Sauts au dessus du vide

    0
    15

    Durant une nuit d’enfer comme les autres, les prisonniers du camp de la mort du nom de Janowska un appel retentit. « Vous devez évacuer toutes les baraques immédiatement, sous peine de mort, et vous rendre dans le champs à côté du camp.». Les prisonniers fatigués et hébétés se bousculent pour arriver à l’endroit désigné. Grâce aux lampes on distingue deux grands trous au milieu du terrain. Désignant un des trous, un tortionnaire allemand leur annonce la règle du jeu : « Ceux qui tiennent à leur vie devront sauter au dessus du trou et arriver de l’autre côté. Ceux qui n’y arrivent pas aura droit à … » il termine sa phrase avec un cruel « ta-ta-ta-ta-ta » puis un rire grossier.

    Les prisonniers avec lesquels on joue avec leur vie sont pétrifiés. Même en bonne santé il serait presque impossible de sauter au dessus d’un tel trou. Mais dans leur état squelettique, malade et affaibli ?! Parmi les milliers de prisonniers du camp se trouvait le Rabbin Israel Spira, appelé le « Bluzhover Rebbe ». Il s’était lié d’amitié avec un autre juif qui n’était pas croyant et avec qui il avait des conversations très passionnées. Ce dernier déclare à son ami le Rabbin « Rabbi tous nos efforts pour sauter au dessus de ce trou sont inutiles. Nous n’allons pas donner ce plaisir aux allemands. Asseyons-nous directement dans le trou et attendons tranquillement la balle qui mettra un terme à notre misérable existence ».

    Suivant la colonne en direction du trou, le Rabbin lui répond « mon cher, nous devons faire la volonté de Dieu. S’il a été décrété dans le Ciel que nous devons sauter et bien sautons et nous verrons ce que la Providence nous a réservé. Soit le Monde de la Vérité, soit un moment de plus sur cette terre, mais ce n’est pas à nous de décider ». Les deux se rapprochent du trou profond, qui comment déjà à se remplir. Arrivant au bord, le Bluzhover Rebbe ferme ses yeux et crie à son ami, « on saute !». Puis, ouvrant ses yeux, le Rabbin constate avec son ami qu’ils sont de l’autre côté du trou. L’ami crie avec étonnement « nous avons réussi, c’est un miracle du Ciel ! Rabbi, mais comment avez-vous fait ? ». Le Rabbin explique « quand j’ai fermé mes yeux, je me suis vu me tenant à mon saint père, grand-père et arrière grand-père, qui m’ont aidé à traverser… ». Le Rabbin demande alors, « Mais vous, comment avez-vous fait ? » Et l’ami, nouvellement croyant, de répondre « Moi, Rabbi, je me suis tenu à vous … »

    Réflexion : Avant les petits et grands sauts dans la vie, n’oublions pas de prier à Celui qui peut nous aider à sauter mieux, plus haut et plus loin…

    P.S. Vous aussi, si vous connaissez personnellement ce genre d’histoires, merci de bien vouloir m’en faire part !
    Si cela vous a plu, merci d’inviter vos amis à participer à ce groupe : http://www.facebook.com/home.php?#/group.php?gid=85967155302

    Cette histoire est dédiée à la mémoire d’Izabel and Solly Marton. Ils étaient des jumeaux et les enfants de Lajos (Lezer) et Ella Marton. Izabel et Solly sont nés à Dioszeg en Hongrie en 1935. Ils ont été assassinés à Auschwitz.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here