Yaffa Yarkoni, disparition d’une figure légendaire

0
9

La « Voix d’Israël », la chanteuse Yaffa Yarkoni est décédée à l’hôpital « Reout » de Yad Eliyahou à l’âge de 86 ans. Yarkoni était atteinte de la maladie d’Alzheimer depuis quelques années.


Yaffa Yarkoni née Abramov était née le 24 décembre 1925 dans une famille immigrée du Caucase au début du XXe siècle. Elle avait commencé sa carrière de chanteuse au café familial « Tzlil » à Giv’at Rambam où elle se produisait avec son frère et sa sœur dans un ensemble appelé « Bamati ». En 1944 elle se mariait à Yossi Justin, volontaire juif dans l’armée britannique qui s’enrôla ensuite dans la Légion juive. Il fut tué en mars 1945 lors de combats en Italie près du fleuve Senio. Afin de perpétuer sa mémoire et celle de toute sa famille qui avait péri dans les camps de concentration, toute la famille Abramov prit le nom de « Justin ». En 1948, Yaffa épousait Shaïke Yarkoni un ancien combattant de la Hagana.


Durant la Guerre d’Indépendance Yaffa Yarkoni servit dans les Transmissions dans une unité de Guivati. C’est durant cette période que son succès commença à poindre et deux de ses chants devinrent les symboles de la Guerre d’Indépendance : « Bab El-Oued » et « Ha’amini Yom Yavo », écrits par Haïm Gouri en souvenir des combattants des convois qui ouvrirent la route vers Jérusalem.


En 1988, Yaffa Yarkoni obtint le « Prix Israël pour le chant hébraïque » car elle fut vraiment l’un des symboles du jeune Etat d’Israël. Ses représentations devant des soldats de Tsahal étaient légendaires et son répertoire comprenait parmi les chansons israéliennes les plus connues écrites par de grands noms de la composition israélienne comme Naomi Shemer ou Haïm Hefer.


Hélas, comme c’est le cas de nombreux artistes israéliens, Yaffa Yarkoni n’a pas échappé à la tentation gauchiste et pacifiste. Elle avait lourdement entaché sa popularité en déclarant en 2002 « que ce qu’avaient commis les soldats de Tsahal à Jénine lors de l’ ’Opération Rempart’ rappelait la Shoah » !! Elle avait manifesté son soutien aux objecteurs de conscience de gauche et comparé les photos enfants arabes palestiniens à celle des enfants juifs durant la Shoah.

Ses propos avaient créé le scandale au point qu’une soirée de gala en son honneur avait été annulée.


A l’annonce de sa mort les réactions ont été nombreuses dans le monde artistique mais aussi politique. Le président de la Knesset Reouven Rivlin regrette « le départ de celle qui symbolisait l’Indépendance et les premières décennies d’Israël » et se dit « assuré que le son de sa voix accompagnera encore longtemps des générations d’Israéliens ». La cheffe de l’opposition Tsipi Livni salue « l’un des plus beaux symboles du sionisme qui a chanté Israël durant des années ». Quant à Ehoud Barak, il loue « la chanteuse des guerres d’Israël qui fut le symbole du bel Israël (?!), du sionisme et de l’amour du pays ».


Yaffa Yarkoni laisse derrière elle trois filles, huit petits-enfants et huit arrière-petits-enfants. Elle a demandé qu’il n’y ait ni journalistes ni oraisons funèbres lors de ses obsèques.

Shraga Blum

Israël 7.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here