Négociations sur le nucléaire: la colère d’Israël

0
11

“Nous ferons tout pour convaincre les puissances d’éviter de conclure un mauvais accord” (Netanyahou)Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a affirmé dimanche qu’Israël ferait son possible pour convaincre la communauté internationale d’empêcher un mauvais accord sur le nucléaire iranien avant la reprise des négociations avec Téhéran le 20 novembre. Cette annonce intervient alors qu’une délégation américaine de haut rang doit arriver dans la journée à Jérusalem, pour tenir informé Netanyahou sur les conclusions de Genève.

“Nous ferons tout pour convaincre les puissances et leurs dirigeants d’éviter de conclure un mauvais accord avec l’Iran”, a affirmé M. Netanyahou lors du conseil des ministres.

“Mais il ne faut pas nous faire d’illusion, il y a une ferme volonté de parvenir à un accord”, a ajouté le Premier ministre. “J’espère qu’il s’agira d’un bon accord qui permettra de réduire ou de démanteler totalement les capacités de l’Iran de se doter de l’arme nucléaire”, a-t-il conclu.

Les “lignes rouges de Rohani”

L’Iran, par la voix de son président Hassan Rohani, a revendiqué dimanche son “droit à l’enrichissement” de l’uranium comme une “ligne rouge” à ne pas franchir et estimé avoir agi de façon rationnelle lors des négociations nucléaires de Genève qui viennent de s’achever.

“Nous avons dit aux parties en négociations que nous ne répondrons à aucune menace, sanction, humiliation ou discrimination. La République islamique n’a pas courbé la tête et ne la courbera pas devant les menaces d’une quelconque autorité”, a déclaré le président Rohani lors d’un discours à l’Assemblée nationale rapporté par l’agence de presse iranienne Isna.

“Pour nous, il y a des lignes rouges qui ne peuvent être franchies. Nos intérêts nationaux sont nos lignes rouges, qui comprennent nos droits dans le cadre des règles internationales et l’enrichissement (de l’uranium) en Iran”, a-t-il ajouté.

Les négociations de Genève sur le programme nucléaire iranien se sont achevées dans la nuit de samedi à dimanche sans accord. Les parties prenantes aux discussions ont toutefois fait état de progrès et les pourparlers reprendront le 20 novembre.

Colère et inquiétude de la classe politique israélienne

Israël a plusieurs fois mis en garde les grandes puissances contre un éventuel accord avec l’Iran qui ne permettrait pas de démanteler son programme nucléaire.

“L’Iran stoppe l’enrichissement de l’uranium à 20%, mais continue à 3,5% sur tous les sites et sans réduction des centrifugeuses dont le nombre s’élève à 19.000″, a souligné un responsable israélien.

Selon la même source,”les Iraniens ne payent pas vraiment un prix sérieux” et ajoute qu’Israël a des informations selon lesquelles les Iraniens vont bénéficier d’une réduction significative des sanctions en particulier dans 4 domaines :

– Dégel de 3 milliards de dollars des revenus pétroliers

– Réduction des sanctions sur l’or et les produits pétrochimiques

– Réduction des sanctions sur les pièces détachées pour avions

– Réduction des sanctions sur les automobiles

Le vice-ministre israélien de la Défense, Danny Danon, s’en est pris directement à Barack Obama, déclarant dimanche qu'”il y aura un nouveau président américain à la Maison blanche dans 2 ans et demi”.

sraël va jouer de son influence au Congrès américain pour tenter d’empêcher la conclusion d’un accord sur le nucléaire iranien, a de son côté affirmé le ministre israélien de l’Economie Naftali Bennett (Foyer juif – National religieux).

“Nous allons mener, avant la reprise des négociations, une campagne aux Etats-Unis auprès de dizaines de membres du Congrès à qui j’expliquerai moi-même que la sécurité d’Israël est en jeu”, a affirmé Naftali Bennett, en annonçant à la radio militaire Galeï Tsahal sa visite à partir de mardi aux Etats-Unis.

Il a reconnu qu’il existait des “divergences” avec l’administration du président Barack Obama qui cherche avec les autres grandes puissances à parvenir à un accord avec Téhéran. “Si dans 10 ans, une bombe nucléaire cachée dans une valise explose à New York ou qu’un missile nucléaire s’abat sur Rome, on pourra dire que tout cela est à cause des concessions qui auront été faites” à l’Iran, a ajouté M. Bennett.

Le ministre israélien de la Défense Moshé Ya’alon a déclaré quant à lui samedi soir qu’un accord sur le programme nucléaire de l’Iran en discussion avec les grandes puissances est une “erreur historique”.

Un accord, à ce stade, dans les conditions actuelles, est une erreur historique qui permettra au régime belliqueux de Téhéran de poursuivre son dangereux programme nucléaire et ses ambitions pour répandre la terreur et saper les régimes du Moyen-Orient et du monde entier”, a dit Moshé Ya’alon exhortant les grandes puissances à se montrer intransigeantes face à la République islamique, des commentaires appuyés sans réserve par la ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni.

“Il n’y a aucune urgence à signer un accord qui n’atteindra pas ses objectifs alors qu’un accord plus favorable pourrait être signé étant donné la pression dont l’Iran fait l’objet”, a souligné Tzipi Livni.

Réactions américaines

La porte-parole de la Maison Blanche Bernadette Meehan a déclaré samedi que l’administration Obama est “totalement d’accord avec Israël sur la nécessité d’empêcher l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire” et que les négociations avaient cet objectif.

Mais selon Nicholas Burns, un ancien haut responsable du Département d’Etat américain, Netanyahou a commis une erreur en rendant publiques ses griefs. “La colère publique du Premier ministre Netanyahou a été malheureuse et inappropriée. Elle a été très mal perçue aux Etats-Unis”, affirme Burns qui est aujourd’hui professeur à Harvard.

I 24 NEWS Article original

TAGS
JOHN KERRY IRAN NUCLÉAIRE IRANIEN NETANYAHOU OBAMA

ROUHANI-le modéré Bennett Galei Tsahal Dany Danon

1 COMMENT

  1. {{je cite:}} “La colère publique du Premier ministre Netanyahou a été malheureuse et inappropriée. Elle a été très mal perçue aux Etats-Unis”,

    {{
    traduction}}:
    – les US commettent un pécher d’orgueil: ce qu’il ne supporte pas c’est qu’Israël mette en exergue leur stupidité.
    – Quant au reste du monde, être du même avis qu’Israel est politiquement incorrect. On peut mesurer le degré de détestation du monde vis à vis de notre peuple.
    – Bref, on ne cherche pas la vérité, on cherche à imposer sa vision même si elle est suicidaire.

    Quand le monde en arrive là, il y a du soucis à se faire

  2. Ils peuvent s’inquiéter en toute légitimité , certains traite avec le diable en mettant en danger beaucoup , juste par leur haine viscérale d’Israël , pas besoin de faire la liste de ces pays qui commerce avant tout , avant les intérêts des populations . Ils pensent que l’iran par la suite va être raisonnable ? Ils sont idiots ou quoi ? Se sont des marchant de tapis , ils on le sens de la ruse pour vendre et obtenir se qu’ils veulent l’air de rien . Quand je pense que le monde repose sur des décisions de certains inconscient , qui font passés plus leur haine idéologique que du bon sens , qu’avec ce genre de pays on ne joue pas à la roulette russe .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here