Gallimard suspend sa promotion des pamphlets antisémites de Céline

0
146

Gallimard suspend son projet de réédition des pamphlets antisémites de Céline

La maison d’édition souhaitait publier trois textes antisémites de l’auteur de « Voyage au bout de la nuit », un projet qui avait suscité l’émoi.

La maison d’édition Gallimard a annoncé jeudi 11 janvier qu’elle suspendait son projet de publier les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline. Antoine Gallimard, président des éditions, a justifié sa décision, « jugeant que les conditions méthodologiques et mémorielles ne sont pas réunies » pour « envisager sereinement » ce projet.

La maison d’édition souhaitait publier trois pamphlets antisémites de l’auteur de Voyage au bout de la nuit : Bagatelles pour un massacre (1937), L’Ecole des cadavres (1938) et Les Beaux Draps (1941, donc pendant l’Occupation).

 Lire aussi :   Petites et grandes manœuvres autour des pamphlets de Céline

Les pamphlets de Céline ne sont pas interdits en France, mais ils n’ont pas été réédités depuis la fin de la seconde Guerre mondiale. L’écrivain lui-même puis sa veuve, Lucette Destouches, âgée de 105 ans, s’y opposaient. Ils peuvent cependant aisément être consultés sur Internet ou achetés chez des bouquinistes.

Inspiré d’une édition québécoise

« Les pamphlets de Céline appartiennent à l’histoire de l’antisémitisme français le plus infâme. Mais les condamner à la censure fait obstacle à la pleine mise en lumière de leurs racines et de leur portée idéologiques, et crée de la curiosité malsaine, là où ne doit s’exercer que notre faculté de jugement », a estimé jeudi l’éditeur. Mais, a-t-il ajouté, « je comprends et partage l’émotion des lecteurs que la perspective de cette édition choque, blesse ou inquiète pour des raisons humaines et éthiques évidentes ».

Gallimard souhaitait publier « une édition critique » des pamphlets « sans complaisance aucune ». L’accompagnement des textes par un appareillage critique était selon le premier ministre, Édouard Philippe, entré dans ce débat, la seule condition acceptable pour que les pamphlets puissent être réédités. « Je n’ai pas peur de la publication de ces pamphlets, mais il faudra soigneusement l’accompagner », avait déclaré le chef du gouvernement dans un entretien au Journal du dimanche.

Dans un communiqué, l’éditeur parisien expliquait vouloir s’inspirer de l’édition publiée au Québec en 2012 par la maison canadienne Editions 8. Il assurait que le livre serait accompagné d’une analyse du professeur d’université Régis Tettamanzi et d’une préface signée de l’écrivain Pierre Assouline. Or de nombreuses voix se sont élevées, notamment celle de Frédéric Potier, à la tête de la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, pour demander qu’un collectif interdisciplinaire incluant des historiens éclaire ces écrits, et que l’éclairage ne soit pas juste sur le plan littéraire.

« Une insupportable incitation à la haine »

Ce projet de réédition avait suscité de nombreuses réactions. Le 20 décembre, Serge Klarsfeld, président de l’association Fils et filles de déportés juifs de France, appellait dans L’Obs à l’interdiction pure et simple du volume et menaçait Gallimard d’une action en justice. Ce projet « est une agression contre les juifs de France », avait répété jeudi matin M. Klarsfeld sur Europe 1. Il s’est dit « soulagé »après l’annonce de Gallimard.

Ces textes constituent « une insupportable incitation à la haine antisémite et raciste », avait estimé mardi le Conseil représentatif des institutions juives (CRIF). Son président, Francis Kalifat, avait appelé les éditions Gallimard « à renoncer au projet de réédition de ces brûlots antisémites ».

Le député de La France insoumise Alexis Corbière s’était également indigné de la démarche de la maison d’édition. « N’oublions pas ce que le passé nous a appris et ne laissons pas des enjeux commerciaux faciliter l’enracinement d’une telle pensée et l’affaiblissement de notre vivre-ensemble », dénonçaient mercredi Guillaume Gouffier-Cha et Jean-François MBaye, deux députés La République en marche du Val-de-Marne.

En savoir plus sur lemonde.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.