Téhéran expulse l’ambassadeur de Grande-Bretagne

1
14

Un projet de loi entériné lundi abaisse le niveau des relations diplomatiques entre l’Iran et la Grande-Bretagne après les sanctions prises par Londres.
Un projet de loi iranien abaissant le niveau des relations diplomatiques et économiques entre l’Iran et la Grande-Bretagne a été entériné lundi, a rapporté la chaîne de télévision d’État Irib. Cette décision, prise au lendemain d’un vote au Parlement, entraîne le départ d’ici deux semaines de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Téhéran et son remplacement par un chargé d’affaires. “Les membres du Conseil des Gardiens de la révolution, après étude du projet, l’ont approuvé à l’unanimité”, a déclaré Abbasali Kadkhodai, porte-parole du Conseil, cité sur le site internet de l’Irib. L’approbation exceptionnellement rapide par le Conseil des Gardiens de la révolution, organisme composé de douze religieux et juristes qui vérifie la conformité des lois aux préceptes de l’islam, témoigne d’une réactivité particulière de Téhéran après l’adoption de sanctions par Londres la semaine dernière.

Le secrétaire au Foreign Office britannique, William Hague, a lui-même promptement déclaré lundi que son pays répliquerait “avec vigueur” à une réduction des relations diplomatiques de Téhéran avec Londres. L’initiative du parlement iranien, a-t-il dit à la Chambre des communes, est regrettable, injustifiée et contre-productive. Il a parlé d’un “nouveau signe de refus du dialogue” de la part de l’Iran. “Si le gouvernement iranien confirme son intention (…), nous réagirons avec vigueur en consultation avec nos partenaires internationaux”, a-t-il ajouté.

Réunion européenne

La Grande-Bretagne a pris des sanctions contre la République islamique après la publication le 8 novembre d’un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) selon lequel l’Iran travaille à la conception d’une bombe nucléaire. Téhéran a rejeté les conclusions de l’AIEA, jugeant son rapport inspiré par des considérations politiques. Le vote du Parlement iranien intervient une semaine après la décision de Londres de rompre tous les liens entre son secteur financier et les banques iraniennes, y compris la banque centrale de l’Iran. Des membres du Parlement iranien ont prévenu que Téhéran prendrait des actions similaires contre tout pays suivant l’exemple de Londres.

Les ministres européens des Affaires étrangères ont prévu de se réunir jeudi pour examiner le dossier iranien. Selon la presse iranienne, le chef de la diplomatie, Ali Akbar Salehi, s’est vu refuser l’entrée dans l’espace aérien européen lundi alors qu’il se rendait aux Pays-Bas pour une réunion de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques.

Le Point.fr

1 COMMENT

  1. oui mais cette fois les europeens vont baisser le pantalon,un continent de lavettes soumises à la dictate arabe et en plus ils sont joyeux!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here