Abbas, un nouveau Gandhi pour E.Macron ? ©

10
50
« Je sais votre engagement constant en faveur de la non-violence. »
Ce sont les mots adressés par le Président de la République Française Emmanuel Macron au Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, à l’occasion du séjour de ce dernier en France.

Cette phrase a décidément du mal à passer, malgré notre volonté de ne pas sortir les phrases de leur contexte. Mais le fait est que, précisément, le contexte est problématique !

La Déclaration conjointe du Président de la République et du Président de l’Autorité Palestinienne en son intégralité :

« Mesdames et Messieurs,

Je voulais avant tout remercier le Président palestinien, Mahmoud ABBAS, pour sa visite. Nous nous étions vus il y a quelques mois dans un autre contexte, en tout cas pour ma part, et je tenais à ce que nous puissions nous retrouver rapidement, ce qui a pu se faire aujourd’hui, à la fois pour évoquer la question israélo-palestinienne et ses derniers développements mais aussi nos relations bilatérales.

J’ai rappelé au Président ABBAS que je m’inscrivais, pour ce qui est de la question israélo-palestinienne, dans une forme de tradition française qui, je le crois vraiment, est un juste chemin, celui de la recherche de paix et stabilité dans la région qui requiert justement une résolution du conflit et la reconnaissance pleine et entière des deux Etats.

Cette paix pour la France, elle doit passer par la réalisation des droits légitimes des Palestiniens à disposer justement d’un Etat viable et indépendant, conformément à la légalité internationale, et elle passe aussi par la sécurité d’Israël à laquelle la France est indéfectiblement attachée.

C’est par ce jeu d’équilibre indispensable et cette construction mutuelle qu’une solution sera trouvée dans la durée au conflit. J’ai fait part au président palestinien de ma préoccupation face à la dégradation de la situation en Cisjordanie, Jérusalem-Est comme Gaza, où la situation humanitaire se dégrade et mon souhait est que la France d’ailleurs puisse jouer un rôle pour y aider. Nous en avons parlé et je m’engagerai à ce titre à faciliter les discussions.

La solution des deux Etats à laquelle il n’existe aucune alternative viable est aujourd’hui mise en péril sur le terrain, bien sûr, mais peut-être encore davantage dans les esprits et les causes de cette érosion sont malheureusement connues. La France a toujours condamné et condamne la poursuite de la colonisation qui est illégale au  regard du droit international. Elle a atteint depuis le début de l’année un niveau sans précédent et ces décisions envoient un signal très négatif qui ne peut que nuire à la confiance nécessaire. Et l’absence d’horizon politique nourrit le désespoir et l’extrémisme.

Donc, je pense à ce titre qu’il est absolument indispensable que nous puissions poursuivre les différentes initiatives qui ont été lancées ces derniers mois : une initiative de paix que vous avez conduite avec plusieurs autres, une initiative que mon prédécesseur avait lancée ici en janvier dernier et qui avait permis à nouveau de remettre ce sujet au centre des préoccupations mondiale, l’initiative également prise par le président des Etats-Unis d’Amérique il y a quelques semaines lorsqu’il vous a rendu visite et a pu échanger avec vous-même et monsieur NETANYAHU.

Je considère que toutes les formes de négociation, de dialogue, d’apaisement entre les parties sont aujourd’hui indispensables et la France y prendra donc sa part. Mon souhait, c’est que dans les mois prochains, avec beaucoup d’humilité, nous puissions avancer dans cette direction. Je sais votre engagement constant en faveur de la non-violence et je sais aussi l’urgence d’éviter tout acte unilatéral qui attiserait encore davantage les tensions sur le terrain.

Je veux donc ici rappeler à quel point la France est convaincue de la nécessité de relancer une dynamique forte, crédible et, comme je viens de le dire, nous y jouerons notre rôle.

Cette paix, elle devra permettra aux deux Etats, Israël et Palestine, de vivre côte à côte en paix et en sécurité dans des frontières sûres et reconnues et je pense qu’à cet égard, les efforts seront à faire de part et d’autres et nous le savons bien.

Enfin, au-delà de la question israélo-palestinienne, nous avons évoqué nos relations bilatérales. Elles ont atteint un niveau inédit ces dernières années. Je m’en félicite et je souhaite que nous puissions ensemble les poursuivre. Il y a la cité industrielle à Bethléem et l’engagement français en la matière. Je me souviens, il y a quelques années, dans d’autres fonction, m’y être rendu, je me souviens à la fois de l’accueil et de l’engagement fort qui est le nôtre. Il y a l’ensemble des développements bilatéraux que nous continuerons à conduire et le projet de lycée français à Ramallah dont l’accord vient juste d’être signé est, je crois, une preuve vivante de ce lien.

Enfin nous avons confirmé l’un et l’autre notre souhait de pouvoir voir se tenir au début de l’année 2018 un nouveau séminaire intergouvernemental franco-palestinien qui permettra de faire un point sur l’avancée de tous ces sujets et de programmer également de nouveaux projets conjoints pour les années à venir. Merci à nouveau cher Président pour votre visite à Paris en attendant d’autres rencontres. »

Nous sommes certainement étanches à la complexité des relations internationales telles qu’elles se nouent en coulisses, nous, simples citoyens ignorants des arcanes de la Realpolitik.

Et c’est certainement cela qui nous conduit à nous inquiéter de la pérennité de la politique du Quai d’Orsay, qu’on accable injustement, tant elle n’est que le reflet de la politique de l’Elysée.

Constance qui nous est rappelée par le Président de la République Française lui-même.

« J’ai rappelé au Président ABBAS que je m’inscrivais, pour ce qui est de la question israélo-palestinienne, dans une forme de tradition française. »

Nous faisant rappeler, encore une fois, qu’il est inutile de nous étonner du comportement des municipalités françaises qui s’érigent en défenseurs de la cause palestinienne et appellent au boycott d’Israël, si au sommet de l’Etat on ne donne pas l’exemple.

Comme il est inutile de nous étonner si les médias reproduisent cette politique de boycott, en qualifiant tantôt Israël de « colon », tantôt en tentant de mettre le couvercle sur l’antisémitisme musulman, si ces mêmes mots, si ce même déni sont donnés en modèle par l’Elysée.

On s’est levés contre le documentaire de M6 de Bernard de la Villardière (De la Villardière complice des terroristes©)

On s’est levés contre la censure par ARTE pendant plusieurs semaines du documentaire sur les nouveaux visages de l’antisémitisme.

InfoEquitable dénonce régulièrement les « documentaires » anti-Israël d’Arte qui traitent cet Etat de « colon ».

A quoi bon ?

A quoi bon, s’ils ne se montrent ainsi que de bons élèves ?

Nous serions chipoteurs ? Pinailleurs ?

Pessimistes ?

Ma foi, la réalité nous y oblige !

Lorsque les divers gouvernements français autorisent en masse, et, notamment, depuis 2014, les rassemblements sur notre sol de groupes et soutiens pro-palestiniens appelant au boycott d’Israël – dans le meilleur des cas – ou à la haine des Juifs, il ne faut pas s’étonner que certains se sentent autorisés, effectivement, à haïr le Juif.

De l’attentat de Copernic à l’assassinat de Sarah Halimi, en passant par les meurtres de Sébastien Selam, Ilan Halimi, ceux commis à Montauban et Toulouse par Merah, ceux de l’Hypercacher, en passant par les agressions verbales et physiques antisémites, on a suffisamment haï le Juif au nom de l’islam pour que nous soyons autorisés à nous inquiéter de la pérennité des discours au sommet de l’Etat Français.

La « colonisation » par Israël en « territoires occupés » serait « un signal très négatif qui ne peut que nuire à la confiance nécessaire, selon Emmanuel Macron ».

Monsieur, en parlant de signaux très négatifs, que dire des mots que vous avez utilisés à l’encontre d’Israël depuis votre arrivée au pouvoir ?

On vous dit ami d’Israël.

Je ne demande qu’à le croire. Je l’espère profondément.

Pour être plus précise, je ne demande pas que l’on soit ami d’Israël.

J’attends simplement que l’on soit pas son ennemi.

Car ce simple fait suffirait à réaliser – et à  concrétiser – tant l’unicité de notre ennemi : la dictature de pensée de l’islam et sa volonté d’hégémonie, que celle de nos valeurs : le refus de l’obscurantisme, la liberté et la démocratie.

Permettez-moi, en tant que Française de confession juive, de vous dire combien je ressens cette haine contre les juifs ici même, sur le sol français.

Savez-vous à combien de manifestations pro-palestiniennes j’ai assisté depuis 3 ans ?

Savez-vous combien de fois je me suis demandé : mais mon Dieu, avec leur bourrage de crâne incessant, répétitif, au cours de ces rassemblements, par quel miracle les Français n’ont-ils pas encore « basculé » dans cette haine ?

Savez-vous ce que j’ai éprouvé comme colère, comme frustration lorsqu’à ces mêmes rassemblements, il est dit clairement et en toute impunité que la « Palestine » ils s’en fichent : ce qu’ils veulent c’est toute la région !

Et les israéliens seraient des colonisateurs ? Parce qu’ils se sont cru autorisés à séjourner en « territoires occupés », comme eux-mêmes ouvrent leurs portes aux arabes en Israël ?

Vous n’êtes pas naïf. Vous ne pouvez ignorer que les implantations ne sont guère le vrai problème.

Qu’elles représentent un simple exemple de manipulation dans la communication très habile des terroristes arabes.

Que la demande de leur interdiction n’est qu’un préambule à la conquête de toute la région.

Que le peuple palestinien est lui-même en partie otage des terroristes arabes.

Et si Abbas représente encore le moins sanguinaire d’entre eux, il est très bien placé à ce titre !

Dure est la guerre contre le terrorisme. Complexe est cette lutte.

Encore plus complexe est de dénouer ce qui a été fait depuis des années en Europe et en France pour laisser croire à ces islamistes que nous sommes des dhimmis.

J’ai dit plus haut m’étonner que ces fous ne fassent pas davantage d’émules ici avec leurs discours.

C’était une image.

Car nous avons, avec les exemples cités plus haut, des illustrations de la libération de cette haine.

Celle qui a amené à tuer à la Synagogue de Copernic.

Celle qui a tué le DJ Selam.

Celle qui a tué Ilan Halimi.

Celle qui a tué à Montauban et à Toulouse…

Celle qui a tué Sarah Halimi. Torturée et tuée car juive, car mécréante.

Ne soyons pas naïfs en sens inverse : vous modifieriez votre Déclaration conjointe du Président de la République et du Président de l’Autorité Palestinienne, rien ne changerait d’ici demain, ni après-demain.

Mais le maintenir ou le renouveler ne fera qu’aggraver notre situation.

Je ne parle pas de la situation des Juifs Français, Monsieur.

Bien que nous soyons en première ligne dans l’expression de cette haine meurtrière.

Je pale de tous les mécréants que nous sommes, chrétiens, juifs musulmans, hindous et athées. Visés par une même haine.

Votre ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a fait récemment, lors de la Soirée des donateurs du Centre Européen du Judaïsme, un très beau discours empreint de réalisme, dans lequel il énonçait clairement l’impossibilité de tolérer davantage ces manifestations de haine en plein Paris, comme il indiquait comprendre notre inquiétude, accrue depuis l’assassinat antisémite commis par le musulman Kobili Traoré.

Nous voulons croire qu’il a traduit ce soir-là plus fidèlement votre pensée que vous même à travers cette Déclaration conjointe du Président de la République et du Président de l’Autorité Palestinienne.

 

Franny Fisher pour JFORUM

 

10 COMMENTS

  1. Ce qui me rassure c’est que ce même aveuglement envers ce terroriste sanguinaire, se reproduit a l’identique dans de plus en plus de villages franchouillards et dans les cités , envahies par des « étrangers » qui arrivent des pays arabes , qui sont de plus en plus radicalisés et qui finiront par imposer la charia demain en France et en Europe.

    La lâcheté de ces politiques français, comme en 40, leur reviendra tel un boomerang mais la se sera trop tard car quand ils finiront par comprendre que toutes ces actions qui visent a légitimer l’antisémitisme en favorisant l’antisionisme , feront fuir les derniers juifs d’Europe qui ne se seront pas convertis a l’islam, or l’histoire nous montre que le départ des juifs d’un pays ou d’un continent et toujours l’un des signes de déclin rapide , et de pauvreté , de ce continent ou de ces pays….

  2. Avez-vous remarqué que les médias n’osent même plus évoquer de tels scoops (Hébron, Jérusalem, Unesco…) et la rencontre hypocrite Macron Abbas? c’est dire les énormités absurdes de tels évènement qui n’en sont pas.!!!!
    Super Netanyahou va créer un musée de l’Histoire Juive à Hébron avec l’argent qu’il va cesser de distribuer à l’Unesco et çà c’est un grand courage. Bravo

  3. Le manque de courage de l’Occident et celui aujourd’hui de Macron, « jeune président » élu par un petit pourcentage, c’est quelque chose d’inouï. Bas les masques de tant de lâcheté, de tant de mensonges, de tant de déni. M. Macron n’a pas le courage de dénoncer Abbas et son encouragement envers les terroristes en les payant pour tuer autant de Juifs innocents, n’a pas le courage de lui dire haut et fort que son pays c’est la Jordanie. Bas les masques, la Vérité rien que la Vérité c’est qu’Israël est légitime, souverain et le seul démocratique dans la région face à des pays menteurs, conquérants à tout prix mais Pétroliers ??????????????????? et voilà le problème peut être , le Pétrole et ses millions gagnés gratuitement, et pourtant avec des populations très très pauvres!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  4. Tellement de monde contre nous que je me demande parfois si nous ne sommes pas trop intransigeants​ ?
    Rien n’avance, nous vivrons toujours dans l’ insécurité….
    Quel avenir pour nos enfants ?
    Nos ennemis sont à présent à nos portes et ils sont de mieux en mieux armés.
    Le temps ne joue pas en notre faveur.

  5. Ce sont 2 fou, hypocrites et menteurs, Dieu aura la dernière parole et ils ne s’en rendent même pas compte, la folie les maintienne hors de la vérité. Ils sont cinglés et le resteront.

  6. Bravo Frany,
    Bravo Georges,
    Ils ne veulent pas ouvrir les yeux,
    Mais c’est déjà trop tard , la France est
    Bien malade,
    l’Europe à baissée les bras.
    Nous avons dans notre Thora , une actualité
    Frappante avec Balak et Bilam,
    Les maîtres de la medisance, les maîtres du verbe,
    Toujours prêts à maudire et mentir.
    Aujourd’hui on a vu  » Hevron »
    Nos pères , volés, …..
    Roland Haïm Aben

  7. bravo Fanny. je rappelle que le terroriste de Ramallah avait été ovationné debout il y a peu à Bruxelles après avoir accusé des rabbins d’avoir demandé au gouvernement israélien d’empoisonner l’eau des arabes.le président du P.E. avait qualifié ce discours-mensonger d’ « inspiré ».Now que faire?Hélas nombreux sont les ennemis d’Israe »l dans l’entourage de LREM.

  8. C’est quasiment d’ordre psychiatrique !
    Louer un sinistre personnage qui distribue(comme en récompense)des pensions aux familles des tueurs de Juifs et le qualifier d’homme de paix laisse pantois!
    Anne Hidalgo avait déjà décerné la plus haute médaille de la ville de Paris a ce cryptoterroriste là encore en le qualifiant d’homme de paix!!!
    L
    Antisemitisme fracasse le Réel !

  9. Abbas continue de payer les salaires des terroristes, cela s’appelle de l’incitation au meurtre.
    Honte à ce président aveuglé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here