Une ex-terroriste palestinienne témoigne

1
10

Prête à activer sa bombe, elle renonce à l’attentat grâce « au sourire d’un bébé israélien »

Arin Ahmed se livre, sans tabou et en exclusivité, aux caméras d’i24news dans l’émission « Reportage » à 21h40.

En mai 2002, la Palestinienne Arin Ahmed, renonce in extremis à activer sa bombe dans un lieu public israélien après avoir croisé le regard d’un enfant. Condamnée à six ans de prison pour « complicité avec des terroristes », la jeune femme aujourd’hui libre affirme préférer « les mots à la haine aveugle » et vouloir militer pacifiquement.

C’est pendant la seconde intifada que des femmes terroristes font leur apparition côté palestinien. Le 27 janvier 2002, Waffa Idris, une infirmière des Territoires se rend à Jérusalem à bord de son ambulance et se fait exploser au milieu de la foule. Un vieillard meurt sur le coup et des dizaines de civils sont blessés. C’est la première fois qu’une femme est utilisée comme kamikaze par les brigades al-Aqsa. Le choc chez une partie des femmes palestiniennes laisse rapidement place à l’admiration. Entre 2001 et 2003, Waffa Idris ouvre la voie à d’autres femmes-bombes : elles seront six à perpétrer des attentats-suicides en Israël au cours de cette période.

Au fil du temps, des femmes palestiniennes sont également intégrées au processus d’élaboration et de planification des attaques. En 2001 par exemple, la Palestinienne Ahlam Tamimi est chargée d’escorter le kamikaze responsable de l’attentat de la pizzeria Sbarro dans le centre de Jérusalem. L’attaque fait 15 morts dont huit enfants.

Parmi ces femmes qui ont choisi le terrorisme se trouvait Arin Ahmed. En 2002, quatre mois après Waffa Idris, cette étudiante palestinienne de 20 ans est enrôlée pour commettre un attentat-suicide à Rishon Le-Zion, au sud de Tel Aviv.

Le 22 mai 2002, Arin Ahmed est conduite vers cette banlieue proche de Tel Aviv, munie de 30 kilos d’explosifs. Les Brigades d’al-Aqsa, groupe terroriste implanté dans les Territoires, ont commandité l’attentat qu’elle s’apprête à commettre et l’ont chargée de tuer un maximum de civils israéliens. Interviewée par les équipes d’i24news, elle confie : « Je leur ai dit que je voulais changer… que je voulais faire quelque chose pour changer la situation. Et ils m ont dit ok… qu’ils allaient m’aider d’une façon ou d’une autre ».

Mais Arin Ahmed renonce à la dernière minute à activer sa bombe « après avoir croisé le regard d’un bébé israélien », raconte-t-elle. « Je suis arrivée la bàs… J’ai regardé les gens… J’ai vu une femme et son bébé. Le bébé m’a fixé… et m’a souri…. », a-t-elle confié aux équipes d’i24news.

Son témoignage a fait l’objet d’un reportage filmé sur plusieurs années, qui raconte son parcours et le poids de ses décisions.
Diffusion lundi à 21h40 dans l’émission « Reportage » présentée par Stephane Calvo sur i24news.

12-08-2013/ i24news Article original

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here