Attentat Copernic: non-lieu en faveur du suspect Hassan Diab

6
147

Des juges d’instruction ont rendu un non-lieu en faveur d’Hassan Diab, unique suspect de l’attentat à la bombe devant la synagogue de la rue Copernic, qui avait fait quatre morts et une quarantaine de blessés le 3 octobre 1980.

Ils ont également ordonné la “mise en liberté immédiate” du Libano-Canadien de 64 ans, qui a passé plus de trois ans en détention provisoire.

Dans leur ordonnance rendue contre l’avis du parquet qui avait requis fin novembre le renvoi d’Hassan Diab devant les assises, les magistrats estiment que “les charges pouvant être retenues contre lui ne sont pas suffisamment probantes” et “se heurtent à trop d’éléments à décharge”.

Extradé du Canada en novembre 2014, Hassan Diab était suspecté par les enquêteurs de faire partie du groupe terroriste Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP).

Éric Hazan 

Colère du CRIF, “une injure à la mémoire des victimes”

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) a exprimé vendredi sa consternation et son indignation devant la décision des autorités judiciaires françaises de libérer le terroriste présumé de l’attentat de la rue Copernic

“Contre l’avis du parquet, qui avait requis le renvoi de Diab devant la cour d’assises spéciale, les juges ont ordonné un non-lieu et la “mise en liberté immédiate” en faveur de l’unique suspect de l’attentat qui avait fait quatre morts et une quarantaine de blessés devant la synagogue de la rue Copernic, à Paris, le 3 octobre 1980. C’était le premier attentat meurtrier visant la communauté juive française depuis la guerre.Le CRIF demande au Parquet de faire appel sans tarder de cette décision des juges afin qu’un procès puisse avoir lieu”, a déploré l’organisation juive dans un communiqué.

– Communiqué de Presse.
Non-lieu et libération immédiate du terroriste présumé de l’attentat de la rue Copernic : http://bit.ly/2qTDgby 

Pour Francis Kalifat, Président du CRIF, “Cette libération sans procès du principal suspect est une injure à la mémoire des victimes et une douleur supplémentaire pour leurs familles.”

L’attentat de la synagogue de la rue Copernic avait fait quatre morts et une quarantaine de blessés le 3 octobre 1980.

“D’autre part, le CRIF rappelle que les mandats d’arrêt délivrés en 2015 par le Juge Trévidic contre les quatre terroristes présumés de l’attentat de la rue des Rosiers en août 1982, ayant fait six morts et 22 blessés, sont restés sans effet à ce jour. Le CRIF demande aux autorités françaises de tout mettre en œuvre pour obtenir l’extradition des suspects, réfugiés en Norvège, en Jordanie et à Ramallah”, conclut le communiqué.

Éric Hazan 

Des juges d’instruction ont ordonné un non-lieu en faveur d’Hassan Diab, unique suspect de l’attentat devant la synagogue de la rue Copernic à Paris qui avait fait quatre morts et une quarantaine de blessés le 3 octobre 1980, a appris vendredi l’AFP de source proche du dossier.

Dans leur ordonnance, rendue contre l’avis du parquet qui avait requis le renvoi aux assises de M. Diab, les juges estiment que les charges à son encontre “ne sont pas suffisamment probantes” et “se heurtent à trop d’éléments à décharge”, d’après la source. Ils ordonnent la “mise en liberté immédiate” du Libano-Canadien qui a passé plus de trois ans en détention provisoire.

Paris (AFP)

6 COMMENTS

  1. Un commentaire : 37 ans pour “pondre” ça !!

    Un autre de Raymond Barre 1er ministre à l’époque : mort de 2 Français innocents, et de 3 Juifs !!!

  2. Ce sont les même juges que sous Putain.
    En France les juges sont pourris cela est très connu
    un procès entre un arabe et un juif , c est l arabe qui a raison
    un Arabe assassin
    c est l arabe qui a raison
    un arabes violeur c est l arabe qui a raison
    e mec de l Élysée prétend que la France es un pays de droit
    en réalité il veut dire et maintenir que la France est un pays de droit arabes appliques par les juges Français

    • C’est aussi vrai pour le Français dit de souche, pas que pour un israélite. En France, les ripoux et les racailles sont en pays de cocagne !

  3. Pas d’accord. S’il y a vraiment des elements contradictoires, ca doit profiter a l’accuse. Ce que nous ne savons pas, ni vous ni moi, c’est dans quelle mesure les elements a decharge sont credibles. Si le Ministere public fait appel, on en saura peut-etre davantage mais, tant d’annees apres, ca parait difficile.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here