Syrie: l’opposant historique Riad Turk appelle à accepter le plan Annan

0
10

L’opposant historique syrien Riad Turk a appelé les adversaires du régime à accepter le plan Annan pour « arrêter le bain de sang » en Syrie et à entamer un dialogue national englobant les figures du pouvoir n’ayant pas « les mains tachées de sang ».Dans un communiqué parvenu mardi à l’AFP, M. Turk, 82 ans, surnommé le
« Mandela de Syrie », a estimé qu’il fallait « accepter le plan Annan afin
d’arrêter le cycle de massacres commis par les forces du régime et de placer
la communauté internationale devant ses responsabilités ».

L’opposant qui vit en clandestinité en Syrie fait partie du Conseil
National Syrien (CNS) dont les dirigeants à l’étranger n’ont pas clairement
accepté le plan de l’émissaire international Kofi Annan.

« Afin d’arrêter le bain de sang et réaliser les objectifs de la révolution
syrienne, (le président Bachar) Assad doit abandonner le pouvoir, et un
dialogue national doit être entamé, n’excluant aucune des composantes
politiques du peuple syrien dont les personnalités du régime qui n’ont pas les
mains tachées de sang », ajoute l’opposant historique, sans préciser lesquels.

Selon lui, « ce dialogue devra aboutir à un gouvernement transitoire »,
chargé d’organiser « l’élection d’une assemblée constituante sous supervision
arabe et internationale puis l’élection d’un président ».

M. Turk, qui a passé plus de 17 ans dans les geôles du président Hafez
al-Assad, avant d’être à nouveau emprisonné par son fils, le président actuel,
est l’un des dirigeants de la Déclaration de Damas, principale force de
l’opposition à l’intérieur du pays et membre du CNS.

Le plan en six points de l’envoyé spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue
arabe pour la Syrie, Kofi Annan, que Damas a annoncé accepter de commencer à
appliquer avant le 10 avril, préconise vaguement un dialogue politique et la
fin de la violence.

DUBAI, 3 avr 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here