Poste à pourvoir : effacer les 6 milliards de dettes de l’Autorité Palestinienne

0
9

Les raisons de la démission de Rami Hamdallah, cet universitaire de Naplouse, considéré comme « plus neutre » que son prédécesseur, Salam Fayyad, au poste de Premier Ministre de l’Autorité Palestinienne, peuvent être multiples. Son escapade aux commandes de l’AP n’aura pas duré 3 semaines, du 6 au 20 juin dernier. D’entre toutes, les problèmes de trésorerie peuvent expliquer pourquoi ce rôle relève de l’entreprise titanesque.

« Nous sommes extrêmement choqués – écrit Abdel Bari Atwan, rédacteur d’Al Qods al Arabi, le 13 avril 2013 – d’apprendre que l’Autorité palestinienne (AP) de Ramallah a accumulé des dettes proches de 6 milliards de dollars 5,6 milliards au dernier décompte”>Article original. Ces dettes sont un lourd fardeau pour le peuple palestinien, et s’étendra aux générations à venir.

La plupart des Palestiniens pensaient que le financement de l’Autorité palestinienne venait de pays donateurs, et non de dettes cumulées …”>Article original

L’ex-président palestinien Mahmoud Abbas et son Premier ministre Salam Fayyad faisaient des comparaisons apparemment logiques entre les conditions de vie des Palestiniens en Cisjordanie et la détérioration des conditions de vie des habitants de la bande de Gaza.

Cependant, ces responsables palestiniens n’ont pas mentionné que cette prospérité apparente était le résultat d’emprunts de milliards de dollars auprès de banques et d’institutions étrangères, et non le résultat du supposé génie financier du gouvernement et de son premier ministre, lequel était un économiste de la Banque mondiale de 1987 à 1995, envoyé ensuite en Cisjordanie par le Fonds monétaire international (FMI).

Abdel Bari Atwan est palestinien et rédacteur en chef du quotidien al-Quds al-Arabi, grand quotidien en langue arabe édité à Londres.

Abdel Bari Atwan avait, notamment, révélé les confidences que lui avait faites Yasser Arafat, affirmant avoir créé, de son propre chef et sur ses propres deniers, les Brigades des Martyrs d’Al Aqsa, en octobre 2000, pour « effacer l’erreur d’Oslo » (sic.). Entretemps, il semble avoir oublié d’effacer la note, laissée par son trésor de guerre, qui faisait de lui la 7ème fortune du monde, selon le journal de l’économie et des finances Forbes Article original.

26/06/2013.

D’après Agences de Presse.

1 COMMENT

  1. …Une broutille !!!! l’eurabia et obama sont là pour couvrir “ces emprunts ” de Abbas et de son ex-

    prédecesseur !!!!!!!! VOIR LEURS COMPTES EN SUISSE !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here