Assassinat de Sarah Halimi : mais qu’a fait la police ?

3
29

Lire aussi notre article : Sarah Halimi ou le déni Français©


Un comité de soutien réclame "vérité" et "justice" pour Sarah Halimi.
Un comité de soutien réclame « vérité » et « justice » pour Sarah Halimi. – Capture d’écran Youtube

Assassinat de Sarah Halimi : mais qu’a fait la police ?

Avocat d’une partie de la famille de la victime, Me Gilles-William Goldnadel dénonce « une manière de déni de l’antisémitisme » et pose « le problème de l’inaction de la police ». Il a déposé une plainte pour « non-assistance à personne en danger ».​

La torture et l’assassinat, le 4 avril dernier à l’aube, de Sarah Halimi, 66 ans, par Kobili Traoré, un Français d’origine malienne qui scandait des versets du Coran en la frappant pendant une heure, suscite des questions troublantes. Ex-directrice de crèche, la victime était une juive orthodoxe, donc « visible », selon les tristes dénominations adoptées avec le surgissement du nouvel antisémitisme. Sa fille avait été traitée de « sale juive » à plusieurs reprises par la sœur de l’assassin, son voisin du 26, rue de Vaucouleurs, dans le XIe arrondissement parisien. Connu pour sa violence, Traoré n’avait aucun antécédent psychiatrique.

Pourtant, alors que le voisinage a assisté de loin, voire enregistré, la scène barbare avec incantations et défenestration, l’instruction piétine au motif que l’homme est interné, depuis le crime, dans un centre psychiatrique. Le psychiatre nommé comme expert judiciaire ne communique aucune donnée.

« Nous voulons savoir »

La première demande de la famille de Sarah est donc la qualification immédiate en assassinat antisémite, terroriste et islamiste. Elle s’interroge aussi sur l’inertie des forces de l’ordre. Me Gilles-William Goldnadel, qui représente une partie des parents de la victime, a porté plainte contre la police pour non-assistance à personne en danger. En une heure sont en effet arrivés sur les lieux, au moment des coups et de l’assassinat, 26 policiers dont on ne s’explique pas le manque de réaction. Ordres, contre-ordres, cafouillage ? Le préfet de police, dans sa réponse au Comité de soutien vérité et justice pour Sarah Halimi, refuse que soit effectuée une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Pourquoi ? « Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous portons plainte contre des policiers qui, dans la France d’aujourd’hui, sont aussi des cibles, résume l’avocat, mais nous voulons savoir. »

Rédactrice en chef

3 COMMENTS

  1. Nous vivons dans système où le pouvoir avec son multiculturalisme se voile la face et ignore la réalité de la montée de l’antisémitisme….oublieux que quand les juifs sont mis en cause et persécutés , c’est bientôt toute la société qui est impactée…

    • C est exactement ce qui a été fait dans le cas du crime d Ilan Halimi.
      Le commissaire et bien sûr au dessus de lui, le procureur de Paris ,ont tout fait pour que le kidnapping contre rançon ne soit connu ni diffusé à cause des caricatures de Mahommet et des turbulences que cela avait occasionnées dans la population musulmane de France….
      Donc silence imposé à la famille et perte de temps ,surtout ne pas parler d antisimitisme…pour ne pas réveiller et choquer les musulmans,perdre son temps et laisser faire même si on arrive à un assassinat monstrueux aussi bien dans l un et l autre cas.
      Surtout garder la plainte actuelle contre la police pour le cas de Sarah et porter plainte également contre la haute sphère de la police peut être et sûrement contre le procureur de Paris de l époque Mr Marin ( pour l affaire d Ilan) qui d ailleurs a été parachuté ailleurs entre temps!!!
      La police ne fait rien d autre que renseigner le commissaire qui lui s en référé au préfet qui lui s en référé au procureur.
      Voilà comment cela se passe….
      Il faut tenir bon et ne rien lâcher et demander revanche et sanctions contre ces barbares et obliger la police et la haute sphère à répondre de leur lâcheté et indifférence et d arrêter leur petite cuisine d arrangements au dépens uniquement des victimes juives.
      Pour la France ce qui compte c est d être Français et la religion peut importe ,on est bien dans un pays laïque non? donc avant d être juif on est francais donc on doit être protégé et sécurisé comme tout autre citoyen lambda et si on ne l était pas il faudrait peut être faire manifestation sur manifestation et ensuite ne plus payer les impôts qui servent aussi à notre protection entre autre et comme l état ne fait pas son travail pour nous protéger en tant que juifs contre l antisemitisme des musulmans radicaux ou pas ,nous pouvons aussi agir par d autres moyens comme ne plus payer d impôts jusqu à ce que justice soit faite.
      Il est temps de s énerver et de passer à l action!!!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here