Un chef local du Hezbollah liquidé en plein Tripoli (Liban)

0
9

Un partisan du Hezbollah tué par des hommes armés au Liban (securité)

Des assaillants masqués et armés ont tué un partisan du Hezbollah et deux autres hommes, dont un membre des forces de sécurité, tôt jeudi dans la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, a indiqué un responsable des services de sécurité.
« Des hommes masqués à moto ont tué par balle Hassan al-Mouri, ainsi qu’un responsable des forces de sécurité et un troisième homme qui se trouvait là par hasard », a indiqué cette source.

M. Mouri, une figure locale dirigeant un groupe armé à Tripoli, soutenait le Hezbollah, le puissant mouvement chiite libanais qui combat aux côtés des forces du président syrien Bachar al-Assad.

Il avait déjà été la cible de tentatives d’assassinats auparavant.

Son groupe armé avait affronté l’an dernier d’autres miliciens opposés au Hezbollah libanais et au régime syrien.

La majorité des habitants de la ville portuaire soutient la rébellion qui cherche à renverser M. Assad depuis plus de deux ans en Syrie voisine, et déplore la décision du Hezbollah d’envoyer des combattants afin de soutenir l’armée syrienne.

M. Mouri, la quarantaine, et les deux autres hommes se trouvaient devant l’entrée de son domicile lorsquer les assaillants sont arrivés et ont ouverts le feu », a ajouté le responsable des services de sécurité.

« L’armée s’est déployée dans le quartier de Zahraniyeh », dans le centre de Tripoli, près du domicile de M. Mouri, a-t-il ajouté.

La ville a été le théâtre de heurts fréquents liés au conflit en Syrie ces deux dernières années, y compris plusieurs séries de heurts meurtriers.

Le Liban s’évertue à conserver une position de neutralité face au conflit en Syrie, mais le pays est très profondément divisé, entre le Hezbollah et ses alliés qui soutiennent le président Assad et l’opposition qui soutient les rebelles syriens.

Le déploiement de combattants du Hezbollah en Syrie a encore accentué les tensions au Liban, notamment après la reconquête en juin du bastion rebelle de Qousseir, grâce à l’aide du mouvement chiite.

AFP Article original | 22/08/2013 | 13h08

1 COMMENT

  1. Bon, il n’y a pas que de mauvaises nouvelles! Pourvu que cela continue, pendant ce temps ils nous foutent la paix, que ce soit en Egypte ou ailleurs.

    Par contre, ce qui m’inquiète, c’est si Assad se sent menacé par l’Occident comme ce qui est arrivé à Kadhafi, dans un tel cas de figure, il serait pris, comme Hitler, de démence, et pourrait attaquer Israël bien que n’ayant aucune chance de gagner et perdant du coup le soutien et l’aide de la Russie. Il pourrait le faire dans l’espoir de se rallier ses « frères musulmans » – un bouc émissaire c’est si pratique – c’est pour ces raisons, que je préfère qu’Assad reste en place, autrement c’est toute cette région qui risque de s’embraser pour plusieurs siècles, car avec des gens dont le QI est proche de celui du chameau et la mentalité moyenâgeuse, leur guerre de cent ans durera plusieurs centaines d’années.!! Que deviendra Israël dans cette nouvelle apocalypse?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here