchait de blesser, et encore moins de tuer, un soldat ou un officier de mes garçons …. Israël sera surpris quand il m’entendra dire que je ne refuserai pas d’aller chez eux, à la Knesset même, pour en discuter [paix] ».

Au début, les mots de Sadate n’ont pas été pris au sérieux. Carter a poursuivi ses efforts pour convoquer la conférence de Genève. Mais Begin a déclaré aux journalistes qui lui ont demandé sa réponse: “Si ce n’est pas une figure de style, et si le Président Sadate est vraiment prêt à venir à Jérusalem à la Knesset, nous nous en félicitons”. Begin a ajouté qu’il avait déjà dit qu’il était prêt à rencontrer Sadate n’importe où, même au Caire, mais Israël a rejeté les demandes de Sadate: le retrait des lignes de 1967 et la création d’un “soi-disant Etat palestinien”.

Le 10 novembre, Begin a déclaré dans un communiqué de presse que si Sadate décidait de venir à Jérusalem, il serait reçu avec tous les honneurs dus à un président. Ce soir-là, Begin envoya un message similaire par l’intermédiaire d’une délégation du Comité des Forces armées du Congrès américain, qui se rendait en Israël et était sur le point de se rendre en Égypte (Document 18 Appendice). Au Caire, Sadate a déclaré à la délégation qu’il était disposé à venir à Jérusalem et à débattre avec les 120 membres de la Knesset, mais qu’il n’avait pas encore reçu d’invitation officielle. Il a ajouté que cette fois l’accord avec Israël ne serait pas partiel: “Cette fois nous irons pour un règlement permanent.”

Le jour suivant Begin a fait sa diffusion au peuple égyptien en anglais. Les dirigeants israéliens ont commencé à réaliser que Sadat signifiait ce qu’il avait dit, et le 13 novembre, une réunion du gouvernement a discuté de la visite. Begin a prévenu que son importance ne devrait pas être exagérée. Il a proposé de lancer une invitation officielle à Sadate à la Knesset. Dayan était préoccupé par le fait que les nouveaux développements contournaient Genève et mettent en danger les accords avec les Etats-Unis. Il a mentionné le danger que le mouvement était “un alibi pour commencer une guerre”; Si cela échouait, Sadate pourrait être forcé à l’action militaire.

Compte tenu de l’histoire de l’hostilité entre les deux États et surtout de l’attaque surprise de la guerre du Yom Kippour, beaucoup se méfiaient de l’initiative de Sadate, le voyant comme un coup publicitaire ou même un tour. Le 15 novembre, le chef d’état-major des Forces de Défense d’Israël, Mordechai («Motta») Gur, a donné un entretien de presse non autorisé, avertissant que la visite était une tromperie pour couvrir une attaque égyptienne. Il a dit que Sadate devrait savoir qu’Israël était conscient de ses intentions et de l’édification de l’armée égyptienne. Gur a agi à la suite de rapports inquiétants de manœuvres de l’armée égyptienne et de mobilisation des réserves, qui étaient en fait une réponse aux mouvements militaires israéliens et une précaution pour assurer l’ordre pendant la visite. Mais après la critique des FDI dans le rapport Agranat, aucun des chefs de l’armée ne voulait être accusé de n’avoir pas mis en garde contre le danger de la guerre.

Même ceux qui ne croyaient pas que la visite était un piège craignaient que Sadate n’attende des concessions généreuses d’Israël en échange de son grand geste. Si Israël ne répondait pas à ses demandes, il pourrait y avoir une tension accrue et même une guerre. Néanmoins, Begin n’hésita pas et rejeta les sombres prédictions de Gour qui fut réprimandé. Le 14 novembre, Begin et Sadat parurent dans une interview avec Walter Cronkite. Le 15 novembre, Begin annonça l’invitation à la Knesset et donna le texte à l’Ambassadeur Lewis qui le télégraphia immédiatement à l’Ambassade américaine au Caire. Une copie avec une lettre de couverture a été envoyée au Président Carter (document n ° 21 hébreu et anglais).

Le télégramme de Begin à Carter avec le texte de l’invitation, Archives de l’Etat d’Israël

 

Sadate n’a pas reçu l’invitation jusqu’à son retour de Damas, où le Président Hafez el-Assad avait tenté de le persuader d’abandonner son plan. Des mots durs ont été échangés par les deux présidents. Sadate a déclaré que les difficultés économiques en Egypte et l’état de l’armée ne lui laissaient pas le choix, bien qu’il ait promis que l’Egypte ne ferait pas un accord de paix séparé. Si la Syrie prenait part aux négociations, elle recevrait aussi une généreuse aide américaine. Assad était profondément méfiant à l’égard des «Juifs» et croyait que Sadate avait conclu un accord avec Israël à l’avance, avec une médiation américaine; Sadat l’a naturellement nié. Aucun accord n’a été atteint. La Syrie a condamné le pas de Sadate mais pour le moment maintenu un ton retenu. Après l’échec des pourparlers avec Assad, le Ministre des Affaires étrangères Fahmy a démissionné et son adjoint a refusé le poste. Sadate a nommé Boutros Ghali, un universitaire chrétien copte, en tant que Ministre des Affaires étrangères par intérim. A partir du 18 novembre, les attaques contre Sadate par l’URSS, la Libye, l’Irak et l’OLP se sont intensifiées. La Syrie a déclaré un jour de deuil national et l’Arabie saoudite a publié une condamnation. Mais l’armée égyptienne et la plupart du public ont soutenu Sadate.

“Opération Gate”: préparation de la visite de Sadate à Jérusalem
Avant même que la réponse de Sadate ne soit arrivée, Lewis donna à Dayan les premiers détails sur les plans de la visite et Israël commença à se préparer. Sadat devait arriver dans la soirée du samedi 19 novembre, peu après la fin du shabbat. Une partied e la délégation arriverait en avance le 18 novembre. La visite prévue de Begin en Angleterre a été reportée, et un comité dirigé par le Directeur général du cabinet du Premier ministre, Eliahu Ben-Elissar (plus tard le premier ambassadeur d’Israël en Egypte) a pris les dispositions nécessaires. L’opération a reçu le nom de code “Operation Gate”. Sadat a prévu de rester deux jours et de participer aux prières pour le festival Eid el-Adha (Fête du Sacrifice) dans la mosquée El-Aqsa le dimanche 20 novembre. Il s’adresserait à la Knesset cet après-midi. Begin a demandé à Sadate de visiter le Mémorial de Yad Vashem, et sur la recommandation de Carter, Sadate a accepté. La question de sa sécurité a suscité une grande anxiété et des milliers de policiers, d’unités de l’armée et de personnel de sécurité ont été amenés pour le protéger. Le conseiller pour les affaires arabes, le Dr Sharon, a recommandé que le nombre de fidèles à El-Aqsa soit limité, afin d’éviter tout préjudice possible à Sadate.

Il a été décidé que Sadate et sa délégation resteraient à l’hôtel King David à Jérusalem. Le 15 novembre, avant même la visite, le propriétaire de l’hôtel, Yekutiel Federman, écrivit au Premier ministre et proposa que l’hôte distingué séjourne dans l’hôtel historique.

Bien que l’initiative de Sadate visait à contourner les complications créées par les Américains, ni lui ni le gouvernement israélien ne voulaient que le Président Carter ait le sentiment d’être exclu ou que ses efforts n’étaient pas appréciés. Les Israéliens savaient que Sadate était en contact étroit avec Carter, et le 18 novembre, Begin envoya au président un télégramme de remerciements pour avoir contribué à la visite historique. Brzezinski voulait profiter de la visite pour faire avancer la conférence de Genève et presser Israël de faire des concessions sur la question palestinienne. Kissinger a dit à Dinitz de ces mouvements, et a ajouté que l’administration était aveugle aux nouveaux développements. Il leur avait dit que les Israéliens n’avaient pas besoin de conseils, et Sadate savait très bien comment protéger sa position dans le monde arabe. Kissinger s’est également entretenu au téléphone avec Sadate lui-même, qui a déclaré qu’il voulait terminer la tâche entreprise en 1974-1975. Kissinger a souligné l’importance de la confiance de Sadat dans la victoire de Begin, et a loué sa gestion de l’initiative jusqu’ici.

Le même jour, une réunion du gouvernement a été organisée pour présenter les plans de la visite et un comité des ministres a été mis en place pour préparer le discours de Begin à la Knesset. Il a été décidé que le leader de l’opposition, Shimon Peres, devrait également parler, pour mettre l’accent sur la démocratie israélienne. Dayan s’inquiétait du fait qu’il n’y aurait pas de temps pour des discussions sérieuses, en raison du calendrier chargé et du flux de demandes pour rencontrer Sadate, parmi lesquels des Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Il a favorisé des discussions dans un cercle très limité, probablement dans la maison de Begin. Au cours de la réunion, des informations sont parvenues sur l’atterrissage de la délégation égyptienne à l’aéroport, et une agitation s’est produite lorsque les spectateurs se sont excités et ont couru après les Egyptiens “comme s’ils avaient atterri de Mars”.

Puis, Begin a fait un rapport à la Knesset, au Ministère des Affaires étrangères eu Comié de Défense. Les membres du comité étaient également préoccupés par la réponse d’Israël au discours de Sadate et trouvaient le temps de discuter sérieusement, et Begin les a rassurés. Begin a décrit le rôle joué par la Roumanie dans les contacts avec l’Egypte et le député Haim Bar Lev a demandé si la mystérieuse disparition du Ministre des Affaires étrangères sur son chemin vers les Etats-Unis avait quelque chose à voir avec cela. Begin a confirmé sa spéculation mais a refusé de donner des détails par crainte de fuites.

Le 19 novembre, peu de temps avant l’atterrissage de l’avion de Sadat, une réponse officielle à l’invitation de Begin arriva. La copie originale signée de la lettre publiée ici n’a été remise au Premier ministre qu’en décembre 1977 par l’Ambassade américaine à Tel-Aviv (Document 26, Annexe).

Les dernières lignes de la lettre d’acceptation de Sadat, Archives de l’Etat d’Israël

La visite de Sadate à Jérusalem
Peu de temps après la fin du shabbat, Sadate a atterri en Israël et a été accueilli avec un enthousiasme énorme par le public. Le Président Ephraim Katzir, le Premier ministre Begin et tous les ministres ont pris part à la cérémonie à l’aéroport, en compagnie des anciens premiers ministres Yitzhak Rabin et Golda Meir. Sadat a été particulièrement ému par la rencontre avec Mme Meir. 3 000 journalistes, radio-diffuseurs et équipes de télévision sont arrivés en Israël pour couvrir la visite. La cérémonie a été montrée en direct à la télévision américaine et Avi Pazner, le porte-parole de l’Ambassade à Washington, a rapporté que les plus éminents radiodiffuseurs ne pouvaient cacher leur émotion. Les journalistes qui ont volé avec Sadat ont rapporté qu’il apportait des propositions concrètes et qu’il avait dit qu’il mettait son avenir politique entre les mains d’Israël.

Sadate a été conduit à Jérusalem avec le président Katzir, et les ministres ont voyagé avec leurs homologues égyptiens. Dayan a conduit avec Boutrus Ghali, et a profité de l’occasion pour demander à Sadate de ne pas mentionner l’OLP dans son discours à la Knesset. À leur arrivée, Sadat et Begin ont eu une courte conversation privée.

Tôt le dimanche matin, Sadate a visité la mosquée El-Aqsa et a pris part aux prières pour la fête commémorant la ligature d’Ismaël (plutôt qu’Isaac, comme dans la tradition juive). Il a également visité l’Eglise du Saint-Sépulcre. Pendant ce temps, Begin a parlé au gouvernement de leur conversation et des rencontres prévues avec les Egyptiens . Begin a également donné aux ministres les principaux points de son discours à la Knesset. Il dirait qu’Israël n’accepterait pas les demandes de l’Egypte, mais qu’il n’entrerait pas en discussion. Il répète que toutes les questions sont ouvertes à la négociation. Le Ministre de l’Agriculture, Ariel Sharon, a suggéré un geste aux Egyptiens en leur donnant accès à la ville d’El-Arish au Sinaï. Dayan a averti que les Egyptiens n’étaient pas intéressés par un geste, qui encouragerait seulement ceux qui les ont accusés d’essayer de gagner avantage pour l’Egypte seule. Mais Israël pourrait proposer une politique de frontières ouverte, puisque celle-ci existait déjà à la frontière avec la Jordanie et la «bonne clôture» avec le Liban.

Plus tard, Sadate et Begin ont visité Yad Vashem et un déjeuner de travail a eu lieu à l’hôtel. Aucun enregistrement sténographique de cette réunion et d’autres réunions au cours de la visite n’a été trouvé dans les Archives de l’Etat d’Israël et il n’en a peut-être pas été fait. Les sources principales pour le contenu des discussions sont les rapports de Begin et les ministres au gouvernement et trois courtes notes dictées par Dayan à son chef de bureau, Elyakim Rubinstein. Selon le rapport de Dayan, au déjeuner, il a demandé directement aux Égyptiens quelles étaient leurs attentes et ce qu’Israël pouvait faire pour que la visite soit un succès. Ce matin, un télégramme était arrivé de Carter, pressant Begin de faire preuve de souplesse sur la question des groupes de travail à Genève. Dayan et Begin ont été très soulagés de constater que Sadate voulait des discussions de fond et non des discussions de procédure à Genève: «Vous êtes intéressés à« travailler »et non par le « papier »», résume Dayan.

Cet après-midi-là, Sadate s’est adressé à une session spéciale de la Knesset en arabe (pour la traduction anglaise, voir le site web du Ministère des Affaires étrangères).

Sadate, comme Begin, a mentionné l’occasion – la Fête du Sacrifice, commémorant l’acte de dévotion d’Abraham, l’ancêtre commun des peuples arabes et juifs. Sadate a parlé de sa décision «d’aller au pays de l’adversaire alors que nous étions encore en état de guerre» afin de détruire les murs de suspicion et d’hostilité qui séparaient les deux peuples. Il a assuré Israël qu’il pourrait être accepté par le monde arabe en toute sécurité et sécurité, Il n’était pas venu pour signer un accord séparé, mais plutôt pour faire avancer une “paix durable et juste”. Son but était de présenter directement au peuple israélien les principes de cette paix, qu’il croyait qu’aucune personne raisonnable ne pouvait nier: le retrait complet d’Israël, y compris Jérusalem-Est, et la création d’un Etat palestinien. Il n’a pas mentionné l’OLP.

Dans la réponse de Begin, interrompue à plusieurs reprises par les députés communistes, il a salué le courage de Sadate et a invité les dirigeants de la Syrie et de la Jordanie et les «véritables porte-parole des Arabes palestiniens» à des pourparlers. Il a précisé que les positions d’Israël n’étaient pas celles de l’Egypte, mais a appelé Sadate à ne pas exclure les négociations sur n’importe quel sujet. Commencé et fermé par une prière “que le Dieu de nos ancêtres communs nous accordera la sagesse requise de cœur afin de surmonter les difficultés et les obstacles, les calomnies et les calomnies. Avec l’aide de Dieu, puissions-nous arriver au jour tant attendu par lequel tout notre peuple prie – le jour de la paix “. Par la suite, Shimon Peres a pris la parole, soulignant l’unité nationale.

Le Premier ministre Begin répondant au discours de Sadate à la Knesset, le 20 novembre 1977. A la droite de Sadate, Yitzhak Shamir, président de la Knesset. Photographie: Ya’acov Sa’ar, GPO

 

Un dîner en l’honneur de Sadate a eu lieu ce soir-là à l’hôtel King David. Voir le document 29pour le toast de Begin au Président Sadate et sa réponse. (Le toast était ivre sans vin, car Sadate, en tant que musulman pieux, ne buvait pas d’alcool.)

Pendant le dîner de travail, Tuhami a préparé une proposition pour un communiqué officiel qui sera publié par Israël à la fin de la visite. Un projet de communiqué de Yadin peut être vu dans le document 29A. Certaines de ces modifications ont été décrites par Begin dans son dernier rapport .Les conseillers de Sadat ont voulu qualifier la visite de “providentielle” mais les Israéliens n’étaient pas d’accord. Begin a expliqué à Sadat que de telles fioritures n’étaient pas habituelles en Israël et il l’a changé en “important”. Le conseiller de Begin, d’origine britannique, Yehuda Avner et “Shakespeare” l’ont changé en “significatif”.

Sadate et Begin ont été interviewés conjointement par la journaliste radio Barbara Walters, puis se sont rencontrés pour un entretien privé. Pendant ce temps Weizman et Yadin étaient invités à boire un verre par le Dr. Mustapha Khalil, le chef de l’Union Socialiste Arabe, le parti de Sadate, et Boutros Ghali. Lors de la réunion du gouvernement le 24 novembre, Weizman et Yadin ont décrit la réunion informelle, qui a duré trois heures et demie, comme une séance détendue et ouverte.

Le lendemain, Weizman, qui connaissait bien l’Egypte depuis ses visites de la Seconde Guerre mondiale au Caire, eut une rencontre privée avec Sadate. Begin a raconté à Dayan sa conversation privée avec Sadate, où ils avaient commencé à discuter du retrait israélien du Sinaï. Sadat a exigé le retrait complet; Begin n’a pas refusé mais “a fait un visage aigre”. Sadate a exprimé sa volonté de démilitariser le Sinaï. Il proposa une autre rencontre entre Tuhami et Dayan au Maroc “pour parler affaires”. Begin voulait Bucarest, tandis que Dayan préférait Téhéran.

Sadate a également rencontré une délégation palestinienne et des membres de la coalition et des partis d’opposition à la Knesset. Dans sa réponse à la première, il a souligné son souci d’empêcher la guerre et de protéger la sécurité d’Israël (document 30). Sadate et Begin ont ensuite tenu une conférence de presse conjointe et publié une déclaration sur la visite, déclarant que le gouvernement israélien a proposé de poursuivre le dialogue pour ouvrir la voie à des accords de paix avec tous ses voisins arabes.

Cet après-midi-là, à quatre heures du matin, Sadate s’envola pour le Caire, où il reçut l’accueil d’un héro de la foule en liesse. Les organisateurs de la visite ont poussé un soupir de soulagement. Malgré le court préavis, tout s’est bien passé et les Egyptiens ont été impressionnés par l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu. L’inspecteur général de la police israélienne, Chaim Tavori, a envoyé un message de remerciement aux policiers et aux femmes qui ont assuré le succès de l’opération.

Source Archives de l’Etat d’Israël – voir le dossier complet 

3 COMMENTS

  1. Lire l’article suivant : “Il y a 40 ans : Visite de Sadate en Israël, visite de paix avec l’Etat d’Israël ou d’humiliation ?”
    Il y a 40 ans, Sadate arriva en Israël pour entreprendre des pourparlers de “Paix” avec Begin. Il fut accueilli en grande pompe, tapis rouge, fanfare, ovations, et réception- cocktail à l’hôtel du Roi David à Jérusalem.
    Le jour précédent, il avait été reçu à la Knesseth où les députés israéliens en extase lui firent un triomphe. Pour un bout de papier, l’Etat d’Israël lui donnait le Sinaï, qui est près de 3 fois plus grand que tout l’Etat d’Israël.
    L’abandon du Sinaï par le gouvernement de l’Etat d’Israël, pour l’offrir “sur un plateau” à Sadate, en contrepartie d’un accord ignominieux – appelé de manière non moins ignominieuse “traité de paix” alors qu’il s’agit de capitulation !- est non moins qu’une trahison ! Une double, et une triple trahison !
    Elle est une trahison à l’encontre de l’Histoire, car le Sinaï est une terre hébreue ! De tous temps ! Il n’a jamais appartenu à l’Egypte ! C’est le colonialisme et l’impérialisme britannique qui en 1920 a décidé d’arracher le Sinaï des limites du Pays des Hébreux (renommé par ces colonialistes “Palestine” – voir notre article Pour en finir avec l’usage du terme “Palestine”) pour le rattacher à l’Egypte ! Mais après la victoire d’Israël lors de la Guerre des Six-Jours en 1967, le Sinaï avait été récupéré et libéré des mains illégitimes de l’occupant égyptien.
    Elle est aussi une trahison envers les héroïques soldats israéliens morts au combat pour défendre leur patrie lors de la “Guerre de Kippour” en 1973, ainsi qu’envers ceux qui furent faits prisonniers et ignoblement exécutés sur place, en bafouant les conventions de Genève !
    Et elle est enfin une trahison abjecte au regard du passé nazi de Sadate. Car avec qui l’Etat d’Israël a conclu cet “Accord de la honte” ? Avec un ancien membre du parti pro-nazi égyptien qui, durant la Deuxième Guerre Mondiale, s’était porté volontaire pour combattre dans les rangs d’Hitler !
    Voici d’ailleurs ce qu’écrivait Sadate en septembre 1953, dans l’hebdomadaire cairote El Moussawar (L’illustré), dans le cadre d’une lettre chaleureuse adressée à Hitler, suite à la rumeur que ce dernier était encore en vie, caché en Egypte : « Mon cher Hitler. Je vous félicite du fond du cœur. Même s’il vous semble que vous avez été battu, en réalité vous êtes le vainqueur … Vous pouvez être fier d’être devenu immortel en Allemagne. Nous ne serions pas surpris si vous y apparaissiez de nouveau ou si un nouvel Hitler se levait dans votre sillage. » Signé, Anouar El-Sadate.
    Après la ratification de cet “Accord de la honte” – et lors du cocktail officiel donné le 20 Novembre 1977 à l’Hôtel King David à Jérusalem, en “l’honneur” de cette imposture -, Sadate y fit son apparition, applaudi par tout le gratin israélien, bien qu’il arborait une cravate rouge et noire ornée… de croix gammées !
    J’étais présent à la manifestation de protestations contre cette abjecte offense au peuple israélien que Sadate nous jetait à la face. Mais les médias gauchos-bobos israéliens, puis ceux du monde entier, nièrent tout d’abord le fait ! Puis, devant l’évidence, ils ont tenté de le justifier en alléguant que Sadate avait mis cette cravate par inadvertance de son secrétaire ou pour faire “un ultime clin d’oeil à son passé de pronazi repenti”. Jusqu’où l’ignominie de ces médias corrompus peut mener !
    Aujourd’hui, les populations chrétiennes arabophones du Sinaï, qui jouissaient de sécurité et de bien- être lorsque l’Etat d’Israël possédait le Sinaï, se trouvent menacés d’extinction, de déportation, et de massacres ! Ce n’est qu’après cette trahison de 1977 et l’abandon du Sinaï à l’Egypte, que la situation des chrétiens arabophones se dégrada jusqu’à parvenir de nos jours à l’enfer dans lequel ils vivent, sans arrêt menacés et harcelés par des groupuscules jihadistes qui comptent les islamiser ou les faire passer par “le fil du cimeterre”.
    La seule solution pour la sauvegarde des populations chrétiennes arabophones du Sinaï est donc la reprise de ce territoire, originellement hébreu, des mains égyptiennes illégitimes et son intégration dans la souveraineté légitime israélienne.”

    • L’histoire de la fameuse cravate est contestable, s’agissant d’un symbole inversé, la Swastika hindoue, signe solaire et du vent favorable, qui une fois retournée servit de valeur unitaire à Adolf. Ce ne serait que le “détail qui tue” comme disait l’autre, s’il faut en dérouler toute une analyse tissée de bric et de broc, en remontant à ce que pouvait dire un jeune officier égyptien en 1953. La jeunesse pro-hitlérienne de Sadate est la même que celle de l’élite syrienne, irakienne, etc. et recoupe l’influence des Frères Musulmans et d’Hajj Amin al-Husseini.

      Mais, le problème est de savoir si on peut croire Menachem Begin, ancien du Lehi et de l’Irgoun, près à aucune concession sans bonnes raisons et sans objectifs évidents, comme totalement stupide au point de se faire rouler dans la farine par un camelot du marché du Caire lui racontant n’importe quelle baliverne pour le tromper, en portant même une cravate nazie sous son nez? Lui comme d’autres aux commandes à l’époque, dont une majeure partie de la famille a fini dans les camps?

      Ensuite, il y a le minimum de recul pour voir si ça tient ou si ça ne tient pas ce genre d’accord : admettons qu’ils se soient trompés et sciemment en plus, pourquoi l’Egypte n’entre pas en guerre contre Israël depuis cela? Pire, comment la Jordanie, malgré toutes ses réticences a aussi signé en 1994? Mais pire de pire, comment maintenant, Israël en vient à promouvoir des résolutions anti-iraniennes, de concert avec l’Arabie Saoudite devant l’ONU?

      Même si la moitié du chemin n’est pas fait et la double-raison de l’assassinat de Sadate, c’est la paix avec les Juifs : aux yeux du Djihad Islamique égyptien, ancêtre d’Al Qaïda et au nom de la révolution iranienne, qui se déclenche quasiment dans la foulée, “à cause de la trahison” de l’Egypte, à l’égard des “pays frères”.

      Avant le double danger de l’Islamisme, lancé 1) par l’Iran devant détruire l’alliance entre le Shah et Israël, 2) du Wahhabisme qui prend le train en marche de la révolution et tente une formule de rechange, avec Al Qaïda, puis Daesh, etc., le vrai et seul danger pour Israël était le Panarabisme : or, Sadate neutralise ce danger qui unissait Egyptiens-Syriens, Irakiens, tous les partis Baath… dits “Arabistes laïcs”…

      Demain, si le Hamas est susceptible d’être partiellement neutralisé, hormis sa partie en usufruit iranien, ce sera grâce à Sadate. Si l’Arabie Saoudite se sent des ailes pour s’en prendre à Téhéran, ce sera en partie grâce à ce nouveau rapport de force. Si le prince régnant prend son courage à deux mains pour tenter de moderniser, c’est aussi un peu grâce à Sadate. Donc l’histoire de la cravate à petits pois gammés, c’est un peu faiblard comme argumentaire.

      Quant au sort des Chrétiens et entre autres Coptes, il est aussi terrible que celui des Yezidis ou d’autres Chrétiens d’Irak. Mais c’est principalement l’ennemi de Sadate, les descendants de ceux qui l’ont tué qui sont aussi les ennemis de ces Coptes ou Chrétiens. L’armée égyptienne n’a jamais fait ce qu’il fallait pour régler le problème de l’instabilité du Sinaï ou de ses bédouins. Le problème posé aujourd’hui se cogère entre les services de renseignements des deux armées. Ce type de coopération était impensable jusqu’à il y a très peu. Faut-il regarder le verre à moitié vide ou à moitié plein? C’est le premier pas de l’intégration d’Israël dans le vaste ensemble géostratégique moyen-oriental, central à l’égard de l’Europe du Sud et poussant plus en profondeur, grâce à un neutralisation progressive de la plupart des obstacles… vers l’Est : l’épicentre des conflits moyen-orientaux n’est plus du tout le Jourdain ou le Sinaï, c’est en fait Téhéran, l’Irak et l’Est de la Syrie… Progrès géostratégique de la position d’Israël, quoi qu’en pensent les grincheux (ok, cela a coûté Yamit, etc.)
      Côté palestinien : sans l’Egypte, au sud, jamais ô grand jamais la Syrie ne s’est plus aventurée seule contre Israël : une paix froide, royale depuis 1974 : Israël a gagné sur les deux tableaux par démobilisation d’un adversaire crucial. L’armée syrienne vient de s’auto-détruire durant plus de 6 ans et l’Iran avance surtout à coups de milices qu’on peut redouter sur le papier, par le nombre, etc., mais vraisemblablement pas sur le terrain, malgré quelques sales coups portés… Restent les guerres de “basse intensité”, les coups terroristes, et le lent acheminement de moyens transportés d’Iran? Visibles, repérables et destructibles en plus ou moins grosse quantité? Sadate a finalement offert une paix durable de plus de 38 ans : savoure au lieu de te plaindre…

  2. Il n’y a pas plus imbéciles sur terre que les dirigeants de l’Etat d’Israël !
    Sadate est venu en Israël nous humilier en arborant une cravate à croix gammées, lors de la réception qui lui a été faite à l’Hotel du Roi David à Jérusalem ! Et votre article tiré de documents officiels de l’Etat d’Israël l’encense, tout en prenant soin de ne pas prendre des clichés de sa cravate à croix gammées et ni d’évoquer son passé de nazi et d’admirateur d’Hitler !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here