Sur les traces de la reine berbère juive

3
38

De sa forteresse dans les Aurès, la souveraine combattit farouchement les envahisseurs arabes.

Plus de 1 300 ans après sa mort, elle demeure le symbole de la résistance amazigh.

Pour accéder au refuge de Kahina (également appelée Dihya), reine berbère qui vécut au VIIe siècle, il faut montrer patte blanche. D’abord passer plusieurs contrôles de gendarmerie et de police, franchir ensuite deux barrages militaires, y déposer ses papiers d’identité et s’engager à quitter les lieux avant 17 heures précises.

« La zone est dangereuse en raison de la présence de groupuscules terroristes qui rodent dans la région dès le crépuscule », confie un militaire.

Passé le dernier check-point et après une succession de virages tortueux, se dresse le site touristique de Tajmint, dans le massif des Aurès (550 km au sud-ouest d’Alger), un des derniers refuges de cette reine qui tint tête aux armées arabes venues propager l’islam en Afrique du Nord à partir de l’an 670.

Près de quatorze siècles après sa mort, le sabre à la main, la reine Kahina demeure un symbole de la résistance des populations berbères aux conquêtes étrangères : romaine, vandale, byzantine, arabe, turque ou française. Dans le pays chaoui partagé entre montagnes et plaines de rocailles, Kahina est adulée.

On la surnomme « Yemma », « maman » en langue amazigh.

À l’entrée du canyon de Tajmint, un immense bloc de roche, aussi haut qu’un gratte-ciel, veille comme une sentinelle sur la forteresse de « Yemma Kahina ». Sur la crête des falaises où poussent abondamment genévriers et figues de Barbarie, des maisons de pierre avec poutres forment le village millénaire, déserté depuis le début de la guerre d’Algérie, en 1954. Pour stocker blé, orge, dattes, huile, des greniers de type troglodytique, dont il ne reste que des ruines, ont été érigés à même les parois de la muraille.

Pour accéder à ce nid d’aigle où les populations de l’époque devaient tenir des sièges de plusieurs mois, voire de plusieurs années, pour résister aux invasions étrangères, deux seules possibilités : monter à la force des bras ou à l’aide d’une échelle fabriquée à base d’alfa.

C’est sur ce promontoire, où la vue peut porter par temps clair à des dizaines de kilomètres, jusqu’aux plaines de Biskra, que Kahina et ses tribus surveillaient l’arrivée des troupes musulmanes venues d’Arabie, après avoir traversé l’Égypte, la Libye et la Tunisie.

Un symbole de courage, de beauté et de liberté

Nous sommes en l’an 686. Koceila, qui règne sur plusieurs tribus berbères, meurt lors d’une bataille contre l’ennemi arabe en compagnie de Thabet, père de Kahina, tandis que le reste de leurs troupes trouve refuge dans le maquis des Aurès.

La fille unique, qui appartient à la tribu Djerawa, est belle, fougueuse, bonne cavalière, habile à l’arc et de confession juive. Elle prend la tête de la résistance, fédère les tribus qui refusent de se soumettre aux musulmans, comme jadis la communauté s’était dressée contre les Romains et les Byzantins.

Son adresse, son courage, l’aura mystique qu’elle dégage en temps de guerre comme en temps de paix ainsi que ses supposés dons surnaturels – les Arabes la surnomment Kahina (prêtresse, prophétesse ou sorcière) – font d’elle une reine aussi redoutée qu’incontestée.

Le chef musulman Hassan Ibn Nouâmane, qui lance ses guerriers des années durant contre les Aurès, reçoit un jour ce conseil : « Les habitants redoutent Kahina et lui obéissent. Tue-la, et les Berbères se rendront. » Après avoir régné sur ces vastes territoires qui s’étendaient jusqu’à la frontière tunisienne, Kahina succombera vers 703 lors d’une bataille contre les hommes d’Ibn Nouâmane.

Sa tête, tranchée, est expédiée comme un trophée de guerre au calife Abd al-Malik, installé dans le Cham, l’actuelle Syrie. La légende dit que, lors de la nuit qui précéda sa mort, la reine demanda à ses deux fils de se rallier à l’ennemi afin de préserver l’héritage de son peuple.

« Par vous, les Berbères préserveront quelque pouvoir », leur aurait-elle dit.
Certes, du refuge de Kahina à Tajmint il ne reste aujourd’hui que des vestiges qui ne font même pas l’objet d’une protection de la part des autorités.

Mais dans les Aurès, en Kabylie ou chez les Berbères de Libye, cette reine insoumise reste un symbole de courage, de beauté et de liberté. Sa légende est encore célébrée par des poèmes et des chants. Et son nom est porté avec fierté par les filles berbères.

Farid Alilat/ Jeune Afrique Article original

TAGS : Kahina Amazigh Berbère Algérie Juive Golda Méir

Tajmint Kabylie Ibn Khaldoun

3 COMMENTS

  1. Autre détail qui a son importance, pour les Kabyle, la Kahina est aussi importante que Massinissa ou Jugurtha Le premier car il fut le dernier roi à régner sur un territoire allant des Canaries à l’Egypte et de la Méditerranée aux confins du Sahara Le deuxième car il combattit les Romains pour maintenir l’unité du royaume que son oncle avait partagé entre lui et ses deux fils qui avaient rallier Rome. L’analyse d’Abraham 9 est intéressante et très certainement plus réaliste que la légende Kabyle qui dit que la Kahina n’avait pas d’enfant mais un fils adoptif qu’elle trouva alors qu’il était un nourrisson. Arrivé à l’âge adulte, cet enfant, d’origine arabe, aurait trahit sa mère adoptive après avoir été enlevé par les arabes qui lui auraient révéler sa véritable identité. Question : est-il important de savoir si la Kahina était de religion juive ? Pour moi, descendant de kabyle non. A l’époque il devait probablement y avoir un véritable mélange de toutes les religions dont le polythéisme qui perdurent encore dans certaines fêtes et traditions orales. Ce qui m’importe est de savoir qu’elle a lutté pour un idéal, une civilisation : la civilisation berbère.

  2. {{Sur les traces de la reine berbère juive}}

    J’ai écrit un livre qui a pour titre :{{ Kaéna,. la reine juive berbère, dernier rempart contre l’invasion arabo-islamique.
    }}
    Ce livre n’est pas un roman, mais, un ouvrage historique, Cet ouvrage replace le Maghreb dans le cadre historique depuis Carthage, Rome, Vandales (tribu germanique), Byzance et la lutte des Berbères contre l’invasion arabo-islamique.

    Son échec est dû, à mon avis, à trois raisons : sa politique de terre brûlée, la préservation de ses deux fils et de leur famille, elle les livre à l’émir Hassan avant la mère des bataille : ces deux décisions entraînent la rupture de l’alliance Christo-berbères, ce qui eut pour conséquence la défaite et sa mort au combat.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here