Coupe du monde en Russie: outil de propagande de Poutine?

0
66
A Reporter Without Borders (RSF) activist, wearing a mask depicting Russian President Vladimir Putin, stands next to a giant portrait of journalist Alexei Kungurov on Place de la Republique, transformed into a soccer field to denounce abuse of press freedom in Russia before the start of the 2018 FIFA World Cup Russia, in Paris, France, June 13, 2018. REUTERS/Philippe Wojazer TPX IMAGES OF THE DAY
PHILIPPE WOJAZER / REUTERS La Coupe du monde est l’outil de propagande ultime de Poutine, pensez-y quand vous la regardez.

Le 14 juin la Coupe du Monde de football commence en Russie. C’est la première fois que la compétition aura lieu sur deux continents, en Europe et en Asie.

À première vue, c’est un aspect très symbolique et réunissant, car le football, comme tous les sports, unit les continents, les pays et les gens. Ce serait également le cas si la coupe ne devenait pas l’otage de l’agression et de l’illégalité.

Le sport aussi bien que la culture devrait être hors politique. “Devrait”, voilà le mot-clé. Tout comme dans l’axiome disant que “les états doivent respecter le droit international, la Déclaration universelle des droits de l’homme”. Ils sont obligés de le faire, sans aucune exception.

Mais ceux qui négligent le droit international ne le font pas. Ce gouffre qui sépare les notions de “devraient” et “ne le font pas” représente la quintessence de la politique étrangère menée par la Russie, qui devrait respecter les dispositions du Mémorandum de Budapest, l’intégrité territoriale de l’Ukraine et les accords de Minsk…

Mais la Russie ne fait rien de tout cela, elle manipule et marchande, elle élabore de nouveaux schémas cyniques, elle mène une guerre hybride.

Moscou utilise l’ouverture inhérente à la démocratie occidentale: la liberté d’expression et la volonté d’écouter tous les arguments, sans pour autant se départir des valeurs fondamentales.

Elle manipule l’Occident en invitant des élus, des fonctionnaires, des dirigeants de diverses associations à visiter les territoires occupés de la Crimée pour coopérer directement avec les autorités d’occupation.

Mais est-ce possible et légal de visiter la péninsule arrachée à l’Ukraine, et qui est devenue la terre de l’illégalité, des harcèlements des Tatars de Crimée et Ukrainiens, de la violation des droits de l’homme fondamentaux?

Lors de l’annexion de la Crimée, cinquante personnes ont été kidnappées, 19 sont toujours portées disparues et les corps de six d’entre eux ont été retrouvés avec des signes de torture.

De nos jours, la répression frappent de plus en plus la péninsule occupée. Aujourd’hui 60 Ukrainiens et Tatars de Crimée sont illégalement emprisonnés en Russie. Parmi eux Oleg Sentsov, le cinéaste ukrainien, incarcéré dans le Goulag russe et qui fait la grève de la faim depuis le 14 mai.

Alors que la Russie construisait des stades et des hôtels pour se préparer à l’accueil de la Coupe du Monde de football, son armée et ses mercenaires tiraient sur des civils et soldats ukrainiens et menaient des attaques sanglantes, détruisaient systématiquement les habitations et l’infrastructure du Donbass.

Presque 11 000 morts, 23 000 blesses, 2,3 millions personnes déplacés au sein de l’Ukraine – tel est le tragique bilan de la guerre déclenchée et menée par la Russie contre le peuple ukrainien.

La dernière conclusion des enquêteurs internationaux sur l’avion “Malaysia Airlines”, abattu dans le ciel du Donbass par un missile russe, devrait pousser les gens à réfléchir davantage au sujet des funestes conséquences de l’action de la Russie dans le Donbass, non seulement pour les Ukrainiens mais aussi pour les citoyens d’autres pays.

Dans ces circonstances, plus que jamais, la Coupe du Monde est devenue un outil de propagande, un événement qui devrait créer pour des millions de fans l’image de la Russie, pays des merveilles, en cachant habilement que ce pays – la partie invitante de cette fête mondiale de football – continue à tuer, à détruire et à manipuler.

Telle est la vérité, soit-elle gênante et encombrante, mais avant d’acheter un billet, et avant de prendre l’avion pour la Coupe du monde, il faut bien y réfléchir.

Le HuffPost

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.