Trois blessés par balles à Marseille(Vidéos)

0
10

Trois hommes âgés de 21, 24 et 29 ans ont été blessés par balles ce dimanche matin dans le centre-ville de Marseille lors d’une fusillade à la kalachnikov et au pistolet 9 mm.Le plus jeune, touché aux bras et à la cuisse, “a perdu beaucoup de sang” et se trouvait en soins intensifs. Un second blessé, atteint au mollet, devait se faire opérer, et le troisième, dont une balle a éraflé la tête, sortira vraisemblablement de l’hôpital dans la journée.

Les marins-pompiers ont été alertés aux environs de 7 heures pour cette fusillade survenue dans le quartier de l’Opéra. Selon les premiers éléments connus, à la suite d’une altercation entre deux bandes dans une boîte de nuit, des jeunes sont allés chercher des armes et sont revenus deux heures plus tard, arrosant les lieux de tirs de kalachnikov et de 9 mm. Au total, 34 douilles, dont 22 de kalachnikov, ont été relevées sur les lieux. Deux des blessés se sont réfugiés à l’hôtel de police du centre-ville, sur la Canebière.

Sur les images des caméras de vidéosurveillance, des jeunes apparaissent masqués quand ils reviennent pour en découdre. La piste d’un “règlement de comptes du grand banditisme ou de ‘cités'” est pour l’heure exclue, a indiqué le procureur qui a fait état d’un “conflit a priori purement privé”. “Ce n’est pas d’aujourd’hui que Marseille subit des tirs de kalachnikov mais il est clair que si, pour une raison aussi banale, on fait usage d’une kalachnikov, on peut dire que c’est inquiétant”, a jugé le magistrat, y voyant la “conjonction” d'”un accès trop facile à des armes de guerre” et d'”un passage à la violence gravissime qui se fait de façon beaucoup trop aisée”.

«Marseille n’a pas besoin de défilés de ministres»

Pour le délégué zonal adjoint du syndicat Alliance, David-Olivier Reverdy, “c’est un véritable miracle que le bilan n’ait pas été extrêmement grave vu les calibres utilisés. Une fois de plus, il est démontré que ce ne sont pas seulement les quartiers Nord qui sont exposés à la circulation des armes de guerre”, déplore-t-il.

Dans le même quartier, un garçon de 18 ans, connu des services de police pour plusieurs délits et vols, avait été mortellement poignardé le 18 août cours Jean-Ballard, près du Vieux-Port.

“Les événements de cette nuit (…) montrent bien que Marseille n’a pas besoin de défilés de ministres, mais de forces de police nationale supplémentaires. Le ministre de l’Intérieur doit maintenant le comprendre”, a réagi le sénateur-maire UMP Jean-Claude Gaudin, qui n’a de cesse de dénoncer la faiblesse de ces effectifs (environ 3500 hommes pour 850.000 habitants).

Manuel Valls, invité au Grand rendez-vous Europe 1/iTélé/Le Monde, a reconnu que la violence était “maximum à Marseille”, avant d’ajouter: “en même temps il y a des résultats, il n’y a pas de zone de non-droit dans ce pays”.


01-09-2013/Le Figaro.fr avec AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here