PEUT-ON BLAMER LA SUISSE ? une autre analyse du vote

    0
    21

    Par Tawfiq Hamid, penseur islamique réformé. Autrefois un extrémiste islamiste égyptien, membre d’une organisation terroriste, le Jihad Islamique, avec le n°2 d’al Qaeda, Zayman al Zawahiri. Aujourd’hui, il préside l’étude du radicalisme islamique à l’Institut d’études Politiques du Potomac.

    Paru dans le Jerusalem Post du 2 décembre 2009.

    Traduit par Albert Soued, écrivain www.symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

    Note préliminaire de www.nuitdorient.com : pour vous faire une idée de la cacophonie agressive provoquée en plein Tel Aviv par les haut-parleurs des minarets lors des appels à la prière cliquez sur http://www.youtube.com/watch?v=bLGcf6SriSE

    Dimanche dernier, les citoyens Suisses ont soutenu un référendum proposant l’interdiction de construire des minarets dans leur pays. Plus de 57% des votants et 22 des 26 cantons ont voté en faveur de cette interdiction. Construire plus de minarets — en plus des 4 existants déjà — a été perçu par de nombreux Suisses comme un signe d’islamisation de leur libre pays. Le gouvernement était opposé à cette interdiction pensant qu’elle nuirait à l’image de la Suisse, dans le monde musulman. Sur ce sujet, on peut soulever plusieurs points.

    1- Les Musulmans peuvent-ils blâmer le peuple suisse d’être effrayé par l’islamisation de leur pays ? Pas du tout, alors que le monde entier voit les effets de l’application inhumaine de la loi islamique partout où elle est mise en œuvre. On ne doit pas être surpris que le peuple suisse ne veuille pas d’un système qui aujourd’hui même pratique une féroce discrimination contre les femmes, les homosexuels et les minorités, au nom de la religion. L’image terrible de femmes lapidées et d’homosexuels pendus au bout d’une corde sur les places publiques de pays musulmans incite tout individu sain à refuser un système intolérant à s’implanter chez soi, au nom de la liberté de religion.

    2- Le peuple suisse qui a rejeté l’édification de minarets a sans doute envoyé le message que la tolérance occidentale n’a pas modifié d’un iota l’état d’esprit du monde musulman, et que, par conséquent, dorénavant il n’y aura plus de réciprocité. Pendant des décennies, on a autorisé les Musulmans à construire des mosquées en Europe, à se vêtir de symboles traditionnels comme le h’ijab et à prêcher l’Islam aux non Musulmans. En dépit de ces niveaux élevés de tolérance, aujourd’hui, dans de nombreuses régions en Islam, on ne permet pas aux non Musulmans de pratiquer librement leur religion. Prêcher le christianisme est un crime dans de nombreux pays musulmans. De plus, on ne permet pas aux non Musulmans d’avoir leurs livres saints ou de construire des Temples, partout où la Shari’ah (loi islamique) est appliquée. Ce manque de réciprocité dans la tolérance entraîne fatalement beaucoup d’Occidentaux à sentir que leur tolérance continue n’est pas payée de retour.

    3- Il paraît étrange que des Musulmans insistent pour avoir un minaret dans leur mosquée en Suisse, alors que des milliers de mosquées au sein du monde musulman en sont dépourvues. L’Occident perçoit les minarets comme une recherche de suprématie musulmane, surtout quant ils dépassent en hauteur les clochers des églises. Et l’insistance des Musulmans de construire des minarets au sein de l’Europe jette une lumière crue sur leurs intentions cachées. Il est important que les Musulmans de Suisse et d’ailleurs expliquent les raisons de leur insistance concernant ce symbole, alors que le Coran n’a jamais considéré le minaret comme vital pour une mosquée.

    4 – Il est vraiment critique que des Musulmans exigent des minarets en Europe, alors qu’on dénigre de simples droits religieux fondamentaux aux non Musulmans en Islam.

    Le problème le plus sérieux pour les Musulmans en Suisse et ailleurs dans le monde c’est celui de cette reconnaissance des droits élémentaires religieux aux non Musulmans en pays d’Islam et non pas celui d’inutiles minarets.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here