Ne pas rater : Jérusalem en 3D et très haute définition à la Géode

0
19

DOCUMENTAIRE. Depuis le 16 octobre, la Géode à Paris propose un point de vue totalement inédit sur Jérusalem, à travers un magnifique film au-dessus et à l’intérieur de la ville sainte, en 3D et sur écran géant.


Image extraite du documentaire “Jerusalem”

Sur un écran géant et panoramique, en 3D, le spectateur découvre ou redécouvre la ville de Jérusalem comme il ne l’a jamais vue. Ce point de vue est unique en raison de la zone d’exclusion aérienne, comprenant Jérusalem ainsi que l’extraordinaire site de Massada, exceptionnellement survolée pour l’occasion.

Lorsque la camera s’élève, dominant à l’aube le piton de Massada depuis le ciel, la vue est à couper le souffle. Le spectateur se voit ensuite conduit dans la ville toute proche et découvre la richesse de ses 2 000 sites archéologiques.

Une ville redécouverte

Jérusalem, ville sacrée pour la moitié de l’humanité, fut conquise, détruite, reconstruite et réinventée maintes et maintes fois pendant plus de 5 000 ans. Cette montagne aride, où se serrent les différents lieux saints juifs, chrétiens et musulmans, est un espace de rencontre de ces trois religions monothéistes.

Dans ce film novateur, le spectateur appréhende depuis le ciel, d’un simple regard, la complexe et singulière proximité du Mur des lamentations, de l’église du Saint-Sépulcre et du Dôme du Rocher, lieux parmi les plus saints des monothéismes.
Le temps d’une promenade dans les rues de la vieille ville, on fait la connaissance de trois jeunes filles : Revital, Farah et Nadia, respectivement juive, musulmane et chrétienne, qui incarnent à l’écran leur tradition spirituelle et nous présentent chacune à leur manière « leur Jérusalem », leur ville, leur vie, leur religion.

À hauteur humaine

La présentation s’ouvre sur une référence aux premiers habitants de Jérusalem, dont peu de traces nous sont parvenues : les Jébuséens, dont la ville tire son nom. Venus s’établir sur cette montagne en raison de sa source toute proche, ils en ont fait un lieu déjà convoité.

Le film présente également les différentes célébrations des trois religions monothéistes : Pâques, Ramadan ou Rosh Hashana. Chaque fête garde, à Jérusalem, l’empreinte de sa tradition d’origine.

La visite des souterrains ne manque pas de surprises : sous le tombeau du Christ, de nombreuses croix laissées par les templiers sont encore visibles ; et une gravure énigmatique représente un bateau de pêcheurs associé à l’inscription : « Nous sommes venus voir le Seigneur. »

La déambulation dans les souks à hauteur d’homme, celle dans les rues et les marchés… que ce soit auprès des habitants ou depuis les airs, les découvertes du spectateur sont guidées avec attention par les réalisateurs.

Par la puissance inégalée des images à 180°, Jérusalem s’offre ainsi de manière inédite, avec un accent particulier mis sur sa dimension cosmopolite et pluriculturelle, comme un carrefour historique et spirituel unique entre judaïsme, christianisme et islam.
Si le contexte géopolitique extrêmement tendu dans le pays n’est pas abordé, les trois jeunes filles déambulant dans leur quartier respectif émettent pourtant le souhait de la rencontre de l’autre, certes reportée à plus tard, dans un avenir incertain, mais imaginé avec optimisme.

Infos pratiques

« Jérusalem » du 16 octobre 2013 à fin décembre 2013.
La Géode, Parc de la Villette
26, avenue Corentin-Cariou
75019 Paris
contact@lageode.fr / Tél. : 01 40 05 79 99 / www.lageode.fr

Du mardi au dimanche, séances de 10 h 30 à 20 h 30, sauf programmation spéciale. Horaires variables le lundi. Tarifs normal : 10,50 € / Réduit : 9 €.

Bilkis Blanc – publié le 16/10/2013

lemondedesreligions.fr Article original

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here