Rebondissement de l’affaire d’attouchement dans une école juive

0
16

Le Mouvement Loubavitch parisien, représenté par le Rav A. va porter plainte contre X., après l’article de RTL du 29 août, qui affirme que l’encadrement de l’école Beth Hanna aurait fait pression sur les parents. L’affaire d’attouchement, qui a éclaté le 22 février 2013, implique un surveillant de l’école. JForum avait, à l’époque, apporté des précisions sur cette affaire Article original.

Avant que ce type d’affaire n’éclate, elle est trop longtemps recouverte par la chape de plomb du silence de la victime et de l’auteur des faits. Du coup, les proches et l’administration sont privés de signalement qui pourrait leur permettre de réagir.

C’est dans ce contexte qu’on peut comprendre un temps de réactivité assez long.

Il est tout à fait logique que l’enquête se poursuive pour savoir dans quelle mesure l’encadrement ignorait ou pas le déroulement de tels agissements.

Le Mouvement responsable de l’école concernée semble s’alerter du fait que cet article irait à l’encontre de la présomption d’innocence, en confondant la période exacte où le silence aurait régné sur toute cette sombre affaire :

– était-ce avant qu’elle n’éclate, soit le 22 février 2013, par dépôt de plainte d’une famille?

– ou a t-elle pu concerner d’autres familles, motif de l’interpellation du 31 juillet 2013?

Cet article est, sûrement, ambigu sur ce point. Il n’empêche qu’à tout moment l’Omerta est une forme de non-assistance à enfant en danger.

Entre le souci de protéger l’école et l’Omerta, préjudiciable à un ou des enfants, où se trouve la limite à ne pas franchir?

———————-

Article du 29 août 2013, sur RTL.FR

Affaire d’attouchements sexuels : un rabbin et le directeur d’une école interpellés

faits divers
Deux membres de la communauté loubavitch ont été interpelés au cours de l’été dans le cadre d’une affaire d’attouchements sexuels (photo d’illustration)..

Deux membres de la communauté loubavitch ont été interpelés au cours de l’été dans le cadre d’une affaire d’attouchements sexuels (photo d’illustration)..

INFO RTL – Deux membres de la communauté Loubavitch ont été interpellés cet été. Ils sont soupçonnés d’avoir fait pression auprès des familles d’enfants victimes d’atteintes sexuelles pour qu’elles gardent le silence.

Des policiers de la Brigade de protection des mineurs de la police judiciaire parisienne ont interpellé au cours de l’été deux figures bien connues de la communauté juive orthodoxe Loubavitch dans le cadre d’une affaire d’attouchements sexuels.

Les deux hommes sont soupçonnés d’avoir fait pression auprès des familles des enfants victimes pour qu’elles gardent le silence et qu’elles n’alertent pas la police, ce qui aurait, à leurs yeux, sali l’honneur de la communauté.

Un établissement scolaire mis en cause

André T. est le directeur du complexe scolaire Beth-Hanna, situé dans le 19ème arrondissement. C’est dans cet immense établissement privé qu’un surveillant avait été arrêté en fin d’année dernière pour des attouchements sur de jeunes garçons. Le directeur a été placé en garde à vue le 31 juillet dernier puis mis en examen par un juge parisien pour “non dénonciation d’atteintes sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans” avant d’être relâché et placé sous contrôle judiciaire.

Le rabbin A. est le leader historique du mouvement Loubavitch dans la région parisienne. Il a été arrêté lui aussi le 31 juillet et sera convoqué ultérieurement en vue de sa mise en examen. En février dernier, un rabbin, professeur de mathématiques dans l’établissement, avait lui aussi été arrêté et mis en examen pour les mêmes raisons.

rtl.fr Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here