Danske Bank : les moralisateurs antisionistes en plein scandale©

3
121

 

 

Les moralisateurs danois, donneurs de leçon à Israël, se pataugent dans un énorme scandale de corruption

 

Parfois, d’importants articles de presse, qui semblent n’avoir aucune incidence pour Israël, ouvrent des perspectives tout-à-fait intéressantes, en lien avec Israël, après un examen plus approfondi. La Danske Bank, la banque la plus importante au Danemark, a récemment admis avoir servi de canal pour la réalisation d’un stratagème de corruption à grande échelle, organisée par les cercles dirigeants d’Azerbaïdjan. Certains des documents couvrant ce scandale ont été mis à la disposition du quotidien danois Berlingske Tidende.

Selon le Guardian britannique, s’appuyant sur des données qui ont fait l’objet de fuite, les cercles dirigeants d’Azebaïdjan ont utilisé les services bancaires de la  Danske Bank afin de financer une combine à hauteur de 2, 9 milliards de $, afin de graisser la patte à des hommes d’affaires européens prédominants, grâce à un réseau d’entreprises britanniques. Le Guardian affirme qu_’entre 2012 et 2014, plus de 16.000 versements occultes ont transité grâce à la filiale de la Danske Bank en Estonie. Une partie de cet argent semble avoir servi à “graisser la patte” (“sensibiliser”) des hommes politiques et des journalistes, dans le cadre d’opérations de lobbying.

A cette époque, l’Azerbaïdjan faisait l’objet d’attaques, à cause de l’arrestation de militants des droits de l’homme, de journalistes et de sa conduite d’élections truquées. Les dirigeants de ce pays riche en pétrole voulaient promouvoir une image positive du pays.

Cette conspiration a été surnommée “La laverie d’Azerbaïdjan[1]“. Parmi ceux ayant reçu des pots-de-vins, on trouve d’anciens membres de l’organisme des droits de l’homme, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe,ainsi qu’un membre du Bureau de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD)[2]. Il n’est pas prouvé que tous les bénéficiaires connaissaient la source de cet argent, puisqu’il circulait par des intermédiaires servant d’écrans.

La Danske Bank a avoué que c’est via le bureau de sa filiale estonienne, que “le blanchiment d’argent et d’autres pratiques illégales ont pu se dérouler”. La Banque prétend avoir remarqué ces versements irréguliers en 2014. On cite le régulateur financier estonien disant que “Les systèmes devant permettre de stopper les mécanismes de blanchiment d’argent au sein de la filiale de la Danske Bank ont totalement échoué[3]“.

Alors même qu’elle était plongée jusqu’au cou dans ces énormes activités situées hors de toute éthique, la Danske Bank a décidé en 2014, d’ajouter la Banque Hapoalim à la liste des entreprises au sein desquelles elle ne devait pas investir, à cause de ses règles de responsabilité des entreprises.

Elle a publié que cette exclusion se fondait sur des “raisons juridiques et éthiques”. La Danske Bank a aussi déclaré que le Banque Hapoalim finançait les activités des implantations et qu’elle agissait “en infraction avec les règles humanitaires internationales”. Un peu plus tôt, la Danske Bank a retiré ses investissements de la compagnie Africa Israel Investments Ltd et de deux autres entreprises israéliennes, Elbit Systems et Danya Cebus.[4]

En 2016, Danske Bank a levé son boycott de la Banque Hapoalim. On n’a alors pas évoqué de raisons claires et précises[5]. A présent, on peut supposer que la banque danoise était elle-même engluée dans de telles affaires dépourvues de toute éthique et qu’elle avait enfreint les lois de façon tellement magistrale, qu’accuser autrui de quelque chose d’incomparablement moindre ne pouvait que la rendre encore plus vulnérable à la critique. Ce retrait du boycott n’a attiré que très peu l’attention. Les dégâts, cependant, étaient déjà faits. Le mouvement BDS sait que son activité a peu de chances d’impacter l’économie israélienne florissante. Mais son objectif central est simplement de ternir l’image d’Israël.

Au début de l’année 2017, la Danske Bank a déjà été démasquée pour son implication dans bien d’autres scandales liés à la corruption. Le Berlingske Tidende révélait alors que des enquêtes menées par les autorités en Lettonie et Moldavie avaient démontré que de gros volumes d’argent avaient transité entre 2011 et 2014, par l’intermédiaire de la filiale la Danske Bank en Estonie vers des paradis fiscaux aux Seychelles et à Panama.

Il y a eu des soupçons que cet argent provenait à l’origine du crime organisé russe (mafia ou Bratva, Братва). La somme totale blanchie était estimée à plus d’un milliard de $. Le Président du Conseil d’administration de la Danske Bank avait alors avoué un “contrôle inapproprié” dans ce domaine du blanchiment.

On cite Larse Krull, de l’Université danoise d’ Aalborg disant : “Cela concerne des transactions à un tel niveau que toutes les sonnettes d’alarme auraient dû se déclencher dans toutes les banques[6]“. Peu de temps après qu’on ait appris cela, l’autorité danoise de supervision financière, Finanstilsynet, a critiqué les mesures inadaptées des banques danoises pour contrer le blanchiment d’argent[7].

La Danske Bank n’est pas la seule entité danoise à boycotter Israël. Déjà en 2002, l’Union Générale des Travailleurs faisait partie des premiers organismes européens à appeler au boycott des produits israéliens. Le syndicat lui-même a annulé une commande préliminaire de produits provenant de l’entreprise israélienne Radix[8].

Le Danemark a déjà une certaine expérience d’être lui-même boycotté. Après les émeutes meurtrières liées au dessin sur Mahomet, dans de nombreux pays musulmans, en 2006, un boycott économique anti-danois majeur a commencé dans un certain nombre de pays principalement arabes. Une des entreprises boycottées était les produits laitiers Aral, qui, durant une certaine période, a affiché des pertes en matière commerciale de plus d’1,5 million de $ par jour dans le monde arabe. En Arabie Saoudite, deux de ses employés ont été passés à tabac par des clients mécontents[9].

Il y a eu ces dernières années, de fréquentes révélations sur l’étendue de l’hypocrisie scandinave qui se propage à l’encontre d’Israël. Elles se sont principalement focalisées sur la Norvège et la Suède et, en particulier, quand les partis socio-démocrates et leurs alliés contrôlaient ces gouvernements. Cependant, l’énormité et la multiplication des scandales pour corruption à la Danske Bank démontre une fois encore, s’il en était besoin, qu’en matière d’exposition au public du comportement des hypocrites antisionistes, le Danemark ne doit être oublié pour rien au monde.

Par Manfred Gerstenfeld

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. La plupart d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : ©Marc Brzustowski.[toute ressemblance avec un article se faisant passer pour du CanadaDreuz, ou qui pourrait penser que cela ressemble à du CanadaDreuz, alors que ce n’est décidément pas du CanadaDreuz, serait purement fortuite.]

 

————————————————————–

[1] www.theguardian.com/world/2017/sep/04/uk-at-centre-of-secret-3bn-azerbaijani-money-laundering-and-lobbying-scheme

[2] https://euobserver.com/justice/138884

[3] www.haaretz.com/israel-news/1.571849

[4] www.haaretz.com/israel-news/1.571849

[5] www.danwatch.dk/en/nyhed/danske-bank-dropper-eksklusion-af-bank-hapoalim/

[6]http://nordic.businessinsider.com/danske-bank-and-nordea-are-enmeshed-in-a-massive-money-laundering-scandal-2017-3

[7] http://nordic.businessinsider.com/danske-bank-and-nordea-are-enmeshed-in-a-massive-money-laundering-scandal-2017-3

[8] www.inminds.com/boycott-news-0074.html

[9] www.nytimes.com/2006/01/31/world/middleeast/caricature-of-muhammad-leads-to-boycott-of-danish-goods.html

3 COMMENTS

  1. L’arroseur arrosé, l’arroseur na pas seulement été arrosé par un simple tuyau d’eau, mais par un tsunami avec des vagues de plusieurs mètres de haut. De toutes les façons Israël se détache de plus en plus de l’occident, pour trouver des alliés en Asie, qui n’on aucune haine d’Israël, ainsi va le monde.

  2. Les pays scandinaves feraient mieux de s’occuper des tribunaux islamiques et leur charia installés dans des quartiers entiers de leurs villes mais ils sont trop lâches et peureux pour faire face aux islamistes. S’attaquer à Israël, seule démocratie au Moyen-Orient, est plus facile pour ces énuques qui n’ont rien dans le pantalon.

  3. Les anti-Semites Europeens recyclent leur antisemitisme dans la masse Musulmane ignorante et prete a collaborer comme pendant la second guerre mondiale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here