Un cadre du Hamas tué par l’armée israélienne « après six ans de traque »

    0
    11

    Dans un communiqué, les forces de sécurité israéliennes affirment avoir « éliminé Ali Souweiti, haut responsable terroriste, après six ans de traque ». Ce responsable du Hamas a été tué près de son domicile, à l’est d’Hébron.

    AFP – Un responsable militaire du mouvement islamiste palestinien Hamas, recherché depuis plusieurs années par Israël, a été tué lundi par des soldats près de Hébron en Cisjordanie occupée, selon des sources concordantes.

    Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a accusé le Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, de « collaboration avec l’ennemi sioniste dans ce crime », dans un communiqué confirmant la mort de Ali Souweiti, un chef de la branche militaire du mouvement islamiste, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

    Ali Souweiti s’était retranché dans une maison du village de Beit Awa à l’ouest de Hébron, qui avait été encerclée tôt le matin par des troupes israéliennes. Des échanges de tirs avaient ensuite eu lieu autour de la maison, selon des témoins palestiniens.

    Selon un communiqué de la police israélienne, une force de garde-frontières appuyée par des soldats et des agents du Shin Beth, le service de sécurité intérieure, a « éliminé Ali Souweiti, un haut responsable terroriste, après six ans de traque ». Les garde-frontières dépendent de la police.

    Un porte-parole de l’armée israélienne a ensuite précisé que des soldats avaient appelé Souweiti à se rendre mais qu’il avait refusé et ouvert le feu vers les militaires qui ont riposté.

    Selon l’armée, Souweiti était impliqué dans six attaques anti-israéliennes menées entre 1999 et 2004. Le 25 avril 2004, il avait tué un garde-frontières et en avait blessé deux près de Hébron. Il avait réussi à échapper à une arrestation en février 2007.

    Dans un communiqué à Gaza, le Hamas a dénoncé « l’assassinat du martyr Souweiti exécuté par l’ennemi sioniste, qui constitue une escalade contre la résistance palestinienne ».

    « Ce genre de crime ne peut que refléter le degré de coopération sécuritaire entre le Fatah en Cisjordanie et l’ennemi sioniste, car sans une telle coopération, l’ennemi n’aurait pu parvenir facilement à ces hommes (…) », a ajouté le mouvement.

    Le Hamas a réaffirmé que « seule la résistance est susceptible de repousser l’ennemi et de l’éradiquer de la terre de Palestine ».

    Le porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, a aussi accusé l’Autorité palestinienne de M. Abbas. « Ce martyr était visé par les forces d’Abbas tout comme il l’était par l’occupant sioniste, cet assassinat est le fruit de cette coopération dégoûtante ».

    Le Hamas est opposé à toute négociation avec Israël et préconise la lutte armée contre cet Etat.

    Le Fatah et le Hamas sont à couteaux tirés depuis le violent coup de force du mouvement islamiste qui a chassé son rival de la bande de Gaza en juin 2007 après dix-huit mois de coexistence houleuse au pouvoir.

    Hébron, l’une des grandes villes palestiniennes de Cisjordanie dont l’armée israélienne s’est en partie retirée en 1998, connaît des tensions permanentes entre Palestiniens et Israéliens.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here