Des diplomates polonais ont sauvé des centaines de Juifs

0
390

La Pologne obtient des archives témoignant des efforts déployés par des diplomates pour sauver les Juifs

Entrée dans l’ex-camp de concentration nazi Auschwitz-Birkenau en Pologne, le 25 janvier 2015
JOEL SAGET (AFP/Archives)

La Pologne a obtenu des documents de la Seconde Guerre mondiale qui témoignent des efforts des diplomates polonais en Suisse pour faire sortir les Juifs d’Europe en leur délivrant des faux passeports de pays d’Amérique latine.

Le ministère de la Culture et le musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau ont annoncé lundi que la Pologne avait obtenu les archives, après plus d’un an de négociations avec un propriétaire privé en Israël.

Le ministère et le musée ont déclaré que 330 personnes étaient connues pour avoir survécu à la Shoah grâce à l’un des faux passeports, et que 387 autres personnes ont été tuées malgré les faux documents. Le sort de 430 autres n’a pas été déterminé.

L’opération de sauvetage a été menée par l’ambassadeur polonais en Suisse, Aleksander Lados, et comprenait trois autres diplomates polonais et deux représentants d’organisations juives.

Les archives portent le nom d’un des représentants juifs, le rabbin Chaim Eiss, décédé d’une crise cardiaque en 1943.

L’achat des archives par la Pologne intervient alors que le gouvernement polonais s’efforce de souligner l’aide apportée par certains Polonais aux Juifs lors de l’occupation du pays par l’Allemagne nazie.

“Les archives fournissent des preuves irréfutables que les Polonais, l’Etat polonais, ses représentants, de manière systémique et institutionnelle, étaient impliqués à la survie des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale”, a déclaré le ministre de la Culture, Piotr Glinski.

La collection comprend huit passeports paraguayens délivrés par les diplomates polonais, des photos des Juifs cherchant à obtenir les documents, et des lettres entre les diplomates polonais et les organisations juives.

Les documents seront exposés pendant plusieurs mois à Berne, en Suisse, avant de faire partie de la collection du musée d’Auschwitz, qui est également un mémorial pour les victimes du camp d’extermination nazi où plus d’un million de personnes ont péri, principalement des Juifs et des Tziganes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.