Renouer avec les vraies priorités du peuple juif.

0
12

Manfred Gerstenfeld interviewe le Rabbin Abraham Cooper.

“Au cours des siècles, l’accent mis sur telle ou telle composante de l’identité juive a changé. Pour beaucoup de militants juifs de ma génération, la Shoah a été déterminante dans la façon de définir qui nous sommes ».

« L’essentiel sur lequel nous étions focalisés consistait à assurer la survie du peuple juif, notamment à travers la jeune expérience de l’Etat d’Israël. Cela signifiait aussi « sauver » la Communauté juive soviétique et d’autres diasporas juives en péril. Il s’agissait d’un combat pour la sécurité physique de la nation juive et pour raviver la flamme et le sens de la fierté d’être Juif« .

“Les menaces, en mutation constante, de l’antisémitisme et des campagnes anti-israéliennes, qui, souvent, lui servent de masque, ont ajouté une nouvelle préoccupation urgente, consistant à identifier, articuler, et défendre les valeurs juives fondamentales. Cela pourrait bien devenir une part existentielle de la lutte pour l’identité juive, de se tenir unis, dans la défense de la vérité et de la légitimité de la continuité historique juive et des droits sur Israël. Nous défendre contre les campagnes de délégitimation exige que les Juifs aient une connaissance basique du Judaïsme et de nos plus de 3000 ans de relation à la terre d’Israël.


Le Rabbin Abraham Cooper.

Le Rabbin Abraham Cooper est Doyen associé au Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles. Depuis près de quatre décennies, il a supervisé l’agenda des actions sociales du CSW, à l’international, qui vont de la lutte contre l’antisémitisme à travers le monde, la question des crimes de guerre nazis et les restitutions, aux groupes extrémistes et à l’enseignement de la tolérance.

“Un effort croissant est en cours, pour voler et nier l’identité du peuple juif. Cela s’étend des Nations-Unies, aux propagandistes de l’Autorité Palestinienne, aux campagnes de BDS, aux syndicats antisémites, et, par-dessus le marché, sur les campus. Le document palestinien Kairos déclare, en substance, que soutenir l’Etat Juif, de la part d’un Chrétien, est un péché d’ordre théologique. Une brochette de recherches universitaires déplore qu’Israël soit un rejeton du colonialisme, une erreur historique, née du sentiment de culpabilité et de la pitié des Européens et des Américains.

“L’Autorité Palestinienne – et pas seulement le Hamas – a lancé une campagne, de loin, beaucoup plus insidieuse. Son intention est de nier tout avenir à Israël en effaçant son passé. Le Président américain de l’époque, Bill Clinton, a été le premier grand dirigeant mondial à entendre des personnalités palestiniennes nier que le Temple de Salomon ait jamais existé. L’UNESCO est l’un, mais pas le seul, des lieux de rendez-vous internationaux qui serve de levier aux Palestiniens et à leurs alliés arabo-musulmans pour rebaptiser les Lieux Saints juifs. Ils déclarent que la Tombe de Rachel était en réalité une mosquée. Il y a eu de multiples tentatives meurtrières palestiniennes pour détruire la tombe de Joseph. En diverses occasions, des pierres ont été jetées contre des pèlerins juifs au Mur occidental (Kotel), par des Palestiniens, à qui on a inculqué l’énorme mensonge que les Juifs d’aujourd’hui n’ont aucun lien avec Abraham, Itzakh, Jacob, Moïse, David ou Salomon.


Rachi

“Chaque nouvelle découverte archéologique stupéfiante au Point Zéro de l’histoire juive, sur la terre d’Israël, confirmant qu’un tel lien est patent, se voit démenti comme une « supercherie sioniste fabriquée ». Ces mensonges étaient déjà prévus, dès le Moyen-Âge, par l’érudit Rachi, le guide essentiel des Juifs dans l’étude de la Bible. Il mettait en garde, dans ses commentaires, dans leurs versets ouverts, que, dans l’avenir, les nations du monde nous accuseront, en disant : « Vous, les Juifs, êtes des voleurs ; vous avez volé cette terre ! ».

“L’antisémitisme contemporain menace chaque Juif. Les pratiques juives fondamentales font l’objet de diffamation, de moqueries et sont mêmes criminalisées, dans plusieurs démocraties. L’abattage « rituel » ou casher est illégal, en Norvège, depuis 1929. Ainsi, plusieurs années avant qu’Hitler ne parvienne au pouvoir, un futur Premier Ministre norvégien, au Parlement, a calomnié cette pratique comme une « Orgie sanguinaire ». Cette année, des parlementaires polonais ont mis l’abattage juif traditionnel hors la loi. L’interdiction de la circoncision est plébiscitée par beaucoup à travers toute l’Europe, de l’Allemagne à la Scandinavie.

“A moins que tous les Juifs ne se préparent à repousser de telles offensives contre nos libertés religieuses, aujourd’hui, le processus de marginalisation et de diabolisation du Judaïsme continuera de s’accélérer, à l’avenir. Il y a de nombreux alliés dans d’autres religions, aussi bien que parmi les athées, qui comprennent que la liberté de culte pour tous doit être respectée, comme un droit de l’homme fondamental.

“Au-delà des antisémites purs et durs, on trouve des groupes de pression plus larges. Beaucoup de gens, simplement curieux, ne haïssent pas les Juifs, mais n’ont pas la moindre idée de qui nous sommes. J’ai donné une conférence, une fois, à des directeurs exécutifs d’un empire japonais de l’édition, que nous avions empêchés de publier une nouvelle édition des Protocoles des Sages de Sion . A la suite de quoi, le Vice-Président exécutif a dit : « Nous vous remercions de nous avoir expliqué que les Juifs ne se rendent pas à la Synagogue pour élaborer la ruine économique du Japon ou pour comploter des guerres globales. Pourtant, pourriez-vous, s’il vous plait, nous dire : « Mais, alors, qu’est-ce que font les Juifs quand ils sont à la Synagogue ? »

“Il y a une curiosité à l’égard des Juifs, du Judaïsme et de l’Etat d’Israël qui est répandue à travers le monde entier, et même dans des cultures qui n’ont qu’un contact minimal avec nous. Au lieu de permettre aux partisans d’al Qaïda sur Internet et d’autres incitateurs à la haine de combler le vide par de la haine, les Juifs devraient se saisir de cette opportunité sans précédent pour exposer au monde – grâce à l’épanouissement des réseaux sociaux sur internet – qui nous sommes. Nous avons l’opportunité et la responsabilité d’identifier les valeurs fondamentales de notre civilisation antique, la continuité historique du peuple juif et comment la réparation du monde, la compassion et l’équité continuent de nous motiver aujourd’hui, en tant que peuple.

“Un exemple concret de tout ceci se manifeste quand les Israéliens sont parmi les premiers à répondre à des désastres globaux, petits et grands – des tremblements de terre et de la souffrance liée aux Tsunami, à la guérison des enfants malades, à la sauvegarde des éléphants en péril et ainsi de suite. Cela met aussi les promoteurs de haine en face des valeurs de la continuité historique juive ».

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here