TOUTES LES VIDEOS sur l’assaut contre M. Merah – Dernières INFOS

0
7

Alors que le frère du tueur au scooter est en isolement depuis dimanche soir à la prison de Fresnes, les enquêteurs recherchent son degré d’implication dans les tueries de Toulouse et Montauban. Autre sujet du jour : la question de l’enterrement de Merah. SIEGE DE MOHAMED MERAH

L’ASSAUT DU RAID


Où Mohamed Merah sera-t-il inhumé ?

Mohamed Merah a séjourné en Israël et dans les Territoires palestiniens. Les sources de sécurité israéliennes ont indiqué que Mohamed Merah était arrivé en septembre 2010 par le pont Allenby, qui relie la Jordanie à la Cisjordanie, occupée par Israël. Il a pu venir en compagnie d’autres ressortissants français, ont-elles précisé. Entré avec un visa de tourisme israélien, le jeune homme est reparti trois jours plus tard par le même pont Allenby, selon les mêmes sources.

La famille de Mohamed Merah partagée sur l’inhumation. La famille en France du tueur de Toulouse et Montauban est partagée sur le lieu de son inhumation, a déclaré lundi un responsable régional du Conseil français du culte musulman. Le tueur lui-même avait souhaité être enterré en France, le pays « où il est né », a indiqué Abdallah Zekri en se référant à des propos d’Abdelghani Merah, un des frères de Mohamed, qui lui a demandé de participer à une éventuelle cérémonie. Mais certains membres de sa famille, comme sa mère, veulent qu’il soit inhumé en Algérie « pour éviter que sa tombe soit saccagée ». « Il y a des démarches en cours actuellement pour amener sa dépouille en Algérie et organiser ses obsèques » dans la région de Médéa, a précisé son oncle maternel Djamel Aziri. « Son père et sa mère sont d’accord pour enterrer Mohamed en Algérie » a-t-il précisé.

Questions autour du rôle du frère de Mohamed Merah. Abdelkader Merah, mis en examen et écroué dimanche soir à la prison de Fresnes, où il est maintenu à l’isolement selon un syndicat, est-il un personnage clef de l’enquête sur les meurtres commis par son frère ? C’est ce à quoi vont tenter de répondre quatre juges d’instruction. Abdelkader Merah est soupçonné de complicité d’assassinats sur les trois tueries et d’association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme. Il a été mis aussi en examen pour vol en réunion pour avoir pris part avec son frère au vol le 6 mars à Toulouse du scooter que Mohamed Merah a utilisé lors des tueries. Selon les sources policières, Abdelkader Merah aurait fait, pour le compte de son frère, des achats de nature encore indéterminée. Enfin, il aurait dîné avec son cadet le 18 mars, la veille de l’attaque de l’école juive, selon une source proche de l’enquête. L’examen du contenu des ordinateurs d’Abdelkader n’a rien révélé de probant et la perquisition de son domicile n’a mis au jour ni arme, ni explosif, selon une source policière.

Abdelkader Merah nie toute implication. Dimanche soir, son avocate Me Anne-Sophie Laguens a précisé que son client réfutait tous les chefs d’accusation portés contre lui et qu’il refusait de devenir « le bouc émissaire des actes de son frère », des crimes qu’il a, selon elle, « fermement » condamné. « Il ne faudrait pas déplacer le procès qu’on aurait aimé faire à Mohamed Merah sur lui parce que c’est le seul qu’on ait en ce moment ». « Il n’est pas du tout fier des actes de son frère comme ça a été dit un peu partout dans la presse » a dit l’avocate de Abdelkader Merah . « C’est des fuites qu’il y a eu au niveau de la police mais qui n’étaient pas vraies et qui ont été déformées. »
> Voir la déclaration de vidéo de l’avocate : Abdelkader Merah nie « avoir dit être fier des actes de son frère ».

Divorcé la veille de l’assaut. Mohamed Merah s’était marié religieusement le 15 décembre avec une jeune femme de l’agglomération toulousaine avant d’engager une procédure de divorce entérinée la veille de l’assaut lancé par le Raid, ont fait savoir l’intéressée et un imam.

La fermeté de Sarkozy. Autre sujet du jour, Nicolas Sarkozy a voulu afficher sa fermeté lundi après l’affaire Mohamed Merah en annonçant que Youssef Al-Qaradaoui, célèbre prédicateur qatari qui devait participer à une réunion en France, n’était « pas le bienvenu sur le territoire de la République ».

LCI-JForum

=================

Vidéos des tueries de Mohamed Merah: le siège français d’Al-Jazeera les auraient reçu par lettre dans une carte mémoire

Les mystérieuses vidéos tournées par Mohamed Merah au cours de ses tueries auraient été fournies à la chaîne Al-Jazeera. Le Parisien indique qu’elles auraient été envoyées au siège français du média qatari, au moyen d’une carte mémoire fournie avec une lettre.

Le courrier aurait été transmis à la police judiciaire lundi 26 mars et cette dernière aurait identifié la vidéo. Toujours selon le quotidien, le colis porterait un cachet postal remontant au mercredi 21 mars, à un moment où le siège de l’appartement de Mohamed Merah avait déjà commencé.

Qui aurait pu envoyer le colis ?

Les enquêteurs seraient en train de mener une investigation visant à savoir si la lettre a été déposée le mardi soir par Merah lui-même, ou par un complice le mercredi matin.

Mohamed Merah, 23 ans, est l’auteur des sept assassinats de Toulouse et Montauban, dont trois enfants juifs. Il a été tué jeudi 22 mars lors de l’assaut du Raid dans son appartement de Toulouse, dont il tentait de s’échapper en tirant sur les policiers.

AFP

=================

Enquête sur l’arsenal hétéroclite de Merah

INFOGRAPHIE – Les sept armes retrouvées dans l’appartement et les véhicules du tueur au scooter confortent son profil de «djihadiste» atypique.

Mohamed Merah, tueur au scooter qui a ensanglanté Toulouse et Montauban faisant sept victimes, dont trois enfants, s’est distingué par une extrême détermination et un sang-froid qui laissent pantois les enquêteurs. En revanche, le «djihadiste» autoproclamé en a dérouté plus d’un lorsque son artillerie a été découverte tour à tour dans une Renault Mégane de location et sa petite Clio sombre, ainsi que dans son appartement de Toulouse après l’assaut du Raid, dans la matinée de jeudi dernier. «À la différence d’individus gravitant dans la mouvance islamiste, qui sont a priori en capacité de se fournir en fusils d’assaut et en explosifs, Merah disposait d’un arsenal plutôt hétéroclite, constate un expert. Son attirail ne colle pas avec ce que pourrait proposer un réseau de soutien logistique classique…»

À croire que ce salafiste «atypique» s’est équipé de la même manière qu’il s’est rendu à deux reprises en zone pakistano-afghane, fin 2010 puis d’août à octobre 2011: c’est-à-dire en solitaire, à la débrouille et en dehors de toutes les filières identifiées par les services de police. Un bref inventaire de sept armes placées sous scellés renforce l’idée d’une panoplie assez baroque et disparate. D’abord les modèles datant de la Seconde Guerre mondiale, avec les trois Colt 45, dont l’un en particulier a semé la mort du 11 au 19 mars dernier.

«Parachutée par les Américains par milliers sur la France, cette arme de poing semi-automatique a été largement diffusée et il en a traîné un certain nombre en banlieue, précise Benoît Ebel, conseiller technique au syndicat Synergie-officiers. Son gros calibre est toujours très prisé par le milieu, en particulier par les tueurs qui veulent exécuter des contrats à bout portant.» Cette arme se négocie sous le manteau de 3000 à 4500 euros pièce, soit deux à trois fois son prix de vente officiel. Les policiers ont aussi saisi à Toulouse un pistolet-mitrailleur Sten, engin anglais de collection qui se démonte en trois pièces mais complètement obsolète et qui tranche de façon singulière avec le redoutable mini-Uzi israélien crachant des projectiles 9 mm parabellum. Confisqué lui aussi dans la Mégane, ce pistolet-mitrailleur de facture bien plus récente est marchandé autour de 3000 euros notamment en raison de sa rareté. Un Colt Python, revolver six coups considéré comme «l’une des Rolls-Royce du tir sportif» ainsi qu’un vulgaire fusil à pompe complètent ce sulfureux inventaire à la Prévert. «Le tout fait songer à une auberge espagnole qui sent la poudre, décrypte un officier spécialisé. Sans présager des expertises et des vérifications en cours, on peut émettre l’hypothèse que Merah a acheté, clefs en main et en une seule fois, un lot de calibres à un “grossiste”…».

«Les armes d’un pro ne s’emballent pas»

Une autre piste, qu’explorent aussi les enquêteurs de la DCPJ, considère que Merah s’est équipé petit à petit, en commençant par exemple par «chiner» la vieille Sten anglaise ou le fusil à pompe, avant de monter en gamme avec l’acquisition des Colt 45. Comment? «Assez compliqué pour un néophyte car cette panoplie ne se trouve pas au coin de la rue, concède la même source. Mais Mohamed Merah, qui affichait déjà un pedigree d’une quinzaine de dossiers, a pu avoir de premières touches en prison et trouver un revendeur à la sortie.» Mais, selon toute vraisemblance, celui qui a voulu mourir en moudjahidin ne semble pas vraiment avoir eu le choix au moment de faire son marché.

Un spécialiste en armement s’interrogeait, au lendemain de la fusillade devant l’école juive Ozar-Hatorah, le 19 mars: «C’est étrange, un vrai pro aurait utilisé des armes de même calibre pour éviter de se compliquer la vie avec plusieurs types de munitions.» Il assurait également: «Un vrai pro prépare tellement bien ses armes qu’elles ne s’enrayent pas…» Or, le jour du massacre, le Uzi 9 mm de Mohamed Merah s’est bloqué dès le début de son raid, l’obligeant à reprendre le Colt 45 qui signait alors le lien entre les trois drames qui ont endeuillé Toulouse et Montauban. Selon nos informations, Merah avait équipé son pistolet automatique d’un chargeur italien à huit coups qui n’est pas d’origine mais qui offre une plus grande capacité de feu. D’une manière générale, la lutte contre le trafic d’armes s’est considérablement intensifiée en France.

Pour la seule année 2011, ce sont 3500 de toutes natures qui ont été saisis (contre 2719 en 2010), soit une augmentation de près de 30%. Dans la région toulousaine, la police a noté une accélération de l’usage des armes à la fin 2011. En novembre, une fusillade d’une rare violence avait eu lieu au cœur du quartier du Mirail, celui d’où est originaire la famille de Mohamed Merah. En décembre, c’est un restaurant-péniche qui était «rafalé» à la kalachnikov. Depuis lors, la police multipliait les opérations de sécurisation et les fouilles de véhicules suspects. Sans soupçonner qu’au cœur du quartier résidentiel de la Côte-Pavée, un psychopathe recelait une petite artillerie en nourrissant l’espoir de «mettre la France à genoux».

Le Figaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here