Épargne taxée : le gouvernement recule

0
13

Surpris par l’ampleur de la fronde, le ministre du Budget Bernard Cazeneuve a annoncé ce dimanche que le gouvernement allait revoir son projet d’aligner par le haut les prélèvements sociaux sur les produits d’épargne. La mesure sera limitée à certains contrats d’assurance-vie.

“Nous avons donc décidé d’amender le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour sortir les PEL, les PEA et l’épargne salariale de la mesure pour épargner les patrimoines moyens et modestes”, a déclaré le ministre dans un entretien au Journal du dimanche.

“Seule l’assurance-vie demeurera donc concernée, sachant que la plupart des petits contrats sont en euros et donc exclus de la mesure”, a expliqué le ministre, après plusieurs jours de bronca.

“Nous voulons l’apaisement et la clareté”

Les services de Matignon avaient déjà annoncé samedi que des ” améliorations “seraient apportées pour le PEL (plan d’épargne logement) et le CEL (compte épargne logement), alors que les députés ont déjà voté en première lecture cette semaine une hausse des prélèvements sociaux à 15,5% sur certains produits d’épargne pour financer la Sécurité sociale.

Devant le mécontentement d’associations d’épargnants, les critiques de l’opposition et les doutes de certains députés socialistes, le gouvernement a dû lâcher du lest sur ces trois placements d’épargne. “Nous entendons donc les inquiétudes et nous voulons, en lien avec la majorité, y mettre un terme. La droite veut semer la peur. Nous, nous voulons l’apaisement et la clarté”, a expliqué le ministre.

La décision de revenir sur le projet polémique a été décidé à des fins de “justice”, “simplification”, et “stabilisation de la fiscalité de l’épargne pour que les Français soient rassurés”, a-t-il affirmé.

Cette nouvelle hausse de la fiscalité a provoqué un tollé à droite et de nombreuses critiques à gauche cette semaine, plusieurs élus considérant que certains de ces placements, comme le PEL et l’épargne salariale, sont des produits d’épargne populaire pour les classes moyennes et les plus modestes.

27-10-2013/ Le Figaro.fr avec agences Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here