Home Culture La fabuleuse histoire juive du « Crock-pot » de Shabbat *

La fabuleuse histoire juive du « Crock-pot » de Shabbat *

6
43

L’inventeur de la mijoteuse, si précieuse pour le repas du shabbat, était Juif.  A l’époque de sa création on ne disait pas un crock pot, mais un ‘Naxon’, du nom de son inventeur Irving Naxon (né Nachumsohn) qui a le premier, déposé un brevet pour une mijoteuse en 1936.

Sa fille, Lenore, qui vit dans la région de la baie de San Francisco, m’a confié dans une interview que son père a été inspiré par la cuisson du Tcholent. « Sa mère a grandi à Vilna et comme c’était l’usage chez bien des Juifs de ces contrées, le vendredi après-midi, sa mère prenait une grosse marmite, la remplissait de haricots secs, de légumes-racines et d’un shtickel fleish (un bout de viande) et envoyait ma grand-mère à la boulangerie locale pour mettre la marmite dans le four.

Le four était éteint en fin de la journée, mais comme il refroidissait lentement, il permettait une cuisson lente, uniforme et à température décroissante. Ensuite, [le samedi], ma grand-mère retournait chercher la marmite, et le ragoût était cuit. C’est alors que papa s’est demandé: «Comment pourrais-je imiter ce genre de cuisson lente, même dans un pot à lame croisée?»

Le brevet de Naxon a été accordé en 1940. Son invention a commencé sa vie à la « The Boston Beanery » (à certaines époques connue sous le nom de ‘Naxon Beanery » ou « Flavor Crock » et on le trouvait sur les marchés, dans les cafés. « Il y en avait un de couleur or et un rouge, donc  un milchig (lait) et un Fleishig »,(viande) se souvient Lenor

 Naxon a déposé plus de 200 brevets dont  une machine à laver portative sur roulettes qui s’attachait via un tuyau à un robinet de cuisine, une poêle avec son propre élément chauffant, ses lampes infrarouges et ultraviolettes, une baignoire de table avec agitateur pour Lavage des couches en tissu et une petite rondelle électrique pour les vêtements de poupée appelés Dollyduds.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Naxon a inventé un détecteur de sous-marin sonar et un indicateur de flux d’oxygène pour les aéronefs utilisés par le Département de la Défense. « Et quand vous allez à Times Square et regardez ce qu’ils appellent Zipper, le panneau d’affichage électronique qui se déplace autour de  Times Square et diffuse un flux régulier d’information, c’est son invention, dans une appellation antérieure, c’était le Naxon TeleSign. Il a permis d’envoyer des données du New York Times partout dans le monde par téléphone. »

Irving Naxon est né en 1902 à Jersey City. C’était le plus jeune d’une famille de trois enfants. Son frère s’appelait Meyer et sa sœur Sadie. Son père est mort quand il avait 2 ans. « Il se souvenait des funérailles et de la calèche tirée par des chevaux », confie Lenore.

Après sa mort, sa mère et ses enfants, ont trouvé refuge chez des membres de la famille. D‘abord, ils vivaient à Fargo, dans le Dakota du Nord, puis se sont installés à Winnipeg, au Manitoba, afin que son frère aîné puisse éviter d’être mobilisé pour la Première Guerre mondiale.

Alors qu’ils vivaient au Canada, Irving a obtenu un diplôme d’une école par correspondance, en génie électrique, et a travaillé comme télégraphiste pour le chemin de fer Canadien Pacifique. « Lorsque Mary Pickford et Douglas Fairbanks se sont échappés, papa était au bureau de télégraphie en Saskatchewan, et c’est lui qui a rapporté les nouvelles à Hollywood », raconte Lenore.

La famille a fini par s’installer à Chicago. Naxon est devenu le premier ingénieur juif de la Western Electric, la branche d’ingénierie de Ma Bell. Il a commencé à inventer des choses et, puisqu’il ne pouvait pas se permettre de se payer un avocat en brevets, il a passé lui-même l’examen pour être habilité à faire ses dépôts de brevets lui-même.

Très vite, il a ouvert sa petite entreprise et a donné des licences d’exploitation de ses inventions à des grands magasins et des marques privées. 

Irving a épousé une femme de 13 ans sa cadette dont il a eut un fils nommé Fern, qui «est issu d’une famille de femmes fortes. Bien que dans l’ombre de leur mari, c’est elles qui avaient le pouvoir. », affirme M. Lenore. « Sa femme tenait la maison et faisait du volontariat à la Shul (synagogue), mais elle a aussi travaillé pendant un certain temps dans l’entreprise de papa. » A ce propos, Elenor se souvient d’une anecdote. « Ma mère  aimait raconter comment un jour qu’elle était assise emmitouflée dans son manteau de vison parce qu’il faisait un froid de canard là-ba dans l’entreprise, quelqu’un est entré et a dit vous êtes bien chic pour une réceptionniste « , et elle a répondu: » C’est parce que je couche avec le patron. « 

Ils se complétaient et étaient très complices. » Leur recette de Bravura de Fern’s Crock-Pot? Poulet Paprikash, paprika, céleri, poivrons, oignons, une boîte de soupe aux tomates et une casserole de crème aigre. « Mes parents ont été élevés dans des maisons casher, mais chez eux ils ne sont pas restés casher. Ma mère avait une vaisselle supplémentaire en verre  qu’elle utilisait seulement quand le grand-père venait leur rendre visite. « 

En 1945, lorsque son enfant aîné a commencé la maternelle, Nachumsohn a légalement modifié son nom de famille en Naxon. « Ce n’était pas bon d’avoir un nom allemand, à l’époque  » se souvient Lenore. « Les gens ne faisaient pas la différence entre les juifs et les Allemands. Et sa société s’appelait déjà Naxon depuis au moins une décennie. L’idée du X au milieu du logo qui est de l’électricité qui sort comme de la foudre, Il l’a créé lui-même.

« Papa était un bourreau de travail », se souvient Lenore. « Mais il était gentil et généreux, impliqué dans des causes juives et environnementales, et il avait trois filles dont il était très fier. Nous sommes tous très différents.. L’une est avocate qui a servi dans le Corps de la paix, une autre  éducatrice spécialisée dans la petite enfance, et moi je suis administratrice des d’arts de la scène. « Elle a poursuivi, » Il était un peu un professeur absent. En conduisant la voiture, il écoutait de la musique classique à la radio et tapotait son pied sur l’accélérateur.

ça énerve Lenore au plus haut point quand les gens qui entendent l’histoire familiale lui disent: «Tu dois être riche!» L’argent n’était pas si important pour son père. « Il avait eu des offres pour entrer en bourse mais il aimait ne pas être redevable à quiconque. Il voulait garder le contrôle sur ses affaires. Il voulait garder son intégrité. Quand il a pris sa retraite et qu’il a vendu son entreprise à Rival Manufacturing à Kansas City, il l’a fait parce qu’il aimait I.H. Miller, le propriétaire de l’entreprise. « Il voulait de l’argent plutôt que des actions, ce qui n’était pas la meilleure décision « , explique Lenore. « Mais il avait grandi dans la pauvreté, alors il voulait la sécurité. La prise de risques ce n’était pas pour lui.  Il était vraiment fier de son travail, et c’était la chose la plus importante. « 

Rival a fait un re looking de la mijoteuse Naxon. Du coup le Crock-Pot et a fait sa première apparition au salon de la maison le « Chicago’s National Housewares Show » en 1971. Le premier Crock-Pot coûtait 25 dollars (on peut toujours en acheter plus ou moins à ce prix là 40 ans plus tard)

Il a été fait dans des couleurs ocres et avocat et ça a fait sensation. Et les ventes ont grimpé à 2 millions de dollars au cours de sa première année, pour atteindre 10 millions l’année suivante et 23 millions de dollars en 73, 57 millions de dollars en 74 et 93 millions de dollars en 1975.

Le timing de Rival était parfait, avec la crise du pétrole de 1973 et l’inquiétude croissante des ménages concernant le gaspillage d’énergie; Le Crock-Pot ne consommait pas plus d’électricité pour fonctionner qu’une simple ampoule à incandescence, et Rival s’est arrangé pour le faire savoir aux consommateurs. Et bien sûr, lors de la récession, cette technique de cuisson lente que permettait l’appareil signifiait qu’il convenait parfaitement pour cuisiner des viande moins chères qui nécessitent une cuisson plus longue.

Crockpot Cookery était un best-seller en 1975, ainsi que The Joy of Sex et The Star Trek Starfleet Technical Manual, « deux autres titres qui révèlent la fascination de l’époque à l’égard de la technologie et de la place des femmes dans la société », disait avec humour un article du Washington Post de 2015 qui portait sur l’échec du Crock-pot dans l’émancipation des femmes américaines.

Hélas,, au milieu et vers la fin des années 80, les clones du Crock-Pot peu coûteux, ont bientôt commencé à inonder le marché. En 1976, les ventes du Crock-Pot sont tombées à 78 millions de dollars et ont continué à chuter. Il y avait à l’époque 40 entreprises qui fabriquaient des cuisinières à réaction lente aux États-Unis. La mode du Crock-Pot était terminée.

***

 

L’original le « Naxon »

Le Washington Post a noté que les ventes de Crock-Pots sont passées de 3,2 millions d’unités en 2005 à 4,4 millions en 2014. Aujourd’hui, 70% des ménages américains ont une mijoteuse; Il y a dix ans, 63%. Les recettes de cuisson lente ont également beaucoup contribué à son succès. Mon livre de recettes préféré actuel est The New Indian Slow Cooker, mais il existe des livres de cuisine à cuisson lente pour les cuisines mexicaines, méridionales, végétaliennes, thaïlandaises, basse-calories, italiennes, céréogène et paléo.

Et d’ailleurs pourquoi  limiter son usage à la nourriture?  «J’ai eu un massage la semaine dernière et la masseuse avait une mijoteuse dans un coin pour garder les serviettes chaudes », raconte Lenor amusée. « J’ai entendu dire qu’ils l’utilisent aussi pour les pierres chaudes pour les massages aux pierres chaudes. Ma mère m’a toujours appris que vous n’avez pas besoin d’acheter un humidificateur. Il suffit de mettre uncrock pot croûte sous le berceau du bébé et cela devient un humidificateur pour la pièce. Si vous en avez un ancien dont vous ne vous servez plus, vous pouvez également y mettre du Vicks. »(Cette anecdote rappelle la version juive de« Windex »de My Big Fat Greek Wedding.)

Irving Naxon est mort en 1989. Mais son héritage vit toujours. Il y a un Crock-Pot dans le Smithsonian. Et Lenore Naxon est dans un groupe Facebook de Crock-Pot (er), où, dit-elle, «je suis une sorte de célébrité».

TabletMag – K.Kriegel pour JForum

Recettes dans The Nosher

6 COMMENTS

  1. sachez que le « crockpot » n’existe même pas en France… c’est peut etre dommage d’ailleurs je n’en sais rien, mais ici dans nos cuisines même casher, c’est un outil inconnu au bataillon.

  2. Je sais pas vous, mais moi je vis en France depuis 34 ans et je n’ai jamais entendu parler de « mikoteuse » et encore moins de « crock-pot ». Vous êtes québécois peut etre? nan, serieux je suis curieux… vous parlez de quoi, la cocotte minute???

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here