Qui s’intéresse aux palestiniens qui se font tuer ?

0
18

En Syrie, les Palestiniens se font tuer, blesser, déporter.

Les Arabes, les Organisations des Droits de l’Homme, les Médias bayent aux corneilles.Ce ne sont pas seulement les gouvernements Arabes et palestiniens qui ferment les yeux, face aux déplacements de masse des Palestiniens.

Les Organisations des Droits de l’Homme et les médias grands publics en Occident ignorent, aussi, la situation particulièrement critique des Palestiniens.

Ce n’est, après tout, qu’un problème auquel manque un angle d’attaque anti-israélien.

Plus de 55.000 Palestiniens ont été constraints de fuir la Syrie vers le Liban et la Jordanie, au cours des deux dernières années, selon des statistiques diffusées par l’Agence de Travail et d’Aide des Nations-Unies UNRWA »>Article original.

Selon les sources palestiniennes, plus de 2000 Palestiniens ont été tués en Syrie, la plupart au cours des derniers mois, autant par les rebelles que par l’armée syrienne.

La plupart des Palestiniens qui ont fui la Syrie ont trouvé refuge au Liban voisin, où plus de 500. 000 Palestiniens vivent dans plusieurs camps de différentes régions du pays.

Il est important de noter que les Palestiniens au Liban font l’objet de lois d’apartheid discriminatoires »>Article original qui leur interdisent l’accès aux aides à l’emploi, à la santé et aux droits sociaux, ainsi que toute liberté de mouvement.

L’UNRWA estime, à présent, qu’approximativement 235 000 Palestiniens ont été déplacés à l’intérieur même de la Syrie, depuis le début du conflit, il y a deux ans.

Il y a tout juste deux ans, quelques 6.000 Palestiniens ont été expulses de leurs maisons, à Ein al-Tal, un camp de réfugiés près d’Alep, au nord de la Syrie.

Cela n’était pas le seul ni le dernier camp dirigé par l’UNRWA en Syrie, à être la cible, aussi bien de l’opposition que des forces fidèles au Président Bachar al Assad.


Réfugiés palestiniens du Camp de Yarmouk (Syrie)

“Ein al-Tal n’est que le dernier lieu de manifestation d’un cycle de violence catastrophique, où la conduite de toutes les parties a transformé les camps de réfugiés en théâtres de conflits, où il est fait usage d’armes lourdes, ayant pour conséquence de graves souffrances infligées aux civils palestiniens »., a affirmé l’UNRWA dans une déclaration.

« Les réfugiés palestiniens en Syrie se font tuer, blesser et déporter en plus grand nombre que jamais auparavant ».

Et qu’ont fait les deux gouvernements palestiniens – le Hamas, dans la Bande de Gaza et l’Autorité Palestinienne en Cisjordanie- pour aider ces Palestiniens déplacés ?

Presque rien, selon les familles déportées.

Qu’ont fait les pays arabes pour aider les Palestiniens fuyant la Syrie?

Presque rien.

Pas plus ces différents gouvernements palestiniens que ceux des pays arabes n’ont même soulevé la question d’une session d’urgence du Conseil de Sécurité de l’ONU, afin de discuter de la nouvelle tragédie palestinienne.

Le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas est trop occupé à faire le tour du monde et à se battre contre son Premier Ministre, Salam Fayyad.

Le gouvernement du Hamas est trop occupé à inciter les Palestiniens et à se préparer pour la nouvelle vague d’attentats terroristes contre Israël.

Tout comme les pays arabes, qu’en auraient-ils à faire des Palestiniens, quand des centaines de Syriens sont tués chaque jour et que personne, dans le monde arabe, ne semble en avoir cure ?

Ce n’est un secret pour personne que la plupart des gouvernements arabes méprisent les Palestiniens et continuent de les traiter comme des résidents de troisième catégorie et une menace potentielle pour la sécurité nationale des Arabes.

Les ministres des affaires étrangères de la Ligue Arabe, qui ont, récemment, rencontré le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, à Washington ne se sont même pas tracassés de soulever le problème des centaines de milliers de Palestiniens qu’on a forcé à quitter leur maison, en Syrie.

Pour tous ces ministres, autant que pour l’Autorité Palestinienne et le Hamas, un aménagement dans une implantation israélienne de la Bande Occidentale de Judée-Samarie/Cisjordanie est infiniment plus urgent que la vie de milliers de Palestiniens et de Syriens.

Mais, ce ne sont pas seulement les gouvernements Arabes et palestiniens qui ferment les yeux, face aux déplacements de masse des Palestiniens.

Les Organisations des Droits de l’Homme et les médias grands publics en Occident ignorent, aussi, la situation particulièrement critique des Palestiniens.

Ce n’est, après tout, qu’un problème auquel manque un angle d’attaque anti-israélien.

Khaled Abu Toameh/ Gatestone Institute Article original

Adaptation : Marc Brzustowski./ Lessakele Blog Article original

TAGS: Palestinisme Syrie Médias Haine d’Israel Ligue Arabe

UE Yarmouk UNRWA ONG

1 COMMENT

  1. personne ne parle d’eux car ce sont des musulmans qui tuent d’autre musulmans…….
    même Charles anderlin se fout d’eux car ils ne sont pas tuer par des israeliens

  2. En décembre 2012, me trouvant à Boston, voilà ce que j’écrivais:

    Comme syrien n’était ! (*)

    Je suis actuellement hors de France, pas comme M. Depardieu qui semble défrayer la chronique en ce moment alors que pour « d’autres », on en parle moins……….ou pas. Suivez mon regard !

    Je suis actuellement hors de France mais subodore qu’il doit y avoir tous les jours et, en particulier, les fins de semaines, des manifestations monstres et des défilés aussi monstres à travers toute la France pour protester contre les massacres perpétrés en Syrie. Plus de 43.000 morts et je ne sais combien de centaines de milliers de personnes déplacées, depuis mars 2011, ce n’est pas rien !

    A Paris, en particulier, ce doit être le cas entre République et Bastille ou vice-versa et entre Nation et Bastille et vice-versa.

    Défilés avec en tête les représentants des associations de soutien au « palestiniens », des associations « bien-pensantes », des Verts, des Rouges et je ne sais encore quelles couleurs encore sans oublier quelques personnalités juives de service et pourquoi pas 1 ou 2 philosophes et chanteurs juifs… de service également.

    D’autant plus que j’apprends que le camp de « réfugiés palestiniens » de Yarmouk a été ces jours-ce bombardé et, en particulier, une mosquée, oui une mosquée, où se trouvaient environ 600 personnes. Il y aurait au moins 25 morts et plusieurs dizaines de blessés.

    Téléphonant hier à un ami et lui faisant part de mes supputations, ou de mon appréciation de la situation en France, il s’esclaffa en me disant « Mais tu n’y penses pas, Charles Etienne, tu rêves ou quoi, toi qui es insomniaque ! Comme il n’y ni Israéliens ni Juifs impliqués dans ces massacres, ça n’intéresse donc personne ! ».

    Suis-je bête à ce point ? Figurez-vous que je n’y avais même pas pensé. Ciel, ce doit être la sénilité qui me guette !

    Enfin donc, si je comprends bien, tout se passe COMME SYRIEN N’ETAIT !

    Charles Etienne Nephtali

    (*) Non, non, non, ce ni une faute d’orthographe ni une faute de syntaxe. Non, non, non, ce n’est même pas de moi ce jeu de mots mais du regretté Serge Benattar (Z’’L) qui, il y a presque 13 ans jour pour jour, le 23 décembre 1999, intitulait ainsi son Edito du n° 637 d’Actualité Juive, Edito qui traitait d’éventuelles négociations avec la Syrie pour savoir « comment rendre le Golan ». Eh oui !

  3. Comment peut-on être à ce point aveugle ? N’y a-t-il personne parmi eux pour les réveiller de cet horrible cauchemar ?

    Comment leur expliquer qu’il n’y a rien de bon à attendre de la part des escrocs qui les dirigent, de ces occidentaux antisémites qui les manipulent, de ces historiens à la noix qui leur racontent de mauvaises blagues et de ces marchands de mort qui vendent leur peaux à bas prix.

    Finalement, s’il y a encore des Palestiniens, c’est grâce aux Israéliens. Leurs vrais ennemis, c’est les autres Arabes qui ne savent comment s’en débarrasser tant ils les haïssent.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here