Toulouse : que dire aux enfants ?

0
16

Une minute de silence sera observée mardi dans les écoles. Le psychiatre Stéphane Clerget conseille les parents.

Mardi matin, dans toutes les écoles de France, une minute de silence sera observée à la mémoire des victimes tuées lundi à Toulouse.

Comment aborder ces événements avec ses enfants ?

Le psychiatre Stéphane Clerget, auteur de “Réussir à l’école : une question d’amour ? “(éd. Larousse), livre ses conseils à Europe1.fr.Comment évoquer avec ses enfants la minute de silence qu’ils vont devoir observer mardi matin ?

Tout dépend de l’âge des enfants.

Pour ceux qui ont moins de huit ans, cette minute de silence n’a aucun intérêt pédagogique.

Elle ne sera qu’une source de stress.

Ils ne sont pas en mesure d’accueillir des informations telles que le drame de Toulouse et donc la raison de cette minute de silence.

Mais comme ils vont être tout de même y être confrontés, mieux vaut que les explications passent par des adultes compétents.

Si la famille ne s’en sent pas capable, il est préférable de laisser les enseignants s’en charger demain.

Quels mots les parents doivent-ils employer s’ils évoquent le sujet avec leurs enfants ?

Avec les adolescents, à partir de 12-13 ans, ce qu’il s’est passé à Toulouse peut être l’occasion d’une pédagogie sur les effets du racisme, de l’antisémitisme.

Pour les plus jeunes, il est très difficile de les informer sur le comportement de l’assassin tout en les rassurant.

Toutefois, s’ils sont déjà au courant de cette affaire, il faut absolument les éclairer et leur expliquer qu’ils ne risquent rien.

Il faut dire que celui qui a tué ces enfants est un individu qui s’est laissé emporter par sa haine, qui a perdu son humanité et qui a oublié qu’il est interdit de tuer.

Le cheminement peut sembler alambiqué mais il permet une mise à distance et surtout de rappeler que cet acte est prohibé et inhumain.

Ensuite, il faut expliquer que la minute de silence permet de penser aux victimes, de présenter ses condoléances aux familles et de montrer qu’on est tous ensemble contre le crime.

Paradoxalement, leur parler du crime est angoissant mais expliquer ensuite la minute de silence permet de rassurer.

A l’inverse, faut-il éviter de dire certaines choses ?

Si l’enfant ne réagit pas spécialement, mieux vaut ne pas trop en dire, éviter d’insister.

L’erreur, qui va très probablement être commise, consiste à dire que c’est l’acte d’un fou.

D’abord parce qu’on ne le sait pas, et que tous les criminels ne sont pas des fous.

Et aussi parce que ce serait une façon de dire qu’on n’y peut rien.

Enfin, cela risque de leur faire peur dès qu’ils croisent quelqu’un d’un peu bizarre.

Il faut prendre garde à ne pas ostraciser les fous dans de telles circonstances.

Solène Cordier

lundi 19 mars 2012

http://www.europe1.fr/France/Toulouse-que-dire-aux-enfants-997035/?google_editors_picks=true

Mots Clés : racisme antisémitisme crime pychiatrie Stéphane Clerget Pédagogie

1 COMMENT

  1. Ce n’est pas très façile de savoir ce qu’il faudra dire aux enfants, une chose est sûre: c’est qu’il ne faut pas qu’ils gardent cette image dans la tête; mais je pense quand même que si un psy au tribunal se mêle de cette affaire, quand les assassins ces monstres seront arrêté, ces monstres feront peut-être deux jours de prison avec sursis, peut-être un et même là, c’est pas sûr. Je pense que les Juifs de France n’ont pas à vivre cachés comme des rats sous le seul pretexte qu’ils seraient Juifs, CAR ON EST ICI EN FRANCE, et la France est, et doit resté une terre de liberté ouverte a tous et ça quelques soient sa façon de penser ou de sa religion c’est pourquoi il faut que celui ou ceux qui ont commis cette horreur soit punis, car il ne faut pas qu’il s’en sortent avec un avertissement et une petite tape sur les doigts ce serait trop façile, mineur ou pas ce sont des criminels, des assassins, ils ne faut pas qu’ils s’en sortent sans qu’il y est des années de prisons au bout ( {{et je ne parle pas de six mois avec sursis}} ) Ce serait trop façile et cela voudrait dire que le gouvernement et l’Etat laisse faire et laisse les meurtres les plus horribles impunis; et ça se serait ouvrir une porte pour beaucoup d’assassins; mais maintenant : il ne faut pas non plus que les grandes bouches disent que sarko est responsansable de l’antisémitisme en France. Il faut que le ou les meurtriers paie pour leurs actes actes qui sont scandaleux, prendre un enfant lui toucher la tempe avec un révolver ou une carabine et tiré celà même juste en pensent à l’acte je trouve ça abominable. IL NE FAUT PAS QUE CES ASSASSINS S’EN SORTENT.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here