Sale temps pour la “gauche morale”

0
17

Hier encore, “gauche morale” relevait du pléonasme, au train où vont les choses, ce pourrait être demain une manière d’oxymore.
Lundi, dans un compte rendu assez minimaliste – et sans citer la CGT – France Inter faisait état d’un rapport accablant de la Cour des Comptes relatif « aux dysfonctionnements du comité d’entreprise de la RATP ». Vacances somptuaires, vie de château (au sens littéral), tout y passe, si bien que la Cour réclame exceptionnellement la saisine de la justice pénale.

Après les comités d’entreprise d’EDF-GDF (où en est donc cette  procédure pénale ouverte en 2004 qui ne passionne guère la presse ?), d’Air France, de la SNCF ou de  France Telecom, voilà donc venu le tour des intransigeants du métropolitain.

Deux jours plus tard, le Monde titrait sur ces « dérives et irrégularités », mais brocardait l’attitude du Figaro-Magazine, qui avait révélé le caractère explosif d’un rapport parlementaire sur les mécanismes de financement des organisations syndicales, au motif que celui-ci a, finalement, été enterré avec un touchant unanimisme par l’ensemble de la représentation parlementaire.

La presse, dans son ensemble, n’a pas manqué de moquer cette pusillanimité des politiques. Cette gausserie, coutumière, aurait plus de tenue si la plupart des directeurs de la presse hexagonale n’avaient pris l’inconfortable posture de ramper chaque fois qu’ils croisent un ouvrier du Livre ou un responsable du Syndicat National des Journalistes.

 
Quand Jack Lang menace Arnaud Montebourg

Jeudi, la presse se répandait sur des détournements qu’aurait favorisés le patron de la puissante fédération socialiste du Nord-Pas-de-Calais, sorte de solidarité chti à avec le midi des Guérini. Dans cette bataille – qui tourne au pancrace – et qui voit Jack Lang menacer Arnaud Montebourg d’une gifle (on en tremble), on ne sait si l’on doit prendre le parti de Matamore ou de Savonarole.

Décidément, et après les frasques new-yorkaises, qu’il est loin, le tintement du bling-bling.

Faire grimper le FN en le victimisant

Le même jour quelques « antiracistes de gauche », cornaqués par SOS-Racisme empêchaient Marine Le Pen de s’exprimer à l’université de Paris-Dauphine. Le député socialiste Sapin déclarait « comprendre » leur geste.

Je le comprends tout aussi bien, puisqu’il s’agit, selon la bonne vieille méthode politicarde, de faire grimper le Front National – en le victimisant – au détriment de la droite classique. Mais j’ai plus de difficultés à entendre les protestations des habituels défenseurs indignés de la liberté d’expression et de réunion. Ceux qui  taxent « d’intégristes » tous les manifestants catholiques devant les théâtres, ou qui défendent, à juste titre, le droit des islamistes de se réunir, par exemple.

Encore un mot, sur ce chapitre : j’ai cru distinguer parmi les manifestants « antiracistes » certains juifs encartés. Surtout, qu’ils ne viennent pas se plaindre lorsque des intellectuels israéliens seront exclus des débats, comme désormais régulièrement à Oxford et comme hier à Marseille.

Le peuple palestinien, une invention ?

A ce dernier sujet, Gilles Paris, dans son blog du Monde dédié au Proche-Orient moque gentiment les candidats républicains aux États-Unis pour leur tropisme pro-israélien. Surtout, il admoneste l’un d’entre eux, Newt Grintrich, pourtant professeur d’Histoire, pour avoir osé prétendre que le peuple palestinien était une invention. Comme j’aurais aimé constater un tel esprit critique à l’égard d’une extrême gauche française, pourtant plus proche, et maniaquement pro palestinienne.

Je ne me souviens pas non plus que qui que ce soit au Monde, ait brocardé le fameux et fumeux « Comment le peuple juif a été inventé » commis par l’antisioniste Israélien Shlomo Sand.

Sur le fond, je ne conseille pas à Gilles Paris, lorsqu’il voudra bien respecter le parallélisme des formes, de comparer les mérites respectifs du brulot précité avec le tout récent « Comment le peuple palestinien fut inventé » de David Horowitz et Guy Milliere (ed.David Reinarc) destiné à lui répondre.

Ces deux éminents auteurs rappellent effectivement qu’en 1948, lors de la proclamation de l’Etat juif, nul ne parlait de « nation palestinienne » mais d’une nation arabe. Nul non plus n’a parlé de « peuple palestinien » avant que la notion soit, de fait, inventée, dans la deuxième moitié des années 60. En est-il autant pour le peuple juif ?

Ceci fermement posé, je veux ajouter ici que ces discussions historiques, passionnantes, sont dépourvues d’intérêt politique, au moins pour deux raisons :

S’agissant des Juifs, il est indéniable que la majorité d’entre eux est longtemps demeurée hostile au sionisme. Notamment dans le milieu orthodoxe. Ceci disqualifiait-t-il le sionisme ?

S’agissant des Arabes, certains sionistes devraient se rappeler des propos de l’un de leur plus intransigeant représentant,Vladimir Zeev Jabotinsky, qui dans son œuvre maitresse, « Le mur de fer », conseillait à ses sympathisants de ne pas se faire d’illusions : si, par extraordinaire, les Arabes venaient à reconnaitre la légitimité de la présence juive, ceux de Palestine seraient les plus irrédentistes.

Ce qui se prouve bien la spécificité de cette population, quelque soit son nom ou la manière dont elle se considère, et le droit qu’elle possède de s’organiser politiquement comme elle le veut.

Le problème est ailleurs, et là au demeurant où Newt Grintgrich, plus subtil que ne le voudrait le Monde, l’a situé : dans la persistance obstinée du peuple arabe de Palestine à préférer détruire le seul Etat juif que de construire un énième état arabo-musulman.

“Le très sérieux Le Monde” : pléonasme ou oxymore ?

Atlantico.fr

1 COMMENT

  1. Qui a inventé l’invention du peuple palestinien? Ni Newt Gingrich, ni Guy Millière.
    Zouheir Mohsen, leader de la Saïka, composante pro syrienne de l’OLP, a déclaré dans une interview au journal néerlandais Trouw en mars 1977: « Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’état d’Israël pour notre unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’y a pas de différence entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais. C’est uniquement pour des raisons tactiques et politiciennes que nous parlons d’un peuple palestinien, puisque les intérêts nationaux arabes sont mieux servis par l’existence d’un peuple palestinien distinct opposable au Sionisme.
    Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un état souverain avec des frontières délimitées, ne peut pas élever de prétentions sur Haïfa et Jaffa, alors qu’en tant que palestinien, j’ai indubitablement le droit d’affirmer ma souveraineté sur Haïfa, Jaffa, Beersheva, et Jérusalem. Cependant, au moment même où nous recouvrerons nos droits sur l’ensemble de la Palestine, nous n’attendrons pas une minute pour réunir la Palestine à la Jordanie »
    Cette interview va à l’encontre de la Charte de l’OLP, qui affirme l’existence d’un peuple palestinien avec des droits nationaux, mais est conforme à l’idéologie du Baas syrien, fidèle au mythe de la Grande Syrie.

  2. Ces connards rigolent? Peuvent-ils prouver quoi que ce soit de l’existence et creation de la “Palestine”et du peuple “Palestinien”” Deux formidables inventions! Tandis qu áu contraire, pas seulement nous les Juifs pouvons prouver notre création, existence, droits, mais NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE LE FAIRE! CE SONT DES FAITS ÉTABLIS, NOTOIRES ET PUBLIQUES, IRRÉFUTABLES!!!! Et quant aux ‘palestiniens’? Des pauvres retardés, crédules, allants dans les pas d’un gangster très malin, inventeur d’une religion qui n’en est pas une mais une copie extrêmement mal faite de nos livres sacrés. Des troupeaux de moutons imbecillisés, suivants un soi-disant ‘prohète’, les dirigeant vers un précipice. Je leur souhaite de tout coeur, comme disait Confucius, de longues journées et mois “très intéressants”…. hehehehehe…….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here