Varsovie/Treblinka/Arménie : ça s’est réellement passé le 22 juillet

0
32

Légende: 21 au 22 juillet 1942 — Dans la nuit du 21 au 22 juillet 1942, des éléments SS ukrainiens cernent les murs du ghetto et forcent les occupants à sortir de chez eux en tirant dans les fenêtres. Ensuite, ils leur donnent la chasse et les abattent comme des chiens. Des avis affichés à l’intérieur du ghetto annoncent que par décision des autorités allemandes, tous les Juifs habitant Varsovie, hommes, femmes et enfants, à l’exception de ceux qui travaillent dans des ateliers allemands ou pour le Judenrat, seront transférés à l’Est pour y être employés à la reconstruction de régions dévastées. Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – La rubrique “Ephéméride” du Collectif VAN a été lancée le 6 décembre 2010. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie) Article original

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie) Article original

Photo: 10 000 déportés Juifs du ghetto de Varsovie par jour
Le Ghetto devient un enfer … La peur se lit sur tous les visages

Ça s’est passé un 22 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

22 juillet 1209 — Le pape Innocent III appelle à une croisade contre la ville de Béziers, dont le maire est favorable aux juifs et aux hérétiques albigeois. Durant le massacre qui accompagne la prise de la ville, tous les habitants, catholiques ou cathares (car les croisés ne font pas la différence) ainsi que 200 juifs, sont exterminés.
Israelvivra.com Article original

22 juillet 1298 — Les deux familles juives vivant à Sindelfingen (Allemagne) et totalisant 11 personnes sont anéanties par le chevalier Rindfleisch et ses fanatiques lors de la vague de persécutions qui porte son nom.
Israelvivra.com

22 juillet 1306 — Le roi Philippe le Bel décrète l’expulsion de tous les juifs de France, à l’exception de ceux qui accepteraient le baptême. Comme les juifs ne peuvent emporter qu’une quantité minime de nourriture et d’objets de valeur, beaucoup meurent sur les routes. D’autres sont tués par des paysans qui les soupçonnent de transporter de l’or et des bijoux.
Israelvivra.com

22 juillet 1648 — 10 000 juifs habitant Polonnoye (Ukraine) ou réfugiés des environs, qui s’étaient abrités dans le château fort, sont égorgés par les cosaques de Bogdan Chmielnicki. Plusieurs centaines d’entre eux sont forcés d’accepter le baptême. Parmi les victimes se trouve le célèbre kabbaliste Samson Ostropole.
Israelvivra.com

22 juillet 1909 — Empire ottoman/Alep : mort de Fernand ROQUE-FERRIER (20 février 1859 – 22 Juillet 1909) consul de France à Alep depuis le 15 octobre 1906. Il faut souligner le rôle majeur joué par le consul qui souleva ciel et terre pour organiser des secours et sauver des populations menacées. Comme le major anglais Doughty-Wylie pour Adana, F. Roqueferrier fut pour cette région un véritable sauveur. C’est lui qui, la nouvelle du siège de Kessab connue, parvint à mobiliser des troupes, tout en organisant l’intervention de navires français dans la baie de Bazit. © Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Les massacres de Cilicie d’avril 1909 Article original

22 juillet 1914 — Empire ottoman : lorsque la menace d’une guerre européenne se précise, c’est le ministre de la Guerre ottoman, Enver Pacha, qui prend l’initiative d’ouvrir des négociations avec l’Allemagne, dès le 22 juillet. Alors que l’ambassadeur allemand à Constantinople, Wangenheim, n’était d’abord guère enthousiasmé par cette initiative tant l’armée ottomane semblait faible, dès l’envoi de l’ultimatum autrichien à la Serbie l’empereur Guillaume II estime que l’Allemagne a intérêt à prendre cette alliance en considération. La guerre est déclarée le 1er août et, le 2 août, le grand vizir, Saïd Halim, et Wangenheim signent un accord par lequel l’Allemagne garantit jusqu’au 31 décembre 1918 sa protection sur les territoires ottomans menacés par la Russie. © Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Planification du génocide Article original

22 juillet 1915 — Empire ottoman : ….on a récemment donné l’ordre d’exiler toute la population arménienne à Ourfa, partiellement aussi à Mossoul, ou, d’après d’autres rapports, en Mésopotamie. On a maintes fois donné l’ordre de ne pas porter atteinte aux biens et à la vie des Arméniens. On a effectivement, à plusieurs reprises, exécuté des Kurdes qui avaient violé cet ordre. Dans la mesure du possible, on prend soin du bon déroulement des immenses transferts de populations et de leur approvisionnement en cours de route. Mais dans les conditions actuelles, on ne peut souvent rien faire. L’attitude du gouvernement paraît généralement correcte….© Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND Article original

22 juillet 1915 — Empire ottoman/Van : le pasteur d’Ourmiah, Pfander, un germano-américain, écrit en date du 22 juillet 1915 :« A peine les Russes étaient-ils partis, que les Mahométans se mirent à voler et à piller. Fenêtres, portes, escaliers, boiseries, tout fut enlevé. Plusieurs Syriens (Assyriens) avaient laissé là leur mobilier et leurs provisions d’hiver et s’étaient enfuis. Tout tomba entre les mains de l’ennemi. La fuite était le parti le meilleur, car ceux qui restèrent eurent un triste sort. 15.000 Syriens (Assyriens) trouvèrent un refuge entre les murs de la Mission où les missionnaires leur fournirent le pain : un lavache (pain azyme très mince) par personne tous les jours. Des maladies se manifestèrent; la mortalité atteignit le chiffre de 50 par jour. Dans les villages, les Kurdes tuaient presque tous ceux qu’ils pouvaient saisir. Six semaines durant, nous eûmes comme garde un soldat ottoman. Le fait que je suis né en Allemagne nous aida beaucoup, et personne ne nous a touché un cheveu.
Imprescriptible.fr : Vilayet de Van Article original.

22 juillet 1915 — Empire ottoman : pour certains documents, envoyés dans les provinces, des ordres simultanés avaient été donnés, pour qu’ils soient brûlés ou détruits. Or, un télégramme chiffré était resté par hasard dans les Archives ottomanes, datant du 22 juillet 1915, envoyé par la Direction Générale de la Police et signé par Talaat Pacha. Le télégramme explique comment traiter les convertis dans les caravanes de déportés, et ordonne ensuite au destinataire « d’informer spécialement les intéressés du contenu de ce télégramme, et ensuite de sortir le télégramme du bureau de poste et de le détruire » (Procès de la Cour Martiale, chiffré 54,100). Par Taner Akcam. Journal Radikal du 26 décembre 2004.
Imprescriptible.fr : Le nettoyage des archives ottomanes Article original

22 juillet 1915 — Empire ottoman/vilayet de Bursa : un cadre de la Sécurité générale, Mehmedce bey, accompagné de çete de l’Organisation spéciale, fait fusiller et incinérer 400 notables arméniens de Bursa, jusqu’alors internés à Orhaneli, dans les gorges de Karanlık Dere.
*** (Kévorkian, 2006 :695).
Mass Violence – par Raymond Kévorkian Article original

22 juillet 1919 — Empire ottoman : le quotidien francophone de Constantinople La Renaissance publia une traduction intégrale des articles de Hassan Amdja sous le titre Faits et documents, dans le n° 198, daté du 22 juillet 1919. Les souvenirs de Tcherkes Hassan bey sur la déportation des Arméniens : « Qu’on apprécie lequel vaut mieux, d’avouer ou de nier. Moi je me tairai, car j’ai décidé d’éditer en volume mes souvenirs. Au reste, c’est vous même qui affirmez: «Le Turc aussi bien que l’Arménien connaissent les dessous des déportations. Tcherkes Hassan bey n’a pas besoin de divaguer pour mettre à jour le droit et la vérité. Il n’a qu’à se taire, lui». Il est vrai qu’en disant: «On ne peut méconnaître la règle selon laquelle chaque nation n’a que le gouvernement qu’elle mérite», Clemenceau m’attribue également une part de responsabilité. Malgré cela, je me tais. »

© Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Autres témoignages sur les déportation et les camps de concentration de Syrie et de Mésopotamie (1915-1916) Article original

22 juillet 1919 — Un juif est tué et les biens juifs sont pillés quand le 3e régiment de Haidamak, une unité de l’Armée nationale ukrainienne, se livre à un pogrome contre les habitants juifs de Solobkovtzy (Podolie).
Israelvivra.com

22 juillet 1920 — Empire ottoman: Jemal Oguz, l’assassin du poète Daniel Varoujan et d’autres intellectuels arméniens, s’échappe de la justice avec l’aide du gouverneur militaire de Constantinople.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide — 1920

22 juillet 1938 — Mesures racistes contre les juifs : le 22 juillet: les juifs auront une carte d’identité spéciale.
20ème siècle

22 juillet 1939 — A Prague, où vivent 56 000 juifs, les Allemands ouvrent un Bureau central pour l’émigration juive dirigé par Adolf Eichmann. Selon des documents officiels, les juifs sont installés à Prague depuis 1091, et ils y ont connu tous les remous de son histoire. Des rabbins célèbres, des érudits, des écrivains, des musiciens, des philosophes y sont nés.
Israelvivra.com

22 juillet 1940 — Loi portant révision des naturalisations obtenues après le 10 août 1927. Création par Alibert, ministre de la justice, d’une commission de révision des 900 000 naturalisations prononcées depuis 1927. Retrait de la nationalité pour 15 154 personnes devenues apatrides dont 6 307 Juifs.
ajpn

22 juillet 1941 — 80 juifs sont arrêtés puis fusillés par les SS dans le cimetière juif de Dubno (Volhynie, R.S.S. d’Ukraine).
Israelvivra.com

22 juillet 1941 — Confisquation des biens juifs (JO du 26 août 1941). Le Commissariat général aux questions juives étend à tout le territoire « l’organisation économique » appliquée depuis 1940 par les Allemands en zone occupée.

Loi relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant à des Juifs. « Aryanisation » des entreprises en zone libre. Elle tend à déposséder les Juifs de tous leurs biens. La liquidation des entreprises est prévue ; son produit sera versé sur un compte, au nom du propriétaire, à la Caisse des dépôts et consignations, après un prélèvement de 10 % destiné au Fonds national de solidarité juive, géré par la Caisse des dépôts.
ajpn

22 juillet 1942 — Ouverture du camp d’extermination de Treblinka : Hillel Seidmann, dans son témoignage, nous fait ressentir le poids du rouleau compresseur contre lequel rien ne paraît possible. De fait, le président du Judenrat de Varsovie, Adam Czerniakow, fut obligé de livrer aux Nazis, le 22 juillet 1942, 6000 Juifs à déporter par jour. A défaut, ceux-ci menaçaient d’assassiner immédiatement 100 otages, dont la propre femme de Czerniakow. Ce dernier, après avoir échoué à sauver les enfants des orphelinats, choisit le suicide. Dans la note qu’il laissa à sa femme, il expliquait qu’il ne pouvait “plus supporter tout cela plus longtemps”, ajoutant que son “acte montrera à chacun que c’est la seule voie à suivre”. Ce même jour commencèrent les déportations massives des Juifs de Varsovie vers le centre de mise à mort de Treblinka. En juillet, 66 000 juifs sont déportés à Treblinka et tués par les SS.
ONU
Jewishgen.org Article original
Israelvivra.com

22 juillet 1942 — Début de la liquidation du ghetto de Kovel (province de Volhynie, R.S.S. d’Ukraine) où 8 000 juifs sont tués. Les juifs sont entassés dans la grande synagogue déjà en ruine, puis conduits hors de la ville par petits groupes pour être massacrés. Un couple parvient à fuir, mais il est assassiné par une bande ukrainienne dans la forêt voisine. Quelques juifs réussissent à atteindre le territoire soviétique, où ils se joignent à des groupes de partisans pour lutter en commun contre les nazis et leurs collaborateurs.

40 juifs de Kovel survivront à la guerre. En 1959, les autorités soviétiques édifient une zone industrielle sur l’emplacement du cimetière juif.
1 200 juifs de Baranów (Pologne) sont déportés par les SS au ghetto de Debica.
260 juifs sont déportés à Düsseldorf (Allemagne) au camp de concentration de Theresienstadt.
Un transport quitte Vienne (Autriche) avec 1 005 juifs à destination du camp de concentration de Theresienstadt.

996 hommes et femmes sont déportés du camp de regroupement de Drancy au camp d’extermination d’Auschwitz. Seulement 5 juifs de ce convoi survivront.

6 000 juifs sont assassinés par les SS à Kleck (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie).
Israelvivra.com

21 au 22 juillet 1942 — Dans la nuit du 21 au 22 juillet 1942, des éléments SS ukrainiens cernent les murs du ghetto et forcent les occupants à sortir de chez eux en tirant dans les fenêtres. Ensuite, ils leur donnent la chasse et les abattent comme des chiens. Des avis affichés à l’intérieur du ghetto annoncent que par décision des autorités allemandes, tous les Juifs habitant Varsovie, hommes, femmes et enfants, à l’exception de ceux qui travaillent dans des ateliers allemands ou pour le Judenrat, seront transférés à l’Est pour y être employés à la reconstruction de régions dévastées.

Chaque personne déportée aura le droit d’emporter avec elle tous les objets précieux qu’elle possède, argent, bijoux, etc. Cette clause paraît suspecte aux yeux des Juifs puisque des ordonnances antérieures leur interdisaient la possession de biens de ce genre. Ils devinent donc sans peine qu’il s’agit là d’une ruse des Allemands pour les dépouiller de tous leurs biens.

Le Judenrat est désigné comme responsable de la bonne marche des opérations de déportation. Il doit fournir chaque jour dix mille déportés à l’état-major SS d’émigration qui s’est installé à l’intérieur du ghetto, au 103 Eisengrubenstrasse, sous le commandement du sous-lieutenant SS Brand. Symboliquement, la première victime de ce décret de déportation se trouve être l’ingénieur Adam .Czerniakow, précisément président du Judenrat, et qui s’empoisonne au cyanure avec sa femme pour ne pas avoir à remplir la tâche qui lui est imposée. Un Juif converti, Jakob Sczerinski, ancien directeur de la police criminelle polonaise, est nommé directeur du Judenrat à sa place ainsi que chef du corps de police juive du ghetto.

Désormais, le ghetto est un enfer. Traqués comme des bêtes, hommes, femmes et enfants tentent par tous les moyens d’échapper à la déportation. La peur se lit sur tous les visages, les cris et les lamentations retentissent de tous côtés. Tout commerce a cessé ainsi que toute contrebande. Du coup, les prix montent et le prix du pain atteint 60 zlotys le morceau, contre 2 ou 3 zlotys, quelques jours auparavant.

Chaque jour, les policiers juifs cernent un pâté d’immeubles. Dans chaque maison marquée pour la destruction, ils commencent par faire le tour des appartements et exigent qu’on leur présente les papiers. Quiconque ne possède pas les attestations de travail qui lui permettent d’échapper à la déportation, ou qui ne peut payer le prix de la rançon qu’ils exigent, est impitoyablement conduit à Umschlag Platz, lieu de rassemblement des déportés, près de la rue Stawki.
Deuxieme guerre mondiale

22 juillet 1943 — La Suisse interdit les partis d’inspiration nazie.
La Citoyenneté Article original

22 juillet 1944 — Les troupes soviétiques libèrent le camp de concentration et d’extermination de Maïdanek (Pologne), où seul un petit nombre de juifs survit.
Avant l’arrivée de l’armée soviétique, les nazis évacuent Lwow (Lvov, province de Galicie, R.S.S. d’Ukraine). Quelques juifs qui tentent de fuir sont fusillés. Les autres internés sont évacués à pied et certains tués sur les routes. 33 survivants sont transférés au camp de Placzow.
Les Russes approchant de Lublin, les SS évacuent 1 200 juifs du camp de travail en les conduisant à pied jusqu’à Kielce, où 180 d’entre eux sont tués. Les autres sont envoyés au camp d’extermination d’Auschwitz.
Israelvivra.com

22 juillet 2005 — Suisse: sur le plan pénal, un politicien turc a été condamné par le tribunal de police de Lausanne pour discrimination raciale à cause des propos négationnistes qu’il a tenus sur le territoire suisse les 7 mai, 22 juillet et 18 septembre 2005, respectivement à Lausanne, Opfikon (ZH) et Köniz (BE). En effet, lors de sa venue en Suisse en 2005, le président du Parti des travailleurs turcs, Doğu Perinçek, était au courant de la loi antiraciste qui réprime les propos négationnistes, et en particulier l’article 261bis du code pénal suisse; le juge a donc estimé que le fait de déclarer à plusieurs reprises que le génocide arménien était « un mensonge international » était « un acte intentionnel ». Le juge a qualifié M. Perinçek de raciste et ne lui a trouvé aucune circonstance atténuante. Il a ajouté que le fait que le génocide arménien ne soit pas reconnu comme tel par un tribunal international n’empêche pas d’affirmer que c’est une réalité indubitable. Le procès de M. Perinçek, dans lequel l’association Suisse-Arménie s’était portée partie civile, était la première fois où l’article 261bis était utilisé pour un autre génocide que la Shoah. Le jugement de Lausanne confirme donc l’analyse présentée au parlement deux ans auparavant, selon laquelle l’article 261bis pouvait sanctionner le négationnisme de plusieurs génocides.
Wikipedia

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org Article original

Collectif VAN : l’éphéméride du 22 juillet 2013
Publié le : 22-07-2013

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here