Photos de la chute de l’oncle du dirigeant: un geste rare pour la Corée du Nord

0
12

La Corée du Nord a diffusé lundi des photos de l’oncle du dirigeant extirpé de sa chaise par la police lors d’une réunion, des images peu communes en provenance de Pyongyang qui soulignent la soudaineté de la chute de celui considéré comme le numéro deux du régime.Le Nord a confirmé dans la matinée le limogeage de l’influent oncle et éminence grise du numéro un, Kim Jong-Un, l’accusant d’être un factieux corrompu, un homme à femmes et un toxicomane.
Selon l’agence de presse KCNA, l’un des principaux canaux de la propagande du régime communiste, Jang a été démis pour avoir commis “des actes criminels” et dirigé “une faction contre-révolutionnaire”. ù

La mise à l’écart de ce dignitaire, ainsi que l’exécution de deux de ses proches conseillers, avaient été annoncées la semaine dernière par le renseignement sud-coréen.

La télévision d’Etat — la seule existant en Corée du Nord — a diffusé deux photos de Jang Song-Thaek, où on le voit extirpé de son siège par deux hommes en uniforme, lors de ce qui semble être une assemblée politique, sous les regards de marbre de hauts dignitaires.
Il est extrêmement rare en Corée du Nord de rendre publiques des images montrant l’humiliation de très hauts dirigeants.

D’autres images, là encore publiées par la télévision nord-coréenne, montrent le dirigeant Kim Jong-Un regardant l’assemblée d’un air nonchalant, depuis un podium et entouré d’autres hauts responsables du parti, dont Kim Yong-Nam, le président du pays (titre honorifique), et Kim Yong-Nam, confident du numéro un.
Il n’est pas certain que ces photos et celles de l’arrestation de l’oncle ont été prises le même jour, à savoir dimanche.

La dynastie des Kim dirige d’une main de fer la Corée du Nord depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale et Kim Jong-Un représente la 3e génération.

Toute opposition ou dissidence est étouffée dans l’oeuf.
Mais même dans un pays aussi totalitaire que la Corée du Nord, la publication d’images montrant la chute d’un haut dirigeant est très rare, et le dernier exemple remonte à la fin des années 70, souligne Yang Moo-Jin, professeur à l’université des Etudes nord-coréennes.

Kim Jong-Un, âgé d’une trentaine d’années, a pris les rênes du pays en décembre 2011, à la mort de son père Kim Jong-Il.

09-12-2013/AFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here