Fake news et théorie du complot

8
377

79 % des Français adhèrent à une théorie du complot. C’est l’information que publie, entre autres, le Huffington Post le 7 janvier 2018 en commentant qu’elle est préoccupante.

Mais qu’est-ce qui devrait être le plus préoccupant ? Que les Français croient en grande majorité à une théorie du complot ou à la possibilité de l’existence de celui-ci ?

Huffington Post Fake news

Cette dernière possibilité est rejetée avec condescendance. Peu importe ce que pensent la majorité des gens puisque ce sont les détenteurs officiels de l’information qui affirment la vérité unique. La multiplication des exemples de faits douteux, à l’instar des Armes de Destruction Massive pour la troisième guerre du Golfe, et il y a bien pire, ne vaut rien. Mais revenons sur le cas d’école de ce début d’année :

L’article du Huffington Post reprend une étude IFOP qui intervient quelques jours après l’annonce du Président Macron d’instituer une bonne pratique de l’information avec le contrôle des « fake news ».

La collusion entre la presse et les institutions n’est plus à démontrer puisque les intérêts sont liés. Nous y reviendrons à une autre occasion. Mais cette collusion suffit-elle à confirmer une conspiration contre le peuple ? Cet article pourrait n’être que le fruit de l’opportunité de l’actualité, une manière d’évoquer la falsification de l’information par des groupes mal intentionnés.

Alors intéressons-nous à cette étude IFOP et à son relais par la presse.

Tout d’abord, l’étude ne sort pas de nulle part. Elle a été commanditée par la Fondation Jean Jaurès. Cette officine du Parti Socialiste est reconnue d’utilité publique par l’État. Son statut lui évite la transparence des fonds. Elle n’est pas soumise à contrôle fiscal. Elle fait, cependant, état d’un budget de fonctionnement de 2 millions d’euros par an. Selon Wikipédia, la fondation est née de la chute du mur de Berlin et de la mise en évidence que les fondements du socialisme sont remis en cause par les peuples. L’objet de la fondation est la promotion du socialisme.

Ensuite, cette inquiétude des résultats de l’étude n’est pas celle du Huffington Post, mais de l’ensemble de la presse, du Figaro à Libération, qui reprennent mot pour mot la dépêche AFP. Il n’y a pas de négligence puisque l’article ne relate pas des faits, mais correspond à une interprétation de ceux-ci.

Nous avons bien collusion, que le Code pénal décline juridiquement en corruption. Elle a pour déterminant une pensée qui se proclame le Bien et en action contre ce qu’elle proclame être le Mal. Elle prétend, ici, s’attaquer au « fake », à la fausse information.

Cette collusion travaille dans l’ombre. C’est la caractéristique des mafias.

Un article du Figaro, du 9 mars 2014, nous parle du nouvel « observatoire des radicalités » créé par un groupe d’universitaires indépendants. C’est un mensonge puisque ces spécialistes de l’Extrême Droite qui soutiennent n’être partisans d’aucune pensée particulière sont tous financés par la Fondation Jean Jaurès à travers des structures comme Conspiracy Watch, officine de la Fondation et donc du PS où nous retrouvons tous les intervenants. En termes de radicalité, ces auteurs n’ont publié que, et strictement que, sur le Front National. Cet article du très honorable Figaro est donc un « fake ».

Dans les faits, ces groupes de l’ombre, qui luttent contre les théories du complot, inversent les valeurs de la signification. Dans leurs actes, ils portent tous les attributs de la conspiration.

L’information est le bras armé du conflit idéologique planétaire qui vise à imposer une façon de penser qui doit être unique, la bien-pensance. Ainsi, la victoire sera définitive. Il est alors logique, naturel, que l’adage qui veut que la guerre soit une chose trop sérieuse pour la confier aux militaires s’applique parfaitement au traitement de l’information qui n’a pas à être du ressort du journaliste.

Gilles Falavigna vient de publier Géopolitique de la conspiration contre les peuples aux Éditions Dualpha, collection «Patrimoine des Héritages », 236 pages, 27 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Géopolitique de la conspiration contre les peuples, Gilles Falavigna, Éditions Dualpha.

Géopolitique de la conspiration contre les peuples, Gilles Falavigna, Éditions Dualpha.

8 COMMENTS

  1. Petites citations du sites Eurolibertés, le site de predilection de l’auteur, qui en dit long sur l’idéologie qu’il charrie.
    Dans la rubrique “Lobbies” du site, voila le genre de truc que l’on peu lire sur Walter Lipmann en Intro :
    ”On peut ne pas admirer le racisme endogamique ni le capitalisme de spéculation et reconnaître qu’il y eut des Juifs d’exception : le Qohelet, Jésus de Nazareth, Spinoza, le baron Haussmann, Gershwin et Copland, Heifetz, « Solti »-Stern et Janos Starker.(…)
    Article critique qui finit par :
    “  L’expérience globalo-mondialiste, en cours depuis les années 1980, a ruiné nombre de nations occidentales. Il serait peut-être temps de réfléchir à d’autres voies et d’éduquer le public, manifestement moins sot que ne le croyait Lippmann, avec sa morgue de surdoué.”
    Pour ceux qui ont du nez, ça sent l’antisémitisme les amis…, je veux croire que JFroum était enrhumé le jour de la publication du post …

    • Lorsque Gilles Falavigna a sorti Géopolitique de la Question Juive, essai qui pointe “l’antisionisme” déjà actif d’Adolf Hitler dans son racisme antisémite, qu’il illustre la nation juive comme la première matrice du genre, et qu’on a relaté cet ouvrage sur JForum, on a bizarrement entendu aucune critique de ce type. : https://www.lalibrairie.com/livres/geopolitique-de-la-question-juive-gilles-falavigna_0-3178325_9782368760260.html
      C’était pourtant publié dans une édition des mêmes tenants que ce site, pour certains.

      Il est quand même assez retors d’aller tirer des citations d’autres auteurs pour les imputer à celui qui rédige un propos particulier. On pourrait croire que c’est une autre forme de “racisme” intellectuel par phobie du contact (comme disait Elias Canetti), ou comme dans le fameux livre d’Elisabeth Levy, “Les maîtres-Censeurs” : dans la bienpensance, quiconque côtoie un auteur classé comme “nauséabond” commencerait aussitôt à sentir le souffre. Il est alors utile de ne pas se contenter d’étiqueter les “mauvais flacons” comme nécessairement empoisonnés, mais de commencer à analyser le seul contenu de celui qu’on a devant soi. En l’occurrence le philosémitisme sélectif (ici dans la critique presque admirative par contraste de Walter Lipmann) de certains auteurs trahit les fondements mêmes de leur antisémitisme. Cela pourrait bien les emporter… en enfer. En tout état de cause, il n’y a aucun “antisémitisme” même par association dans l’essai de Gilles Falavigna sur les “fake news”, ouvrage d’actualité. Mais il est vrai qu’il cite peut-être l’affaire Al Dura. Ou qu’il pourrait le faire. Tristesse totale, en tout cas, à lire des intervenants se contenter d’étiquetage plutôt que de critiquer point par point des idées, si jamais elles s’avéraient approximatives ou inexactes. Ne pratiquons pas le délit de sale gueule qu’on reprocherait à nos adversaires politiques…

  2. Tristesse totale de voir un article comme cela dans JForum.
    Le site CW décrit très bien le mode de pensée d’un complotiste, ici on est en plein dedans. JForum devrait retirer cette article au lieu de se faire le relais de l’extréme droite (Peut etre par revanche contre les positions sur l’affaire Al-Dura? – que je désapprouve aussi par ailleurs)

    • Shalom franck, Conspiracy Watch ne me parait pas appartenir à la sphère des ennemis d’Israël. Certes son approche de l’affaire al-Dura n’est pas, tant s’en faut, de nature à rassurer, mais dans l’ensemble ses articles sont étayés. Et lorsque je lis que CW ne s’attaque qu’à l’extrême droite, je me méfie. Je suis trop conscient de la perniciosité de la presse bien pensante et conforme à l’égard d’Israël pour penser que CW fait partie de ” ces groupes de l’ombre, qui luttent contre les théories du complot, inversent les valeurs de la signification.”

    • Bonjour,
      Vous postulez (à juste titre) que les ennemis de mes ennemis ne sont pas (forcément) mes amis.

      Tout le problème est là! Que vous n’aimiez pas Euroliberté, libre à vous et je le comprends. C’est facile. Ils avancent à découvert. Mais pour savoir véritablement qui est l’ami et qui est l’ennemi, il est important de savoir à qui nous avons affaire. Il n’est pas question de leur position vis-à-vis d’Israël mais de leur honnêteté. Bien des personnes sont favorables à Israël sans qu’elles soient pour autant recommandables.

      La caractéristique du conspirateur est de se dissimuler. Bien sûr, ce genre d’article ne peut pas développer mais l’essentiel visait à mettre en relief que conspiracy watch, comme l’observatoire des radicalités se présentent comme un groupe d’universitaires indépendant. Du coup, tout adepte de la vérité leur fera plutôt confiance. Or, ils sont une émanation de la Fondation Jean Jaurès qui appartient, elle-même au PS. Le problème n’est pas que ce soit le PS. Le problème est qu’ils ne le disent pas ouvertement. Ils dissimulent qui ils sont par souci d’efficacité.

      De même, si je dis que leurs travaux s’occupent exclusivement du FN, le problème n’est pas leur militantisme. Le problème est qu’il soit dissimulé derrière conspiracy ou radicalité.D’ailleurs, la preuve en est que nous doutons de ce caractère militant. Or, le site Observatoire des radicalités présente des articles variés. Mais leurs ouvrages ne portent QUE sur le FN. C’est facilement vérifiable.

      Sur le site conspiracywatch, rubrique “qui sommes-nous?”, 2 personnes:

      “Valérie Igounet,
      Elle anime le blog « Derrière le Front. Histoires, analyses et décodages du Front national » sur FranceTVinfo.fr.”
      “Rudy Reichstadt, Il dirige aujourd’hui à temps plein l’Observatoire du conspirationnisme. il est membre de l’Observatoire des radicalités politiques (ORAP) de la Fondation Jean-Jaurès. ”

      Ils mentent.Ils ne sont pas des universitaires indépendants. On ne peut pas s’appeler Conspiracywatch est être une émanation de quoi que ce soit.
      On ne peut pas se présenter diriger à plein temps une organisation de ce type et travailler également pour une autre organisation. Quelle audace!
      On ne peut pas dire défendre la vérité et mentir, serait-ce par omission et surtout quand cela n’est pas fortuit.

      Alors je reviens à l’article de la presse institutionnelle qui présente une étude IFOP qui sort 3 jours après l’annonce du Président Macron contre les fake news pour affirmer qu’il y a collusion. Et c’est toujours la même supercherie de se réfugier derrière une étude. Qui a commandé l’étude et pourquoi? C’est l’objet de mon article.

      • Vous avez parfaitement raison. J’ai écrit trop vite et sans les sources, je vous présente mes excuses.
        Sans savoir d’où venait CW, je trouvais que leurs dénonciations étaient fondées et pertinentes. Je m’etais cependant désabonné il y a plusieurs années en raison de leur position sur l’affaire al-Dura qui donnait raison à Enderlin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here