Fermer cette fenêtrre
S'inscrire à la Newsletter de Jforum
ACTUALITES / DEPECHES

La Délégation de la Palestine poursuivie devant la justice

mercredi 17 février 2010, par Victor PEREZ

Les responsables de l’Autorité palestinienne à Paris ne respecteraient pas les lois françaises. La justice est saisie et le Quai d’Orsay est embarrassé.

hamid.soltaniLa Délégation générale de la Palestine (DGP) est-elle hors la loi ? Figure, en France, de l’Autorité palestinienne, cette organisation est aujourd’hui dans le collimateur de la justice. Deux de ses ex-employées ont saisi le tribunal de prud’hommes pour faire reconnaître leurs droits. L’occasion, pour les juges consulaires, de se pencher sur une structure au statut ambigu et au fonctionnement opaque.

En savoir plus "C’est au tribunal de régler le problème"

A l’origine de ces procédures : Sonia*, 38 ans, et Nohra*, 65 ans, anciennes secrétaires de direction de la Délégation. En 2008, à quelques mois d’intervalle, toutes deux sont mises brutalement à la porte. « Je ne sais pas si c’est une question d’âge mais, du jour au lendemain, je suis devenue indésirable », raconte Nohra. En fin d’année, Sonia doit être hospitalisée et opérée. A son retour, on l’invite à partir. « Je n’étais plus la bienvenue », dit cette mère de deux enfants. Pendant ses six ans et demi d’activité, Sonia a touché 1 225 € par mois. Nohra, elle, était payée « environ 1 500 € mensuels », estime son avocate, Me Nadine Ponsin. Pour obtenir des indemnisations chômage, les deux femmes doivent produire des fiches de paie. Elles n’en ont jamais eu. « J’en avais réclamé plusieurs fois, relate Sonia. On me disait toujours qu’on allait régulariser la situation, mais rien n’a été fait. » En guise de preuve, Sonia et Nohra ne disposent que d’un contrat d’embauche, rédigé en arabe, qui tient en quelques lignes. Privées de toute allocation, les deux femmes finissent par se tourner vers la justice. La DGP est finalement condamnée, sous astreinte, à remettre ses fiches de paie à Sonia. « Mais elle n’en a toujours pas remis une seule », constate Me Nolwenn Loyer-Saad, qui défend la jeune femme avec Me Eric Turcon. Il y a quelques semaines, des représentants de la Délégation ont proposé à la jeune femme de transiger. « La somme proposée était inacceptable », estime Me Loyer-Saad, qui envisage de porter plainte, au pénal, pour « travail dissimulé ». Les suites judiciaires sont pourtant incertaines. Bien que la France ne reconnaisse pas l’Etat palestinien, elle a accordé à ses représentants à Paris des privilèges diplomatiques. « La Délégation est l’équivalent d’un consulat étranger, a ainsi plaidé l’avocate de la DGP, le 11 janvier dernier, devant les juges consulaires. Elle ne peut pas faire l’objet de poursuites. » Réaction immédiate du juge consulaire : « Vous êtes en train de nous faire reconnaître l’Etat palestinien ! » L’affaire a été renvoyée à une date ultérieure. Il y a quelques mois, Me Loyer-Saad a demandé au Quai d’Orsay de faire respecter la décision judiciaire condamnant la DGP à remettre des fiches de paie à sa cliente. « Rien n’a été fait », relate-t-elle. Joint par « le Parisien » - « Aujourd’hui en France », un porte-parole du ministère des Affaires étrangères ne cache pas son agacement, sans pour autant éclaircir le statut juridique de la DGP. « Pour moi, travailler pour l’Autorité palestinienne c’était une chance, dit Sonia. J’étais très motivée. J’ai accepté beaucoup de choses. Je voudrais que l’on respecte mes droits. » * Les prénoms ont été changés.

http://www.leparisien.fr/faits-dive...



Retour Page d'accueil du site

Vous pouvez réagir à cet article, le Forum est un espace de liberté et d'échange, toutefois il est soumis aux règles suivantes :
Tout commentaire à caractère raciste, antisémite, diffamatoire, injurieux et grossier pourra donner lieu à la suppression de votre compte .
Tout commentaire n'engage que son auteur et Jforum n'est en aucun cas partie prenante dans les divers propos de vos commentaires.
LES ARTICLES DE JFORUM

Réagir à cet article


A la suite de la première phase de l’enquête communautaire, près de 600 personnes ainsi que leurs proches soit près de 1000 personnes, nous ont attesté ne pas avoir reçu leur carte d’électeur. Face à ce qui n’est qu’une consultation à laquelle ne prennent part que 5% à 7% des lecteurs, nous sommes en droit de penser que des milliers d’adhérents du Consistoire, n’ont pas été invités à participer au scrutin du 24 novembre dernier. Aussi nous relançons cette enquête et la complétons par un questionnaire sur le déroulement du scrutin.
Vous êtes membre du Consistoire de Paris et vous souhaitez témoigner, cliquez ici


Liens et Partenaires
| Plan du site | Contactez-nous | Suivre la vie du site RSS 2.0