Pour la BBC, fric et fraude, ç’est “juif”

0
12

Suite à des plaintes, la BBC a modifié la bande-annonce d’un documentaire sur l’évasion fiscale pratiquée par de riches fraudeurs. En effet, la BBC avait choisi d’incorporer la chanson “If I Were a Rich Man” de la célèbre comédie musicale “Un violon sur le toit” qui évoque la vie d’un pauvre violoniste juif qui vit dans un «shtetl» assez représentatif des bourgades de la Zone de Résidence (où les Russes parquaient les populations juives) pour lancer son programme.

C’est donc cette figure d’un Juif pitoyable que la BBC, avec les meilleures intentions du monde, a choisie pour dénoncer les fraudeurs, les friqués, les répugnants etc.

Nous étions habitués au parti-pris “antisioniste” de la BBC, mais ici, il s’agit du bon vieil antisémitisme classique.

La BBC a finalement choisi de retourner sa bande-annonce, en incorporant cette fois-ci le morceau “for the love of money “des O’JAYS

Philosémitisme Blog Article original

Source: Sandy Rashty The Jewish Chronicle Article original

TAGS : BBC UK TV Antisémitisme Judéophobie stéréotypes

If I Were a rich Man Topol Poncifs

1 COMMENT

  1. {{Les anglais ont toujours été des voleurs et des pilleurs sur terre comme sur mer .}}

    {{Ces gangsters avides d’or et d’argent se faisaient appeler pirates , corsaires ou bouccaniers .}}

    {{Un échantillon parmi tant d’autres .
    J’ai choisi ce spécimen parcequ’il opérait de Tunis .}}

    {{Voici l’histoire de John Ward l’un de ces mangeurs de pudding .}}

    {{En 1603, John Ward fut enrôlé de force sur un navire de la Royal Navy, nommé le Lyon’s Whelp qui servait dans la Manche. Au bout de deux semaines, il déserta avec une trentaine de ses collègues qui s’emparèrent d’une barque de 25 tonneaux du port de Portsmouth et l’élirent capitaine .}}

    {{Il voguèrent vers Île de Wight où ils capturèrent un autre navire, le Violet, que la rumeur prétendait convoyer le trésor de réfugiés catholiques. Le bateau se révéla vide de tout trésor, mais l’entreprenant John Ward l’utilisa pour s’emparer d’un bâtiment français plus grand encore.}}

    {{John Ward et ses marins voguèrent vers la Méditerranée où ils parvinrent à acquérir un navire de guerre armé de 32 canons, qu’ils renommèrent The Gift (le cadeau) et s’en servirent pour attaquer, pendant deux ans, les navires marchands.}}

    {{En 1605, alors qu’ils faisaient relâche à Salé, Maroc, plusieurs marins Anglais ou Néerlandais, parmi lesquels Richard Bishop et Anthony Johnson rejoignirent la bande de John Ward. l’année suivante, en 1606, John Ward passa un accord avec Othman Dey, le maître de Tunis qui lui permettait d’utiliser cette ville comme base de ses opérations en échange d’un cinquième de ses prises. En s’appuyant sur cette base, John Ward devint capable de s’emparer de plusieurs navires marchands de haute valeur, parmi lesquels figurait le Reniera e Soderina, un vaisseau de 60 tonneaux.}}

    {{Pendant l’hiver 1606-1607, le Reniera e Soderina subit une avarie. Prévenus John Ward et plusieurs de ses officiers, désertèrent le vaisseau pour l’un des navires qu’ils avaient pris. Le Reniera e Soderina coula en Grèce avec les 250 Tunisiens et les 150 Anglais qui constituaient son équipage. Les habitants de Tunis furent scandalisés, lorsqu’ils apprirent cette nouvelle en juin 1607. Othman Dey qui faisait de bonnes affaires avec John Ward, encore que la flotte de Venise ait repris deux navires quelques semaines après le naufrage, lui conserva néanmoins sa protection.}}

    {{En 1609, John Ward se convertit à l’Islam et prit le nom de Yusuf Reis, épousa une Italienne, mais continua à faire parvenir de l’argent à son épouse Anglaise.}}

    {{En Angleterre, les pamphlétaires et les chansonniers se déchaînèrent contre le corsaire. John Ward n’en continua pas moins à mener la Guerre de course en Méditerranée, conduisant parfois une flotte de corsaires dont le vaisseau amiral, armé de 60 canons avait été construit à Venise.}}

    {{Il se retira à Tunis pour profiter du trésor de guerre qu’il avait amassé et il y mourut, en 1622, probablement de la peste.}}

    {{En 1612, le dramaturge anglais Robert Daborne, dans sa pièce A Christian Turn’d Turk, évoquait la conversion de John Ward.
    Le capitaine Jack Sparrow de la série de blockbusters “Pirates des Caraïbes” a été inspiré de John Ward et de ses aventures.}}

    {{Notre pauvre violoniste Juif était loin de toutes ces histoires .}}

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here