Fermer cette fenêtrre
S'inscrire à la Newsletter de Jforum
ACTUALITES / DEPECHES

La femme de Manuel mène la valse

jeudi 5 juillet 2012, par Manuel Valls, par Ayrault, par Anne Gravoin

La guéguerre des dames continue. Cette fois-ci, c’est madame Valls qui taquine madame Ayrault...

hamid.soltani

L’épouse de Valls : "Une musicienne, c’est un peu plus glamour que Mme Ayrault, prof d’allemand !"

La violoniste Anne Gravoin, épouse du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, estime, dans Le Parisien paru vendredi, que sa profession de "musicienne, c’est un peu plus glamour que Brigitte Ayrault, prof d’allemand dans la banlieue de Nantes !" L’épouse du Premier ministre, Brigitte Ayrault, était en fait professeur de français, jusqu’à sa retraite en janvier. Elle a notamment enseigné à Saint-Herblain, dans la banlieue nantaise.

Dans un portrait qui lui est consacré dans Le Parisien, Anne Gravoin demande au journaliste ce qui lui a "donné envie d’écrire un papier sur (elle)". "C’est sûr qu’une musicienne, c’est un peu plus glamour que Mme Ayrault, prof d’allemand dans la banlieue de Nantes !", dit-elle, quand on lui explique que c’est aussi pour "son nouveau statut d’épouse du ministre de l’Intérieur".

Dans ce portrait, l’épouse du ministre de l’Intérieur assure qu’ils ne vivent "pas place Beauvau". "Je ne me verrais pas répéter en sous-sol alors que mon mari reçoit les services secrets au-dessus", dit-elle. Anne Gravoin explique qu’elle accepte "quelques obligations pour passer du temps avec lui (son mari)". Ainsi, elle sera aux côtés du ministre pour le 14 Juillet, "même si cela ne la fait pas sauter de joie". "Serrer des mains à des gens qui me poussent pour approcher mon mari, ce serait ça, mon quotidien ?!", poursuit l’artiste. "Moi, je ne vis pas par procuration. Chacun a une vie, un coeur, un cerveau. Je suis indépendante, je n’ai même jamais demandé un centime à mon mari."

Le Point.fr

-------------------------------

Anne Gravoin, femme-orchestre

L’épouse de Manuel Valls est une violoniste tout-terrain, qui joue aussi bien avec Johnny Hallyday qu’en quatuor.

Dimanche, au Stade de France, des milliers de spectateurs l’ont découverte sur écrans géants, lors du concert de Johnny auquel elle participait avec son orchestre. Jeudi soir, elle devait se produire à Matignon pour la Fête de la musique avec le Travelling Quartet. Le matin, elle était l’invitée de Stéphane Bern dans « À la bonne heure », sur RTL, aux côtés de Jack Lang. Les mauvaises langues diront que cet éclairage soudain, Anne Gravoin le doit à son statut d’épouse du nouveau ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Mais ses engagements ont été pris bien avant la formation du gouvernement. Et la violoniste iconoclaste n’a pas attendu son mariage, en juillet 2010, pour se faire un nom, en « cassant les codes d’un milieu où je baigne depuis l’enfance », précise-t-elle au Figaro.

Cette quadragénaire, au port élégant et qui n’a pas sa langue dans sa poche, ne fuit pas les médias. En témoigne son récent portrait dans Paris Match. Si elle mélange volontiers les styles sur scène, elle n’aime pas mélanger les choses dans la vie. Hier, sur le plateau de RTL, on l’interroge sur le choix des cravates de son mari. « Je pensais avoir été invitée comme musicienne », répond-elle du tac au tac. Si elle n’était pas avec son mari pour la passation de pouvoir, ce n’est pas par désamour, clame-t-elle encore dans Match. Elle était sur scène avec ­Johnny Hallyday ce jour-là. Pour la tournée du chanteur, elle dirige chaque soir 34 musiciens classiques et 6 percussionnistes. Ils l’accompagnent sur scène pour quatre titres arrangés par Yvan Cassar, dont les indémodables Diego et Quelque chose en nous de Tennessee. « C’est la première fois que je collabore avec Johnny, explique-t-elle sans cacher sa joie. C’est un pur bonheur de jouer avec lui, et de permettre à autant de musiciens de côtoyer une voix d’une telle richesse. »

À contre-courant

Avec Johnny, Anne Gravoin n’en est pas à son premier pas de côté en matière de répertoire. « Mon père était violoniste, j’ai toujours baigné dans le milieu classique. » Après des études au CNSM de Paris, dans la classe notamment de Gérard Poulet, elle devient membre de la Fondation Menuhin puis intègre l’orchestre symphonique de la région Centre Tours, où elle restera comme soliste jusqu’en 2004. « Mais j’ai toujours été convaincue qu’il n’y avait d’autres frontières que celles qu’on se fixait soi-même, et que l’exigence artistique n’excluait pas la curiosité. Bien au contraire. »

En 1984, elle rencontre Laurent Voulzy, par l’intermédiaire d’un ami photographe qui couvre l’un de ses enregistrements. « Je me suis retrouvée trois jours plus tard chez lui, à faire les chœurs sur le duo “Désir Désir”. » Dès lors, les demandes s’enchaînent : Voulzy, Aznavour, Liza Minnelli… On fait appel à elle aussi bien pour constituer des orchestres composés de musiciens classiques, que pour des enregistrements ou des tournées. En 2003, elle fonde Régie Orchestre. Plus qu’un orchestre, c’est une société qui fait du sur-mesure pour la variété, le cinéma, la télévision. « J’étais depuis quinze ans dans le métier, il fallait une structure qui facilite la collaboration des musiciens d’orchestre classiques avec d’autres genres, comme c’était le cas autrefois. » Partie de presque rien, l’entreprise est aujourd’hui florissante. « Pour couvrir toute la tournée de Johnny, nous employons au total près de 350 musiciens. » Régie Orchestre participe aussi depuis 2006 aux Opéras en plein air.

Anne Gravoin le sait, ses incursions dans la variété ne lui valent pas que des amis. « Je rencontre encore des tas de critiques de la part des puristes. » Elle s’en moque. En 2007, elle a enfoncé le clou en créant, avec la violoncelliste Mathilde Sternat, son propre quatuor à cordes : Travelling. Quatre musiciens classiques unis par un credo : « Casser les codes. » La contrebasse de Vincent Pasquier y remplace l’alto traditionnel. Pour son premier album, Travelling reprend des tubes des Beatles, réarrangés par six musiciens d’horizons différents (jazz, classique, chanson, cinéma). Lennon y côtoie Gershwin et Bartok, à contre-courant… Mais avec style(s).

Par Thierry Hillériteau - Le Figaro

Mots clés : Paris, Anne Gravoin, Manuel Valls, Régie Orchestre, Travelling Quartet



Retour Page d'accueil du site

Vous pouvez réagir à cet article, le Forum est un espace de liberté et d'échange, toutefois il est soumis aux règles suivantes :
Tout commentaire à caractère raciste, antisémite, diffamatoire, injurieux et grossier pourra donner lieu à la suppression de votre compte .
Tout commentaire n'engage que son auteur et Jforum n'est en aucun cas partie prenante dans les divers propos de vos commentaires.
LES ARTICLES DE JFORUM

6 Messages de forum

  • La femme de Manuel mène la valse 3 juillet 2012 04:10, par Armand Maruani

    Pour calmer toutes ces femmes de chef d’états et de ministres , il faudrait leur céder une fois par mois le " Cirque d’hiver " pour qu’elles puissent présenter chacune leur " numéro " . Pendant qu’elles feront la " une " des " people " leurs maris pourront travailler en paix .

    Répondre à ce message

    • La femme de Manuel mène la valse 3 juillet 2012 04:17, par Armand Maruani

      Correction : il faut lire " leur mari pourra travailler etc...." Toutes mes excuses .

      Répondre à ce message

    • La femme de Manuel mène la valse 3 juillet 2012 10:32, par tabachnik

      très cher Armand Maruani, j’adore quand les hommes osent laisser transpirer leur mépris de misogyne obtus avec tant de naturel. C’est vrai, laissons les femmes jouer entre elles pendant qu’entre eux les hommes font depuis tant de millénaires preuve de tellement de talent, de courage, de loyauté et d’imagination et dirigent de min de maître notre monde. Cher Armand, pensez vous que votre femme, votre fille, votre soeur vous soient tellement inférieures ?

      Répondre à ce message

      • La femme de Manuel mène la valse 3 juillet 2012 13:23, par Armand Maruani

        Trés cher ( e) tabachnik

        Si j’étais sérieux je me serai exprimé autrement . Un livre n’aurait pas suffi pour vous dire combien j’apprécie et je respecte les femmes . Merci de m’avoir donné l’occasion de le préciser . La prochaine fois que vous me lirez , ayant en tête que j’adore plaisanter . Au cas où vous l’oublierez , j’interviendrai à chaque fois pour vous le rappeler .

        Répondre à ce message

  • La femme de Manuel mène la valse 3 juillet 2012 07:23, par Armand Maruani

    Rappelons également la déclaration de Manuel Valls au centre communautaire juifs laïc où il affirmait : “être lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël”

    Manuel Valls n’est pas juif, c’est sa femme la violoniste Anne Gravoin (en seconde noce) qui est de confession juive.

    http://www1.alliancefr.com/manuel-v...

    Répondre à ce message

  • La femme de Manuel mène la valse 5 juillet 2012 00:01, par jean-françois amblard

    Voilà des propos de "bobolcheviques" suintant le mépris du prof ! Quelle tristesse de la part d’une épouse de ministre socialiste. Décidément, même à gauche, les réflexes de caste et de classe ont la vie dure. JF AMBLARD Professeur d’allemand Président de FRANCE ISRAËL PAU

    Répondre à ce message

Réagir à cet article




Liens et Partenaires
| Plan du site | Contactez-nous | Suivre la vie du site RSS 2.0