Netanyahu veut “préserver la liberté d’Israël” d’agir face à l’Iran.

0
10

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré vendredi vouloir “préserver la liberté d’Israël” de répondre aux menaces de l’Iran, au premier jour d’une visite au Canada qui précède une rencontre très attendue avec le président américain.

“Je veux préserver la liberté d’Israël de manoeuvrer à la lumière des menaces” de l’Iran, a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Ottawa avec son homologue Stephen Harper. “Tout pays exigerait la même chose”, a-t-il ajouté.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a reconnu fin février dans son rapport trimestriel des “divergences majeures” avec Téhéran sur la clarification de son programme nucléaire soupçonné par plusieurs occidentaux et Israël d’avoir des visées militaires, malgré les démentis iraniens.

L’Etat hébreu est soumis à des pressions redoublées des Etats-Unis et des Européens pour ne pas attaquer l’Iran et donner une chance aux sanctions internationales censées contraindre Téhéran à renoncer à son programme nucléaire. Mais, ces dernières semaines, Israël a soufflé le chaud et le froid sur la possibilité de mener des bombardements destinés à paralyser ce programme. “Je n’ai pas tracé de ligne dans le sable pour les Etats-Unis et je ne le ferai pas”, a insisté M. Netanyahu à Ottawa. Devenu ces dernières années l’un alliés les plus indéfectibles d’Israël dans le monde, le Premier ministre canadien Stephen Harper a réitéré “le droit” de l’Etat hébreu à se défendre contre les menaces de l’Iran mais a dit “préférer” une solution pacifique et multilatérale à la question du nucléaire iranien.

“Nous avons été très clairs à propos des dangers d’un Iran doté de l’arme nucléaire, de ses intentions et de ses capacités”, a déclaré M. Harper. M. Netanyahu, qui entretient des relations notoirement tendues avec M. Obama, doit être reçu lundi à la Maison Blanche. Il doit aussi s’exprimer le même jour devant l’Aipac (American Israel Public Affairs Committee), la principale association pro-israélienne aux Etats-Unis. Selon plusieurs commentateurs, la visite de M. Netanyahu au Canada, allié à la fois précieux d’Israël et des Etats-Unis, visait à augmenter la pression sur l’administration Obama sur la question du programme nucléaire iranien.

OTTAWA, 3 mars 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here