Comment l’Iran triche avec l’accord nucléaire©

4
555

Comment l’Iran triche avec l’accord nucléaire, sans la moindre mise en cause de la part de Trump ni de l’AIEA

 

Le Président Donald Trump n’a diffusé que des sous-entendus, de la rhétorique haute-en couleur et de quoi entretenir le suspense, dans le brouhaha qui entoure la période préparatoire du 15 octobre, date à laquelle il doit, soit certifier que l’Iran se conforme bien à l’accord nucléaire de 2015, soit suspendre une telle certification. S’en tenir à la première hypothèse offrirait une nouvelle durée de vie de 90 jours à l’accord ; la seconde possibilité entraînerait probablement une ré-imposition de certaines sanctions en vigueur contre l’Iran avant la signature de cet accord, si elles sont, ensuite, approuvées par le Congrès.

En proie aux mêmes incertitudes que n’importe qui d’autre, le Président iranien Hassan Rouhani a déclaré samedi 7 octobre : « Même dix Trump ne pourront effacer les bénéfices apportés par l’accord nucléaire à notre pays. Nous avons réalisé des bénéfices qui sont irréversibles. Si les Etats-Unis violent (l’accord nucléaire), le monde entier condamnera les

Au cours des dernières 48h, les médias américains ont été inondés de prédictions disant que le Président Trump devrait livrer un discours de premier ordre, le 12 octobre, pour annoncer sa décision de certifier l’accord nucléaire, alors qu’au même moment,ils imposerait de nouvelles sanctions contre l’Iran – en prenant principalement pour cible le Corsp des Gardiens de la Révolution concernant ses activités (développement des missiles, parrainage du terrorisme) qui sont contraires aux intérêts sécuritaires américains. Certains disent que Washington devrait ajouter le CGRI à sa liste des organisations terroristes.

Dans un certain sens, Rouhani a vu juste.

Trump désigne l’accord nucléaire comme le pire que l’Amérique ait jamais signé, pourtant il n’a pas remis en cause la confirmation apportée par l’Agence Internationale à l’Enargie Atomique (AIEA) disant que l’Iran serait en totale conformité avec les conditions qu’il impose.

Les opposants de Trump, en particulier ceux qui ont soutenu la politique iranienne du Président Barack Obama, sont montés au créneau avec un nouvel argument soutenant leur insistance pour maintenir en place cet accord nucléaire. Le laisser tomber comme une vieille chaussette, disent-ils, pousserait l’Iran à réactiver son programme nucléaire à grande vitesse et à fabriquer une bombe sans plus de délai. Téhéran restaurerait également sa production sur son site de plutonium d’Arak, en rupture avec ses engagements de démanteler le site en l’enduisant de ciment.

Ces adversaires de Trump ont même entraîné Abdul Qadeer Khan, le père de la bombe nucléaire pakistanaise, qui a vendu les secrets nucléaires chinois à la Corée du Nord, à la Libye et à l’Iran, pour renforcer leurs allégations disant que l’Iran pourrait rapidement sortir les plans du placard et foncer dans la fabrication de la bombe.

Ce raisonnement provient étrangement des mêmes cercles sécuritaires américains et israéliens qui, au cours des négociations sur l’accord nucléaire, démentaient, avec force vociférations, tout avertissement disant que ses conditions laissaient à l’Iran ses installations nucléaires totalement intactes et prêtes à être réactivées à la moindre occasion.

Ces mêmes cercles, au lieu de reconnaître qu’ils avaient alors tort, menacent à présent le Président titulaire de devoir porter le blâme si jamais le risque qu’ils ont oublié de mentionner à l’époque devenait réalité, comme conséquence majeure de cet accord nucléaire totalement tronqué. Et c’est exactement ce que prédit Rouhani, en reprenant à son compte les « bénéfices » de l’accord Obama.

Quels sont donc les faits saillants du dossier?

L’Iran triche de manière éhontée, grâce à cet accord nucléaire, qui a permis à son Ministre des affaires étrangères de serrer des mains de ses homologues, il y a deux ans, des Etats-Unis, de Russie, de chine, de France, de Grande-Bretagne et d’Allemagne. Et pas seulement contre l’esprit de l’accord. La Maison Blanche n’en dit pas plus que cela, parce que Trump et ses conseillers craignent les conséquences  d’accusations catégoriques de violations flagrantes mesurées en actes.

Les sources des renseignements militaires établissent la liste d’au moins quatre des violations les plus outrageantes :

  1. Téhéran a menti, le 12 janvier 2016, quand il a assuré à l’observatoire international que le coeur du réacteur au plutonium avait été démantelé, comme l’exigeait l’accord nucléaire et que l’espace avait été rempli de ciment renforcé afin de désactiver le site. La vérité est que le coeur de ce dispositif est resté en place et que le ciment a été déversé dans des tuyaux. Les remplacer mettrait moins d’une semaine et le site d’Arak sera remis en marche aussi facilement que s’il était entièrement neuf.
    Pourquoi l’AIEA n’a pas rapporté ces violations flagrantes dans son rapport? Parce que ses responsables préfèrent s’aligner sur les défenseurs et avocats de l’accord nucléaire, aux Etats-Unis, en Europe dont l’Allemagne marchande, et en Russie et éviter un tollé international de premier plan.
  2. Les inspecteurs de l’AIEA, qui réalisent des visites régulières sur les sites d’enrichissement d’uranium de Fordo et Natanz, rapportent que le nombre de centrifugeuses qui fonctionne a été corrigé. Cependant, ils n’ont pas visité des usines secrètes qui font tourner à vitesse maximale les centrifugeuses de nouvelle génération IR6 et IR8. Installées en remplacement des vieilles machines, elles sont en capacité de produire très rapidement de vastes quantités d’uranium enrichi jusqu’au stade suffisant pour produire, non pas seulement « une arme », mais bien un arsenal complet. A ce jour, Téhéran a empêché catégoriquement les inspecteurs de l’observatoire tout accès aux sites militaires, où on soupçonne que des explosions sont menées secrètement. L’AIEA en est réduite à mendier des échantillons de terrain à l’Iran, récoltés sur ces sites suspects pour les tester, mais ses experts n’ont aucun moyen de déterminer la provenance où de tels échantillons ont bien pu être prélevés.

Y a t-il encore quelqu’un qui se souvient de la promesse solennelle de Barack Obama, que les projets nucléaires de l’Iran feraient l’objet des inspections les plus minutieuses et les plus complètes, afin de l’empêcher de tricher quant à ses engagements dans le cadre de cet accord?

La comparaison suivante permet d’obtenir un aperçu général : le nombre d’inspections que l’observatoire national a mené au Canada au cours de ces deux dernières années, afin de surveiller le programme d’eau lourde de ce pays, est deux fois supérieur au nombre de visites menées par l’AIEA en Iran, lors de la même période.

La réponse de l’Administration Trump semble bien légère et tiède, quand on l’oppose aux violations sans nuance de l’Iran quant à ses soit-disant engagements nucléaires internationaux.

  

debka.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 COMMENTS

  1. Personne ne semble comprendre qu’il serait nettement préférable que l’Iran possède l’arme atomique, ce qui semble être déjà le cas depuis quelques années.

    Seulement une chose n’est pas vraiment comprise, les mollahs s’en prendront en priorité à leurs « alliés », car dans ces contrées, les chiens n’aboient que les caravanes, pas les armées menaçantes. La Turquie est bien plus en danger que le golfe ou Israël dans ce petit jeu de poker menteur, « occupe toi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge » !!

    Et de la France et l’Allemagne, je n’en parle même pas !!!

    • Encore un grand vizir à la place du vizir et plus expert que quiconque au sommet de la hiérarchie des renseignements et de l’armée. – Si on y regarde de plus près, dans le réel et pas dans les rêves, l’etat-major iranien est aujourd’hui à Ankara et l’Etat-Major turc à Téhéran. Donc merci de garder tes plans pourris Moshe 007

  2. Pendant ce temps la , et avec le financement d hussein obama , l iran fait ses achats partout dans le monde , en signant des contrats en milliards de dollars , on comprend l etat d esprit des europeens principalement
    De gaulle a dit , il faut coucher avec tous les arabes de la planete, c est ce qui se passe aujourd hui les francais vendent sans restriction aucune depuis plus de 50 ans , avec de gros benefices , puisque ils ne manque pas de petrole , et ils ont les arabes chez eux , en prime !

  3. plus dur sera le reveil.
    Churchill a dit : Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here