Nigeria : une secte islamiste revendique quatre attentats

0
11

Les attaques perpétrées dimanche par le groupe Boko Haram ont fait 40 morts. Elles visaient notamment des églises pendant les célébrations chrétiennes de la Nativité.

La fête de Noël a été endeuillée dimanche au Nigeria par une série d’attentats qui ont fait au moins 35 morts, dans un pays en proie à des violences religieuses récurrentes.

L’attentat le plus meurtrier, contre une église catholique de Madalla, près d’Abuja, a fait au moins 30 morts à la fin de la messe de Noël.L’attentat a provoqué des scènes de chaos et endommagé l’église Ste Theresa. Des jeunes en colère ont allumé des feux et menacé d’attaquer un commissariat de police des environs. Les policiers ont tiré en l’air pour les disperser et fermé un grand axe routier.

Un peu plus tard, un second attentat a visé une église évangélique de Jos. «Une bombe a explosé à l’église Mountain of fire. Un policier qui surveillait l’église a été tué et trois véhicules ont brûlé», a déclaré un porte-parole du gouverneur de l’Etat du Plateau, dont Jos est la capitale. Jos, située à la rencontre du nord majoritairement musulman et du sud à dominante chrétienne du Nigeria, est régulièrement le théâtre de violences à caractère ethnique, religieux et économique. Des tracts menaçant d’attentats des églises et d’autres lieux y avaient été découverts mi-décembre. Ils énuméraient 21 cibles et leur auteur, qui affirmait parler au nom des «populations musulmanes de l’Etat du Plateau», dont Jos est la capitale, menaçait d’ «attentats avant le 26 décembre». Ce drame est le fruit d’une «haine aveugle et absurde», a réagi le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi.


Une «guerre interne»

«C’est comme si une guerre interne avait été lancée contre le pays. Nous devons vraiment être à la hauteur et faire face», a déclaré le ministre chargé de la police, Caleb Olubolade.

Trois policiers et un kamikaze sont également morts dans un attentat à Damaturu, dans le nord-est du Nigeria. Le kamikaze en voiture aurait suivi un convoi des services de renseignements de la police nigériane (SSS) qui pénétrait dans l’enceinte des bureaux de cette agence. «Le kamikaze a tenté de s’imposer dans le convoi mais en a été empêché par des gardes vigilants», selon le communiqué des SSS. «Mais, l’impact avec la porte a résulté en une explosion».

Une autre explosion a eu lieu sur un rond-point de Damaturu dimanche et il n’y avait pas dans l’immédiat d’informations sur d’éventuelles victimes. Samedi soir, un attentat a visé une église à Gadaka, sans faire de blessé selon un témoin.

Les deux villes sont situées dans l’Etat de Yobe, déjà secoué en fin de semaine par une vague d’attaques revendiquée par la secte islamiste nigériane Boko Haram.

Une revendication islamiste

Cette secte a revendiqué l’attentat près d’Abuja et laissé entendre qu’elle était responsable de la totalité des attaques. «Nous sommes responsables de toutes les attaques de ces derniers jours, y compris celle à la bombe contre l’église de Madalla. (…) Nous continuerons de lancer de telles attaques dans les prochains jours», a déclaré un homme affirmant parler au nom du groupe.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique où musulmans et chrétiens représentent chacun environ la moitié de la population, est régulièrement secoué par des attaques et des attentats souvent attribués à la secte Boko Haram.

L’an dernier à pareille époque, ce groupe islamiste, qui prône l’introduction de la charia dans un pays à la population également partagée entre musulmans et chrétiens, s’était attribué la responsabilité d’une série d’attentats à la bombe et d’attaques qui avaient fait au moins 80 morts à la veille de Noël.

Boko Haram – dont le nom signifie en langue haoussa que l’éducation occidentale est impure – serait responsable de la mort de plus de 250 personnes depuis juillet 2010, selon des organisations de défense des droits de l’homme. Des observateurs craignent par ailleurs que Boko Haram ait développé des liens avec la branche maghrébine d’Al-Qaïda.

En mars 2010, plus d’une centaine de villageois chrétiens avaient été massacrés par des éleveurs musulmans dans différentes attaques. Depuis la reprise des conflits interreligieux en 2001, la violence a fait plusieurs milliers de morts. Le Nigeria, qui porte le Golfe de Guinée, est le pays le plus peuplé d’Afrique avec 150 millions d’habitants.

Le Figaro.fr Article original

1 COMMENT

  1. Une perte de vies humaines est toujours extrêmement lamentable, n’aboutissant qu’encore à plus de violences. Toutefois, c’est bien édifiant de voir la réaction du Vatican et des autorités religieuses quant à ces attaques – réaction bien différente et opposée à celle à l’égard d’Israel et des Juifs en pareille situation. C’est bon de sentir dans sa propre peau ce qui se passe chez les autres, n’est-ce pas Mr. le Porte-Parole Federico Lombardi? Et puis, il faudrait faire gaffe pour ne pas voir un jour flotter sur le dôme du Vatican un drapeau à fond vert et lune croissante! Heureuse année 20121

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here