Robert de Foy était-il bien un Juste parmi les Nations ?

0
33

Le mémorial Yad Vachem de Jérusalem a décidé mardi de rouvrir, à la suite d’une plainte déposée par une juive américaine, le dossier d’un belge qui avait été nommé “Juste parmi les Nations”.

“La Commission, qui désigne les Justes a décidé de réexaminer le cas de Robert de Foy à la suite à cette plainte”, a déclaré à l’AFP une porte-parole de Yad Vachem, Estee Yaari, qui a précisé que “la procédure est assez longue, car elle exige une enquête minutieuse”.

Ce titre n’a été retiré qu’à six reprises depuis sa création en 1963.

Robert de Foy (1893-1960) a été reconnu comme “Juste parmi les Nations” à titre posthume en 1975 pour avoir sauvé des juifs en Belgique pendant l’occupation allemande en les aidant à produire de faux papiers, alors qu’il était secrétaire général du ministère de la Justice à partir de 1943.

C’est une juive américaine, Sonia Pressman-Fuentes, fille de rescapés de la Shoah, qui a présenté à Yad Vachem des éléments nouveaux qui, selon elle, prouvent que le titre de Robert de Foy a été usurpé.

Il aurait été selon elle un antisémite acharné et notamment responsable de l’expulsion vers l’Allemagne de centaines de juifs réfugiés en Belgique qui fuyaient le régime nazi avant le déclenchement de la deuxième guerre mondiale en 1939.

Plus de 25.000 juifs ont été déportés vers les camps de la mort à partir de la Belgique entre 1942 et 1945.

Irena Steinfeld, responsable de la Commission des Justes, a expliqué au quotidien Haaretz que “le titre de Juste parmi les nations n’est pas délivré en fonction du caractère des personnes, mais uniquement de leurs actes”.

“Des fonctionnaires de la machine nazie ont reçu ce titre comme Oskar Schindler qui a sauvé 1.200 Juifs tout en restant membre du parti nazi et en gagnant de l’argent grâce à des biens juifs confisqués”, ajoute-t-elle, insistant sur les “difficultés” rencontrées pour désigner ceux qui méritent cette reconnaissance.

La commission est composée de rescapés de la Shoah, d’historiens et chercheurs.

Pour recevoir ce titre, les candidats, dont le dossier est souvent présenté par les personnes qu’ils ont sauvées ou leurs descendants, doivent avoir risqué leur vie pour éviter la déportation à des Juifs de la mort, sans avoir reçu de paiement pour cet acte et ne pas avoir été impliqués dans des crimes de guerre envers d’autres Juifs.

Depuis la création de la commission, Yad Vachem a remis la récompense à près de 24.000 “Justes” de 44 pays différents, dont 1.584 Belges, selon le site du Mémorial Yad Vachem consacré au souvenir et à l’étude de la Shoah.

Les “Justes” les plus connus sont le diplomate suédois Raoul Wallenberg, l’industriel allemand Oskar Schindler et la polonaise Irena Sendler, qui avait sauvé plus de 2.500 enfants juifs du ghetto de Varsovie.

Jerusalem, 10 jan 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here