Syrie: opérations militaires et combats, onze morts

0
7

Onze personnes ont été tuées et plusieurs blessées lundi en Syrie, notamment dans le nord du pays où l’armée a poursuivi ses attaques pour faire plier les bastions rebelles, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).
Deux civils et cinq déserteurs ont été tués par des tirs et des éclats
d’obus « lors d’une offensive lancée ce matin dans le village de Hass », a
précisé l’ONG.

Les forces gouvernementales ont incendié les maisons de huit
personnes ayant fui et arrêté des dizaines de civils.

Deux autres villages, Deir Soubol et Farkia, ont été pilonnés par les
troupes régulières, tuant un adolescent de 16 ans et blessant trois autres
personnes, de même source.

Ces deux villages ont été « visés par plus de 30 obus« , a indiqué à l’AFP
Noureddine Abdo, du Conseil révolutionnaire à Idleb, ajoutant que les forces
régulières appuyées par des chars ont investi le village de Maghara
« perquisitionnant dans des maisons, brûlant certaines et arrêtant des jeunes ».

Par ailleurs, un civil a été tué à Alep, deuxième ville de Syrie, par une
charge qui a explosé dans la région d’Adonis, près de la faculté d’ingenierie
électrique, selon l’ONG.

A Deraa, berceau de la contestation dans le sud de la Syrie, les forces de
l’ordre appuyées par des transports de troupes « procédaient à des
perquisitions et arrestations dans la ville de Daël où deux maisons ont brûlé
et une troisième s’est effondrée », selon l’OSDH et les Comités locaux de
coordination, (LCC) qui animent la contestation sur le terrain.

Dans la même région, des déserteurs ont attaqué à Inkhel des barrages
militaires avec des roquettes RPG tuant deux soldats. A Jassem, les forces de
l’ordre ont investi des écoles techniques, arrêtant plusieurs étudiants. Des
tirs nourris étaient entendus dans le village de Tafas.

A Homs (centre), des tirs nourris de mitrailleuses lourdes étaient entendus
tôt le matin dans la région de Hamidiyé et de Souk al-Hachich, près du siège
de la police, selon les LCC.

Dans le quartier de Jouret al-Chiyah, des combats violents ont opposé les
forces régulières aux déserteurs, selon l’OSDH.

Dans la capitale Damas, une explosion s’est produite dans le quartier de
Marjé faisant des blessés, a indiqué la télévision officielle Al-Ikhbariya.

« Une bombe assourdissante a explosé ce matin près de l’Hôtel Kinda », dans
le quartier de Marjé, où la circulation est relativement dense, a indiqué la
télévision. « Quatre personnes ont été légèrement blessées et des magasins
endommagés ».

Selon l’OSDH, des « policiers ont été légèrement blessés par l’explosion
d’une charge près d’un commissariat sur la place Marjé à Damas ».

Ces nouvelles violences surviennent au lendemain de la réunion à Istanbul
des « Amis de la Syrie » qui ont appelé à fixer une « date limite » pour
l’application du plan de paix de Kofi Annan par Damas, tout en restant muets
sur l’armement des rebelles.

Cette réunion a été qualifiée de « nouvel échec »par la presse syrienne.

Dimanche, les violences ont fait au moins 40 morts à travers le Syrie,
selon l’OSDH qui estime à près de 10.000 le nombre de personnes tuées depuis
le début de la contestation populaire il y a un an.

BEYROUTH, 2 avr 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here