ONU : Propagateur D’antisémitisme Ou Des Droits De L’homme ?

0
11

Cette semaine a commencé une autre session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et l’antisémitisme sera à nouveau promu dans le monde entier par l’intermédiaire d’une organisation bâtie sur les cendres du peuple juif et dont l’objectif officiel est l’éradication de la haine dans le monde.

ONU – Salle des Droits de l’Homme.

En Mars de l’année dernière, Israël a décidé de ne plus coopérer avec cet organisme des “droits de l’homme”de l’ONU qui promet l’égalité et qui pratique la discrimination. Cependant, sous la forte pression de l’administration Obama et des gouvernements européens de ne pas mettre en lumière le côté antisémite des agissements de l’ONU, au nom des “droits de l’homme “, Israël envisage de revenir sur sa décision.

Sans réforme fondamentale, un tel volte-face malheureux par Israël serait un atout majeur pour tous ceux qui dénigrent Israël.La présente session du Conseil à Genève est un cas d’espèce. Dès le début, le lundi 27 mai, Mme Navi Pillay, la chef des droits de l’homme de l’ONU a publié une déclaration énumerant ses principaux soucis en ce qui concerne les droits humains dans le monde.Sa série absurde de pays ayant des «crises» humanitaires dignes d’attention et de critique spécifique sont la Syrie, la Birmanie, l’Irak, la République centrafricaine, Israël et les Etats-Unis.D’autre part, de l’avis de Mme Pillay, l’Egypte, la Libye et le Yémen “progressent de différentes façons et à différentes vitesses.”

Ne figurent pas sur sa liste: le déni des libertés élémentaires d’un milliard de personnes en Chine, la spirale descendante des droits et libertés en Russie, le simulacre d’élections à venir en Iran, ce pays promoteur en chef du terrorisme mondial, ni la dégradation de l’ensemble de la population féminine en Arabie Saoudite .Mais Israël, selon Pillay, a été reconnu coupable de «la détention généralisée de Palestiniens -. Près de 5.000″ Il n’était pas pertinent que la grande majorité de ces soi-disant détenus étaient des prisonniers, déjà jugés et souvent reconnus coupables de crimes horribles, dans un pays régi par la primauté du droit.Et ce n’était que le premier acte.Le 10 Juin, le Conseil donnera la parole au sympathisant des terroristes Richard Falk. Il est l’enquêteur de l’ONU sur Israël qui a bâti une carrière sur la justification de la “résistance” violente de New York à Israël et à Boston. Adepte des théories de la conspiration du 11 Septembre, Falk a récemment provoque du dégoût en Amérique en suggérant que les victimes de l’attentat du marathon de Boston attentat étaient des «signaux d’alarme» ndlr comme des canaris dans une mine de charbon”>Article original qui «doivent mourir” en raison du “fantasme de domination mondiale” de l’Amérique.

Le dernier rapport officiel de Falk à l’ONU est scandaleux.Contrairement même à l’adhésion du bout des lèvres par par le secrétaire général de l’ONU, mais en phase avec l’empathie fétichiste de Richard Falk pour les terroristes, il déconseille “en ce moment la valeur des négociations directes .” Dans une phrase particulièrement répugnante, Richard Falk raille l’assassinat par Israël du “chef militaire”du Hamas, Ahmed Jabari, parce Jabari a “gardé Gilad”>Article original Shalit … en bonne santé en captivité pendant plusieurs années. ”

Plus loin dans son rapport Richard Falk jette en pâture, pour qu’ils subissent des abus et soient harcèlées, les sociétés qui font des affaires avec Israël. De son perchoir de l’ONU, il se joint à la campagne anti-isralienne de boycott, de désinvestissement et des sanctions.Lorsque Falk prendra sa retraite, à la fin de son mandat de six ans en 2014, il sera remplacé par un autre “Expert” de l’ONU relatif aux droits de l’homme Après tout, son mandat officiel est d’enquêter sur les violations prédéterminés des droits de l’homme , et commis seulement par un seul protagoniste du conflit – Israël.

Après le spectacle de Richard Falk, le Conseil consacrera encore plus de temps à dénigrer Israël. Son ordre du jour permanent a un élément conçu pour condamner Israël, et un autre pour les 192 autres membres de l’ONU – s’ils doivent “exiger l’attention du Conseil.” Le résultat de ce processus est que 39 pour cent de toutes les résolutions et décisions du Conseil condamnant des violations des droits humains par des états spécifiques ont été dirigées contre Israël seul.

Même les Etats démocratiques occidentaux qui se réunissent régulièrement lors des sessions du Conseil refusent de permettre à Israël de participer à leurs réunions de groupe. A Genève, chaque Etat membre de l’ONU est accueilli dans l’un des cinq groupes régionaux où sont discutées les décisions, l’information est partagée et où se négocient les postes à pourvoir à l’ONU – à l’exception d’Israël.Ironiquement, malgré cette discrimination tenace, Israël se retrouve pressé par les pays démocratiques de monter dans le bus, d’aller au fond et s’asseoir. En refusant de jouer à ce jeu, Israël attire l’attention sur la partialité institutionnelle de l’ONU et sape la crédibilité de l’appareil de l’ONU, prétendument «universel» des droits de l’homme.

C’est un inconvénient pour l’administration Obama, qui a fait de l’adhésion et du soutien du Conseil un élément central de sa politique étrangère. Le dilemme pour Israël, donc, est le suivant. Le rôle toxique du Conseil des droits de l’homme de l’ONU dans la diabolisation et l’isolation d’Israël ne saurait être surestimé. Il est impératif de délégitimer les calomniateurs. Pourtant, l’échec d’Israël à participer à sa propre exécution est maintenant peinte par Conseil comme “non coopérative” et “aberrante” .Israël ne peut pas modifier le sens perverti du bien et du mal promu par ses ennemis, mais il ya une réponse aux États-Unis et en Europe.

La pierre angulaire de chaque institution crédible en matière des droits de l’homme, c’est l’égalité.Israël peut et doit identifier et désigner clairement des sources d’inégalité qui peuvent être résolues – si l’attachement aux normes universelles des droits de l’homme est de bonne foi.Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU peut modifier son ordre du jour pour placer Israël sous la même rubrique que tous les autres Etats. Le mandat de l’enquêteur spécial du Conseil sur Israël peut être modifié pour exiger des rapports sur les violations des droits de l’homme de toutes les parties au conflit israélo-arabe. Les Etats occidentaux à Genève peu vent mettre fin à l’exclusion d’Israël de leur groupe régional et respecter ainsi la promesse de la Charte des Nations Unies de l’égalité de toutes les nations, grandes et petites.Un outil global pour l’antisémitisme moderne ou un instrument des droits de l’homme? La balle ne doit pas être dans le camp d’Israël.

par Anne Bayefsky Article original

Anne Bayefsky, L’auteur est directrice de l’Institut Touro des droits de l’homme et de l’Holocauste.

1 COMMENT

  1. respecter ainsi la promesse de la Charte des Nations Unies de l’égalité de toutes les nations, grandes et petites !

    Les droits de l’homme c’est à mes yeux ne pas prendre , une partie et en laisser une autre , le message que cela envoie au monde est injuste pour Israël ,

    Quant ont veut une Paix pour deux peuples , on ne peut pas envoyer un message de discrimination qu’importe ses idées sur la politique menée , être neutre comme les journalistes devraient l’être , les droits de l’homme c’est amené ces deux pays vers le chemin de la Paix , si ont prends un Pays et on laisse l’autre de côté , il fausse les chances de réussite de négociation de PAIX , c’est juste un cas d’école , celui qui sera mis de côté va se braquer et forcement cela éloignera se processus de Paix .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here