Bébés yéménites disparus : Israël lève le voile

6
458

Sous la pression de familles de disparus, dont certains sont, depuis, élus à la Knesset, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a fait déclassifier 200 000 documents. Au tout début des années 1950, juste après la création de l’État hébreu, des milliers d’enfants yéménites ont été enlevés à leurs familles, révèle Le Temps. Certains d’entre eux ont même servi de cobayes humains dans le cadre d’expérimentations médicales

Plus de 60 ans de secret

Restée presque enfouie pendant plus de 60 ans, la question des « enfants disparus » enflamme ces derniers temps les débats de la commission d’enquête de la Knesset, le Parlement israélien.
Et les révélations qui en sortent sont plus terrifiantes, encore, que ce qui était évoqué jusqu’ici.

Selon les archives, des milliers d’enfants yéménites ont bien été enlevés. Mais il y a bien pire: certains disparus ont succombé lors d’expériences médicales pour lesquelles ils ont servi de cobayes humains.

Un « matériel si abondant »

C’est d’une séance spéciale de la Commission ad hoc de la Knesset, le 14 juin dernier, que sont sorties des lettres échangées entre les directeurs de différents hôpitaux du pays, dans lesquelles ils se félicitaient – secrètement – de « disposer d’un matériel si abondant à Rosh Hayin » – le petit village où étaient alors parqués de nombreux Yéménites.
Un député, Amir Ohana, n’en revient pas: « Je n’imaginais pas que des choses pareilles aient pu se produire dans ce pays », lâche-t-il au Temps. Il a retrouvé le témoignage d’une infirmière qui raconte des expériences sur la « résistance » du « cœur des Yéménites ».

Quatre enfants morts, enterrés à la va-vite

Au milieu de rapports sur des expériences destinées à prouver ou non que les Yéménites avaient « du sang nègre », la trace d’au moins quatre enfants sur lesquels un « traitement expérimental actif » a été testé. Morts peu après, ils ont été enterrés à la va-vite, on ne sait où.
À la création d’Israël, en 1948, des centaines de milliers de Juifs du Proche-Orient affluent en « Terre Promise »… mais sont souvent méprisés par les ashkénazes, ces Juifs d’Europe « originels » de l’État hébreu.

Un pont aérien secret

Les séfarades vivent donc souvent dans d’immenses bidonvilles, voire des camps de tentes. Mais les Yéménites, eux, sont particulièrement maltraités: 48 000 d’entre eux ont été « amenés » en Israël en 1948 et 1949, dans le cadre de l’opération « Tapis volant » – un pont aérien secret lancé avec le soutien des États-Unis et de la Grande-Bretagne.
En fait du « paradis », qu’il croyait atteindre en Terre Promise, c’est l’enfer qui les attend.
Notamment pour les parents de 3 à 5000 enfants enlevés par des infirmières… à des fins de vaccination. Mais la plupart ont été déclarés morts ou disparus…

Pression des familles

Nombre de leurs proches étaient persuadés, depuis plus de 60 ans, qu’ils avaient en fait été « vendus » à des familles occidentales en vue d’une adoption. Aucun n’imaginait la terrible vérité qui semble se dessiner au fil des enquêtes – longtemps empêchées.
Depuis les années 1960, sous la pression des familles, trois commissions d’enquête ont été créées pour élucider le mystère, en vain. Ce n’est qu’à l’été 2016 que, acculé, même par des descendant de disparus élus à la Knesset, le gouvernement de Benyamin Netanyahou autorise la publication de 200 000 documents classifiés, et entrouvre la porte à la terrible vérité.

Une mort « programmée »?

Ygal Yossef, descendant d’une famille marquée par la disparition d’un proche, veut « vider l’abcès, quoi qu’il en coûte ». Il a même obtenu et fourni aux députés des copies de certificats de décès « en blanc » et antidatés… prouvant la mort « programmée » de nombreux cobayes.
Il sait, bien sûr, qu’Israël lors de sa création était un « foutoir », mais il ne veut pas que cela serve d’excuse: « Nos parents étaient des gens faibles ne comprenant pas bien l’hébreu et ne connaissant pas leurs droits. Ils ont été abusés. […] Je ne réclame pas la vengeance. Seulement la justice ».

Tribune Juive

6 COMMENTS

  1. je me permets un commentaire. A toute fin utile, je ne suis pas juif, pas plus sympathisant de l’état d’israel ni du peuple palestinien. En gros, la question israelo-palestinienne telle que posée ne m’interesse pas.
    j’ai lu cette information (si elle en est une) sur ladepeche.fr et, tellement horrifié, j’ai cherché d’autres sources. D’où ma visite ici.

    Voila pour l’intro. Maintenant mon commentaire ou plutôt mon commentaire aux commentaires.

    Si cet episode fait partie de l’histoire d’Israel, le mieux a mon avis est de l’accepter et de présenter des excuses. Pas de déclarer qu’elle servira la cause des antisémites ou antisionistes. Dans ce cas précis, déclarer cela est d’un cynisme qui rajoute à ma nausée.

    Chirac nous a rendu ce service en 1995 et je trouve que ca fait du bien. La France est responsable de la déportation de juifs.

  2. Cette gooooche ! Au dessus de tout , meprisable et suffisante , detentrice de la verite , avec sa cervelle en europe , veut nous detruire , comme elle detruit l europe .
    Les experiences sur des yemenites prouvent la relation forte entre nazis et socialistes = nationalsocialiste .

  3. J’ai écouté à la télévision les débats de la commission sous la présidence de la député Nurit Koren. Le rapporteur a affirmé qu’à ce stade, et malgré les affirmations de quelques familles, ils n’ont pas trouvé de cas d’expérimentation médicale sur des vivants. Par contre, l’une des raisons pour lesquelles les corps d’enfants, et parfois d’adultes, n’ont pas été rendus à leur familles, c’était que les médecins avaient procédé à des autopsies ce qui est contraire à la Halakha et les a donc conduit à des enterrements clandestins.
    Un des participants, un député religieux dont j’ai oublié le nom, a déclaré que ce scandale des autopsies avait duré longtemps, jusque dans les années 60, et sans lien avec les Yemenites, jusqu’à ce que son père, membre de la Hevra Kadisha, ait fait scandale auprès de certains députés de cette époque, Depuis il y a une réglementation stricte et la Halakha prévaut: une autopsie n’est autorisée que si les médecins pensent à une mort suspecte.
    En ce qui concerne le cœur des Yemenites, j’ai entendu seulement qu’il n’était question que de dissection du cœur et des artères des Yemenites pour comprendre pourquoi ils ne souffraient pas de maladies cardio-vasculaire. J’ai du mal à écrire “il n’était question que”, c’est une situation déjà tellement horrible mais je pense qu’il ne faut pas en rajouter pour faire du sensationnel. D’ailleurs, comment pourrait-on faire des expériences scientifiquement valables sur la résistance d’un cœur lorsque le patient arrive déjà bien malade?
    Je suis bien d’accord avec Ygal Yossef lorsqu’il déclare qu’Israel était à l’époque un vrai foutoir (et nombre d’enfants ou d’adultes n’étaient pas enregistrés comme il faut dans les hôpitaux et donc à leur mort n’étaient plus que des anonymes) et qu’il veut savoir la vérité mais, je vous prie, c’est un sujet suffisamment sordide et douloureux que cette caste de responsables de gauche, irrespectueux de nos traditions, ait traité les corps de ces gens sans aucun respect, sans vouloir en rajouter et répéter des accusations non vérifiées.
    Nous sommes bientot à Tisha Beav, et nous savons à quoi nous conduit le lashon hara

  4. Voilà du Biscuit, avec la confiture en prime, pour tous les anti-israéliens et antisémites du monde entier!
    Que les Marxistes du Mapaï Mapam et autres Hashomer, qui ont gouverné jusqu’à l’aube de 1977 soient effectivement condamnés, me fait assez plaisir mais je ne pensais pas que cela rriverait ainsi par ce biais abominable…!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.