Torture dans les prisons de l’AP

    0
    25

    source JERUSALEM POSTContrairement à ce que prétend l’Autorité palestinienne (AP), la torture resterait une pratique courante dans les prisons palestiniennes de Judée-Samarie. Condition que condamne vivement le Hamas. “La torture existe toujours dans les prisons de Cisjordanie”, affirment plusieurs responsables du groupe islamiste. Une situation que les forces de sécurité de l’AP continuent de dissimuler, par ailleurs, aux organisations de défense des droits de l’Homme et aux médias, selon eux.

    Les prisonniers palestiniens, amenés en bus à Beitunya.
    Photo: AP , JPost
    Pire encore : de nouvelles méthodes de torture auraient été introduites par les forces de sécurité palestiniennes. Par exemple, les prisonniers seraient obligés de se tenir nus, pendant plusieurs heures. Ils sont généralement soumis à des températures frigorifiques, en plus d’être l’objet d’agressions verbales et de menaces. Plusieurs détenus libérés témoignent : contraints de dormir sur le sol pendant plusieurs jours, sans matelas ni couvertures, beaucoup se plaignent de privations de sommeils intenses.

    Pourtant, plus tôt cette semaine, l’Autorité palestinienne a organisé une visite pour les journalistes dans une prison de Naplouse. Les détenus ont alors affirmé que la torture n’est désormais plus pratiquée. Le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, précise par ailleurs que 43 policiers auraient été incarcérés, licenciés ou rétrogradés pour avoir maltraité des prisonniers. Une volonté, explique-t-il, de mettre fin aux abus, de façon indépendante, et non sous la pression des organismes humanitaires.

    Muhammed Abu Mutlak Juhaisheh n’est pas convaincu, il accuse le gouvernement de l’Autorité palestinienne de mentir. Un détenu, Shaher Yehya, torturé en prison, aurait récemment été hospitalisé à Hébron

    http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1262339411321&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here