Fermer

SI ISRAËL VOUS HABITE,
NOUS VOUS AIDONS A Y HABITER

SALON DE VOTRE IMMOBILIER EN ISRAËL

Dimanche 23 novembre 2014 à partir de 10h00

Espace Congrès CAP 15

3 Quai de Grenelle 75015 PARIS

ACTUALITES / DEPECHES

En finir avec « la farce » des négociations de paix,...Yossi Beilin

mercredi 11 avril 2012, par Yossi Beilin, par Mahmoud Abbas, par Négociation de paix, par Israël, par Etat palestinien, par accords d’Oslo

L’homme qui envoie cette lettre à Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, n’est pas n’importe qui en Israël, même s’il s’est retiré de la politique.

hamid.soltani Il a été l’un des artisans de la négociation de ce qui devait s’appeler les accords d’Oslo. Il fut ministre des gouvernements Rabin puis Barak et a mené les pourparlers de la dernière chance à Taba, en janvier 2001, alors qu’avait éclaté la seconde Intifada et que les Israéliens s’apprêtaient à aller aux urnes et à renverser le gouvernement dirigé par les travaillistes.

Yossi Beilin fut aussi le signataire, avec Yasser Abdel Rabbo, des accords de Genève d’octobre 2003, qui proposaient une solution au conflit (lire le dossier du Monde diplomatique de décembre 2003.)

La lettre qu’il vient d’envoyer à Mahmoud Abbas est d’autant plus significative. Il appelle le président palestinien à « end this farce » (Foreign Policy, 4 avril 2012) — mettre un terme à cette farce des négociations.

« J’avoue que je n’aurais jamais cru que le moment viendrait où il faudrait que je vous écrive ces mots. Je le fais parce que le président américain Barack Obama vous a convaincu de ne pas annoncer maintenant le démantèlement des institutions de l’Autorité palestinienne et de “rendre les clés” à Israël. Parce qu’il n’y a jamais eu de négociations sérieuses avec le gouvernement du premier ministre Benjamin Netanyahou au cours des trois dernières années, et parce que vous ne vouliez pas perpétuer le mythe selon lequel un dialogue constructif existerait, vous avez été très tenté de déclarer la mort du processus de la paix — mais le président américain vous a exhorté à maintenir le statu quo. C’est une erreur d’accepter la demande d’Obama, et vous pouvez y remédier. »

Après avoir fait un éloge soutenu des accords d’Oslo et renvoyé dos à dos les extrémistes des deux bords, l’ancien ministre poursuit :

« Vous et moi comprenons que la situation actuelle est une bombe à retardement. De mon point de vue, ce qui est en jeu, c’est la disparition d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique. Du vôtre, c’est la fin de la perspective d’un Etat palestinien indépendant. Et de nos deux points de vue, l’échec de la solution à deux Etats risque de déboucher sur le retour d’une terrible violence.

Toute personne qui souscrit à cette analyse se doit de prendre des mesures. Vous pouvez le faire et, pour franchir cette étape, vous n’avez pas besoin d’un partenaire. Déclarer la fin du processus d’Oslo — justifiée par le fait que le chemin vers un accord permanent est bloqué — est la plus raisonnable des options non violentes pour remettre le sujet à l’ordre du jour et relancer les efforts en vue d’un réglement définitif.

Dissoudre l’Autorité palestinienne et donner le contrôle des affaires quotidiennes à Israël serait une initiative que personne ne pourrait ignorer. Cela n’a rien à voir avec une manifestation devant la municipalité de Ramallah, ou un appel à l’Organisation des Nations unies pour obtenir un statut d’Etat membre. Il s’agit d’une décision que vous pouvez prendre seul, une décision qui obligera les autres à répondre.

Je sais combien cela est difficile. Je sais combien de dizaines de milliers de personnes dépendent de l’Autorité palestinienne pour vivre. Je suis en mesure d’apprécier tout ce que vous et le premier ministre Salam Fayyad avez accompli — la création d’institutions palestiniennes, la croissance de l’économie dans des conditions impossibles, le renforcement de la sécurité en Cisjordanie. »

On peut être plus que sceptique face à cet éloge, mais passons...

« Après tous ces efforts, cependant, vous avez encore besoin de supplier le gouvernement israélien de débloquer l’argent des revenus de la douane ; il vous faut encore mendier auprès des républicains au Congrès des Etats-Unis le transfert des fonds à l’Autorité palestinienne » (...)

« N’hésitez pas un instant ! N’acceptez pas la demande du président Obama, qui veut simplement qu’on le laisse tranquille avant la présidentielle. Ne laissez pas le premier ministre Netanyahou se cacher derrière la feuille de vigne de l’Autorité palestinienne : imposez-lui, une fois de plus, la responsabilité du sort de 4 millions de Palestiniens. Restez à la tête de l’Organisation de libération de la Palestine, qui vous donnera le pouvoir de diriger les négociations politiques, si et quand elles reprennent.

« Mais pour le bien de votre propre peuple, et pour l’amour de la paix, vous ne pouvez pas laisser cette farce se poursuivre.

« Il est possible, bien sûr, que la disparition d’Oslo ne soit pas suivie par la reprise de pourparlers de paix vers une solution définitive. Mais dans ce cas, au moins ce ne sera pas vous — l’homme qui se tenait à côté du berceau du processus d’Oslo — qui serez responsable de n’avoir pas su empêcher la distorsion totale et complète de ce processus par ses adversaires palestiniens et israéliens. »

Le processus de paix ouvert à Oslo est mort et enterré. Il serait temps que les responsables européens le reconnaissent et arrêtent de réclamer la reprise de négociations « sans conditions » entre les deux parties.

Notons cet éditorial de Thomas Friedman, ce journaliste américain qui expliquait depuis le début des révoltes arabes que celles-ci n’avaient pas de programme de politique internationale et n’étaient pas intéressées par la Palestine (« A Middle East Twofer » [Au Proche-Orient, deux produits pour le prix d’un], The New York Times, 3 avril 2012. Il appelle à résoudre d’urgence le conflit israélo-palestinien car, écrit-il, « si la violence reprenait en Cisjordanie, il n’y aura pas de pare-feu — le rôle joué par l’ancien président Moubarak — pour empêcher les flammes de se propager dans les rues égyptiennes ».

par Alain Gresh - Le Monde Diplomatique.

NDLR : Ceci aussi fait partie du débat, et ce point de vue même si nous partageons pas tous les termes est à prendre en considération.



Retour Page d'accueil du site

Vous pouvez réagir à cet article, le Forum est un espace de liberté et d'échange, toutefois il est soumis aux règles suivantes :
Tout commentaire à caractère raciste, antisémite, diffamatoire, injurieux et grossier pourra donner lieu à la suppression de votre compte .
Tout commentaire n'engage que son auteur et Jforum n'est en aucun cas partie prenante dans les divers propos de vos commentaires.
LES ARTICLES DE JFORUM

9 Messages de forum

  • Je ne comprends pas : Les accords d’oslo qui devaient trouver une solution (finale) au conflit sont morts depuis le 1er jour. Arafat l’a dit dès le début que ce n’était qu’une farce pour conquérir petit a petit toute la terre d’Israel. Le terrorisme a été des plus violent a partir de jour maudit. Rappelez vous les autobus qui sautaient en plein Jerusalem...Puis il ya eu les actions récentes unilatérales de l’autorité palestinienne pour créer une palestine indépendante, ce qui de facto rendait ces accords d’oslo morts. En effet une clause stipulait que toutes actions unilatérales d’une des parties rendaient caduques ces accords. Donc je ne comprends pas pourquoi l’on continue de discuter avec cette bande de voleurs. Un coup de balai et chacun rentre chez soi en Egypte, en syrie, au liban, en jordanie....ce n’est pas la place qui manque chez leurs freres...

    Répondre à ce message

  • Je regrette mais la contribution de Yossi Beilin qui a consisté à envoyer une lettre à ABBAS n’apporte rien à la solution du problème Israélo-Palestinien, bien au contraire ; la bombe à retardement serait d’accepter la situation actuelle dans laquelle le taux de fécondité des Arabes est 2 fois supérieur à celui des Juifs et, de ce fait, dans 20 ans les juifs seront minoritaires chez eux, ce qui entrainera une guerre civile très meurtrière, une sorte de Saint-Barthélemy Moyen-orientale ; pour ma part, je ne vois qu’une solution qui soit susceptible d’amener une paix définitive dans la région, c’est que les musulmans de Judée-Samarie et d’Israël partent tous en Jordanie qui est leur véritable patrie car, ne l’oublions pas, cet Etat a été créé spécialement par les Britanniques pour les accueillir ; à charge pour l’ONU de subventionner leur ré-installation dans ce pays ; Israël doit récupérer la totalité de la Judée-Samarie qui est la terre ancestrale des Juifs et , en cas d’agression de la part des terroristes Egyptiens , il faudra annexer le Sinaï en révoquant le traité de paix qui n’est pas respecté.

    Répondre à ce message

  • Cette farce est double : d’abord lorsque Abbas dit qu’il veut remettre les clés de son pouvoir, il sous entend implicitement qu’il n’arrive pas à poursuivre son plan qui consiste à créer un etat palestinien sur l’ensemble du territoire y compris Israel. Son objectif de demander Jerusalem comme capitale et le retour de tous les "refuigés "palestiniens est la traduction soft mais concrete de son objectif . : la disparition d’Israel. Si la paix ne dependait que de tracés de frontieres, celle-ci aurait été obtenue depuis longtemps dejà. Gaza et le Hamas veulent la disparition violente d’Israel, Abbas veut la disparition sof d’Israel. 2e farce : comment un israelien comme Yossi Beilin, de cet envergure, peut il ecrire une lettre de ce contenu qui conseille et encourage un ennemi d’Israel dans cette voie de l’echec. Yosi Beilin considere implicitement dans cette lettre qu’Israel et l’Amerique sont responsables de l’echec et n’exige meme pas d’Abbas de se poser la question de savoir si l’autorité palestinienne n’a pas sa part de résponsabilité ? meme dans une democration telle qu’Israel, ceci est inconcevable et aujourd’hui si nous sommes mis en cause de toutes parts, c’est en partie de la faute d’Israeliens ou de juifs comme Yossi Beilin, tout beilin qu’il soit ! voila la veritable farce des negociations dites de paix !

    Répondre à ce message

  • La nomenklature palestinienne a-t-elle jamais souhaité sincèrement établir un état palestinien ? Cela signifierait la fin du plantureux budget de l’UNRWA lié à la disparition du statut héréditaire de réfugié, donc du fonds de commerce à la fois financier et victimaire des Palestiniens. Dont la volonté d’indépendance est d’ailleurs douteuse : Les déclarations du chef de la Saiqa, Zuheir Mohsen, affirmant qu’il n’existe rien de tel qu’un peuple palestinien, et que son existence n’est qu’une habileté tactique afin de s’approprier Haifa, Jaffa, Beersheva, pour rejoindre, dès la reconquête achevée, la "Grande Syrie", lèvent le voile sur une stratégie grandiose, confirmée par l’intention affirmée par Mahmoud Abbas de refuser la citoyenneté palestinienne non seulement aux Juifs habitant son territoire, mais aux "réfugiés" eux-mêmes afin qu’ils ne perdent pas leur potentiel de violence revendicative. Le projet national palestinien existe-t-il réellement ? On aurait rapidement la réponse par l’expérience du vide : la suppression des aides internationales qui constituent la moitié du PIB palestinien forcerait les "élites" qui s’en enrichissent à prendre leurs responsabilités. Sinon, il n’y a aucune chance de jamais voir la mindre solution à l’horizon.

    Répondre à ce message

    • Excellente analyse que la votre, Ratfucker, malgré un pseudo bien provocateur.
      - Oui, L’occident en soutenant finançant les palestiniens (Gaza et Pa) , ne les incite pas à faire la moindre concession. Ceux ci n’ont plus de soucis financier, j’en veux pour preuve qu’ils paient un salaire aux terroristes emprisonnés, encourageant ainsi le métier de terroriste dans des régions où vivre d’un metier reste très difficile. Le régime Syrien a fait pareil en offrant des milliers de dollars aux palestiniens pour aller se faire tuer en violant les frontières d’Israel.
      - Oui, la seule solution serait de cesser de les soutenir artificiellement pour forcer le compromis. Mais de toute façons, si les palestiniens obtiennent un pays, il faudra bien qu’ils s’assument. Comment feront-ils sans l’aide de l’occident ? on voit bien que leur état n’est pas viable.

      Les occidentaux sont vraiment des c... Ils n’ont pas d’argent, certains pays arabes en regorgent, et qui paie pour maintenir un foyer de discorde ? suivez mon regard ! Cela prouve bien que le soutien à la cause palestinienne par les pays arabes n’est qu’hypocrisie. Il n’y a qu’un occidental pour croire à de telle fadaises. L’occident paie pour conserver un semblant de poids dans les affaires du monde. On devrait lire la fable de la grenouille qui voulait devenir un bœuf et qui finit par éclater.

      Répondre à ce message

  • Les gouvernements de gauche depuis 1993 ont été nombreux et Beilin en faisait partie souvent. A-t-il apporté la Paix ? Non ! Mais rien n’arrive à le convaincre que la droite a raison quand elle dit qu’Abou Abbas ne cherche comme Arafat et la Ligue Arabe qu’à détruire Israël. Alors ils ont de la patience : 1000 morts civils assassinés n’ont pas écroulé Israël ; les scuds n’ont pas été efficaces ; aujourd’hui l’espoir est mis dans la bombe atomique iranienne. Mais dira-t-on elle risque de les détruire eux-mêmes les Palestiniens ! Qu’importe ? Ils vivent pour mourir tant les dirigeants palestiniens qu’iraniens et peu importe s’ils entraînent dans la mort leur peuple, pourvu qu’ils atteignent leur but. Même si 100 millions de Musulmans sont tués il en restera encore plus d’un milliard et Israël disparaîtra. Mais voilà les Beilin et autres gauchistes ne veulent pas se rendre à l’évidence malgré la nouvelle preuve sur le caractère de nos ennemis qui leur est apporté par "le printemps arabe" depuis un an.

    Répondre à ce message

    • Il est urgent et impératif de remettre la cour suprême sur les rails. Elle se comporte comme un parlement parallèle. Elle ne doit pas se considérer comme autorisée à contester les lois de la knesset. Une enquête sérieuse sur les juges ferait peut être apparaître des connivences avec l’extrême gauche : chalom akhchav, betselem et autres qui se nourrissent de subventions norvégiennes et autres. Chalom akhchav doit changer de nom :: C’est Milhama akhchav et pour toujours ! Son but est : gloire aux palestiniens et juifs mmassivement dans la galout. La faiblesse de votre forum est qu’il n’y a aucun echange entre intervenants. Corrigez votre logiciel. Le soi disant forum ne mène à rien

      Répondre à ce message

  • Avant lui Abraham Burg, en exil de responsabilités politiques en Israël, oublié, a fait des sorties du même type et s’est installé en France je crois

    Le journal "Le Monde" lui a ainsi offert, un certain temps, une tribune puisqu’il critiquait Israël

    Y. Bellin, pas même combat mais mêmes coups-bas ;

    Tout le monde l’a oublié, et hop, le diable sort de sa boite

    Ce genre de personnages aiment que l’on parle d’eux sinon ils sont psychiquement, psychiatriquement (j’invente le mot), en manque

    Il retombera dans l’oubli comme Burg

    Charly Chalom Lellouche

    Répondre à ce message

  • Lorsque l’on lit cette lettre, on a du mal a croire que cet homme est israelien tant le propos est traitre envers son pays ! Quelle honte pour Israel de compter des citoyens de ce genre...Encore un infiltré nazi qui s’est fait passer pour un juif pour tenter de détruire le pays de l’intérieur...Qu’il aille comme l’autre finir sa vie en france ou aux usa...

    Répondre à ce message

Réagir à cet article




Liens et Partenaires
| Plan du site | Contactez-nous | Suivre la vie du site RSS 2.0