Marine Le Pen à un « bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich »

0
27

La candidate FN, Marine Le Pen, se trouvait à Vienne en Autriche vendredi pour un bal à l’invitation du dirigeant du parti d’extrême droite FPÖ. SOS Racisme et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) dénoncent sa présence à un « bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich ». Un évènement controversé tous les ans. Mais en 2012 une coïncidence a offusqué les associations.Son déplacement en Autriche est loin d’être passé inaperçu. Marine Le Pen à Vienne, invitée par le dirigeant du parti autrichien d’extrême droite FPÖ, Heinz-Christian Strache, l’évènement passe mal auprès de SOS Racisme et de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF).

« Une corporation secrète, interdite aux Juifs »

Car pour l’association antiracisme, Martin Graf – qui est le président de l’Assemblée nationale autrichienne de corporation FPÖ également – est « l’un des représentants les plus durs et violents de l’extrême droite européenne ». « Le groupe Olympia dont il est l’un des idéologues, est une corporation secrète, interdite aux Juifs et aux femmes, dont les membres ont pour mission de véhiculer des idées néonazies », assure le communiqué de l’association.

Marine Le Pen, à nouveau au centre d’une polémique SIPA/Chamussy

« C’est Strauss, sans Khan si vous voulez »

Vendredi, la candidate du Front national s’est rendue à Vienne au titre de l’Alliance européenne pour la Liberté (EAF) qui rassemble des formations populistes et d’extrême droite de l’Europe. Dans l’après-midi avant le bal du scandale, elle avait rencontré le troisième président de l’Assemblée nationale, le fameux Martin Graf, avant un dîner avec son hôte, le président du parti FPÖ, Heinz-Christian Strache.

Ensuite, elle s’est donc dirigée vers le Palais impérial d’hiver des Habsbourg, la Hofburg, pour assister à « cette magnifique manifestation qui retrace d’ailleurs le Vienne du XIXe siècle », comme le décrit son ancien président du FN de père, Jean-Marie, ce samedi matin dans une interview pour France 3.

Dans cette vidéo, il tente de tempérer le déplacement de sa fille, à sa manière : « C’est Strauss, sans Khan si vous voulez ». Un jeu de mots associant le compositeur Johann Strauss, célèbre pour ses valses, et l’ancien favori socialiste des sondages, Dominique Strauss-Khan. Jean-Marie Le Pen a encore souligné que « le FPÖ (parti d’extrême droite Autrichien) a 28% des voix en Autriche, c’est un parti à prendre en considération nonobstant les pudeurs européennes ».

« Jusqu’où ira Marine Le Pen ? »

Sur place déjà, une contre-manifestation s’était tenue pour dénoncer l’évènement qui chaque année a toujours été controversé et où par le passé, des néonazis ont été ovationnés, tel David Irving en 2005. Mais cette année, la polémique s’est intensifiée du fait que l’organisation de « ce bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich » coïncidait avec le 67e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz.

SOS Racisme se demande alors « s’il s’agit là d’un détail fortuit ». Et de s’indigner : « Marine Le Pen, une fois de plus, piétine scandaleusement les valeurs républicaines dont elle ne cesse de se revendiquer ». De son côté, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) dit « s’inquiète r »>Article original du silence de la société civile et de la classe politique » devant la participation de Marine Le Pen à ce bal. « Jusqu’où ira Marine Le Pen pour qu’enfin la société civile et le monde politique se mobilise ? », s’interroge-t-elle.

Un « bal anti-raciste » en réponse

SOS Racisme et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont donc organisé une manifestation ce dimanche, devant les locaux de campagne de Marine Le Pen, à Paris. En riposte à l’évènement autrichien, un « bal anti-raciste » ou « bal du vivre-ensemble » dans lequel étaient admis « les Noirs, les juifs, les journalistes et les femmes » s’est donc déroulé.

Le Front national a annoncé ce même jour que Marine Le Pen déposerait « dès lundi » une plainte contre ces deux associations, qui « colportent de fausses nouvelles » et « diffament très gravement la candidate ». À celà, le président de l’UEJF Jonathan Hayoun rappelle que c’est la quatrième fois que Marine Le Pen les menace d’un procès en diffamation. « Or nous n’avons jamais reçu aucune plainte », ajoute-t-il dans un communiqué.

Actu France Soir Article original

1 COMMENT

  1. Renseignements pris, il s’avère que Marine Le Pen a effectivement été invitée à Vienne vendredi par Hans Christian Strache, le leader du parti populiste autrichien FPO. Après avoir rencontré le 3e président du Parlement autrichien, Martin Graf, elle s’est rendue le soir au WKR Ball (Wiener Korporations Ball), le bal annuel des fraternités étudiantes viennoises.
    Ce bal a lieu chaque année dans un palais viennois, le Hofburg, où se situe également le siège de la Présidence de la République autrichienne.
    Voir dans ce bal un rassemblement néo-nazi est une insulte à tous les étudiants viennois. Que SOS Racisme et l’UEJF ignorent tout des fraternités, associations étudiantes qui existent aux Etats-Unis et dans certains pays européens mais pas en France, ne leur donne pas le droit de les diffamer. Ces associations sont pour la plupart apolitiques, leur fonctionnement est démocratique, et elles ne sont pas secrètes. Theodor Herzl, Heinrich Heine et même Karl Marx en ont fait partie.
    La coïncidence de date avec le jour de souvenir de la Shoah est évidemment fortuite, ce bal a lieu tous les ans le dernier vendredi de janvier. La date du 27 janvier a été fixée par l’ONU en 2005, elle ne correspond pas au jour de commémoration institué en Israel (Yom HaShoah).
    Instrumentaliser l’anniversaire de la libération d’Auschwitz à des fins de propagande en se réjouissant de cette coïncidence est ignoble.
    Il se trouve que Kent Ekeroth (député suédois) et David Lazar (député autrichien FPO), tous deux d’origine juive, étaient eux aussi présents à ce bal. “Bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich”, vraiment ?
    Traiter Hans Christian Strache et Martin Graf de “représentants les plus durs et les plus violents de l’extrême droite européenne” relève également de l’insulte. Il suffit d’écouter les discours de Strache pour comprendre qu’il n’y a nulle trace d’antisémitisme. Strache a été invité officiellement en Israel en décembre 2010. Martin Graf a publiquement dénoncé le national-socialisme et l’antisémitisme en général, à plusieurs reprises.
    Non, ce que l’on reproche à Strache et à Graf, c’est d’avoir purgé l’ex-parti de Haider de ses éléments antisémites, d’en avoir fait un réel parti de gouvernement, et surtout d’être à 28% d’intentions de vote dans les sondages: exactement ce que Marine Le Pen est en train de faire ici-même.
    Tant de mensonges dans si peu de lignes ! Cela est malheureusement devenu la marque de fabrique de nos charmantes et agréables associations soi-disant “anti-racistes” et d’extrême-gauche.
    Mieux vaudrait pour elles qu’elles fassent leur “coming-out”, et qu’elles assument clairement leur mission de propagande et de terrorisme intellectuel, aux frais, bien entendu, du contribuable.

  2. En regard de Marine Le Pen invitée « au bal des maudits » de l’extrême droite autrichienne avec son père et Bruno Gollnich le jour de la commémoration de la Shoah,.voici pour mémoire, une déclaration faite en 2006 par Douste-Blazy à propos de l’Iran qui veut nous faire disparaître de la carte:
    « Dans la région, il y a bien sûr un pays comme l’Iran, un grand pays, un grand peuple et une grande civilisation, qui est respecté et qui joue un rôle de stabilisation dans la région ».
    Entre Joubert, Védrine, Douste-Blazy, Kouchner, Juppé aujourd’hui, et j’en oublie sans doute, les ministres des affaires étrangères sont d’abord choisis pour donner des leçons de conduite à Israël. Que la France balaye devant sa porte: vu le temps que cela lui prendra, fatiguée, usée, elle finira bien par nous ficher la paix, mais pas celle qu’elle nous imposera. La nôtre.
    Viviane

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here